La santé au bout de la fourchette

Les bénéfices d'une bonne alimentation sur la santé
0 avis

Pour vivre vieux et vivre bien, il faut d’abord bien se nourrir. À la veille de l’été, boostez le capital santé de vos menus : les bénéfices d’une assiette bien composée sont inestimables !
 

AU SOMMAIRE DE CET ARTICLE
A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Julie Luong
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 01/07/2012

Santé à avaler

Notre santé et notre longévité dépendent de plusieurs facteurs : bagage génétique, environnement... et alimentation. L’idée n’est d’ailleurs pas nouvelle puisque Hippocrate affirmait que « l’alimentation est notre première médecine ». La plupart des aliments sont une mine d’or pour notre corps. Le tout est de bien les choisir et de bien les associer.

 

Alimentation et cancer

Il n’existe pas, hélas, de régime ou d’aliment miracle qui permette d’éviter le cancer. En revanche, on sait qu’une alimentation variée et équilibrée joue un rôle protecteur, tout comme la pratique régulière d’une activité physique et le maintien d’un poids normal. Des chercheurs européens(1) se sont penchés sur le sujet et nous donnent des pistes pour élaborer nos prochains repas !

  • Vive la tomate : le lycopène qu’elle contient (et a fortiori quand elle est cuite) aurait un effet protecteur contre le cancer de la prostate.

  • Levez le pied sur la viande rouge : les gros mangeurs de viande rouge (200 g par jour) verraient leur risque de cancer du côlon augmenter de 40 %...

  • De la viande oui, mais au naturel : la consommation de viandes préparées (charcuteries, salaisons...) serait liée à une augmentation du risque de cancer de l’oesophage, de l’estomac mais aussi de la prostate.

 

Alimentation et maladies cardiovasculaires

Aux côtés du cancer, les maladies cardiovasculaires (AVC, infarctus du myocarde) sont aujourd’hui la principale cause de mortalité en France. Or, ici encore, l’influence de ce que nous mangeons pèse lourd dans la balance.

Les deux principaux ennemis à abattre : les graisses et le sel !

  • Les graisses ne doivent pas représenter plus de 30 % de notre apport calorique. Fuyez surtout les acides gras saturés, dits « mauvaises graisses », qui sont les plus dangereux. Vous les trouvez en quantité dans le beurre, les aliments d’origine animale, les pâtisseries, les chips et biscuits apéritifs.

  • L’Organisation mondiale de la Santé recommande de limiter sa consommation de sel à 5 g par jour... Or, nous en consommons en moyenne 10 g. Alors évitez les plats préparés, souvent très riches en sel « invisible ». Préférez les herbes aromatiques au sel quand vous cuisinez et gardez la salière à distance de votre table.

 

Vieux comme à Okinawa

Les habitants de l’île d’Okinawa (archipel du sud du Japon) détiennent actuellement le record du monde de longévité, avec 54 centenaires pour 100.000 habitants (contre 26 pour la France). Aliments variés principalement d’origine végétale, consommation importante de poissons gras, de tofu et d’algues, et apports caloriques faibles : on a longtemps vu dans l’alimentation le secret de ces vieillards souples et vaillants.
 

Le conseil de votre pharmacien GIPHAR

  • L’apport calorique en question

Les besoins caloriques moyens journaliers se répartissent comme suit

  • femme : 2 000 calories (kcal),

  • homme : 2 500 - 2 800 calories (kcal).

 

Mais attention ! Les besoins énergétiques varient aussi en fonction de l'âge, du niveau d’activité physique et du gabarit.
Ainsi une femme d'1m60 à la retraite n’a pas les mêmes besoins qu’une technicienne de surface d'1m75 dans la fleur de l'âge...

 

À lire aussi

La prévention par l'alimentation
Les allégations de santé sortent du flou
Idées reçues sur l’alimentation

 

Source

(1) Étude Epic (European Prospective Investigation into Cancer and Nutrition).


Haut de page

A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Julie Luong
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 01/07/2012

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
0 avis

Voir aussi

Manger des protéines pour bien vieillir
Essentiel au bon fonctionnement de l’organisme, l’apport protéique devient crucial après 65 ans pour…
Les cures détox d'automne
Contrairement aux cures de printemps, plutôt destinées à éliminer avant l’été, les cures d’automne v…
Les bienfaits de la prétox avant les repas de fêtes
Mieux vaut prévenir que guérir. Le concept de prétox prend l’adage au pied de la lettre. Sous ce ter…