Le cholestérol : Conseil régimes

Hypercholestérolémie et alimentation
3 avis

Au cours d'un bilan sanguin, on vous a découvert un excès de cholestérol. Pour éviter les complications de l'hypercholestérolémie, voici des conseils hygiéno-diététiques qui peuvent contribuer à la limitation ou à la baisse de votre taux de cholestérol dans le sang.

AU SOMMAIRE DE CET ARTICLE
A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Jean-Pierre Roy, Pharmacien
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 14/01/2013

Cholestérol : les règles d'hygiène alimentaire

Faire baisser le taux de cholestérol implique plusieurs règles d'hygiène complémentaires les unes avec les autres.

Il est nécessaire avant tout de se maintenir à un poids idéal : un poids excessif accroît le risque d'hypertension, de diabète ou d'élévation du cholestérol.
Il est difficile de savoir pourquoi certains peuvent manger plus que d'autres tout en gardant un poids normal. Une chose est certaine: pour perdre du poids on doit manger moins de calories qu'on en brûle. Cela signifie que l'on doit, soit choisir des aliments à faible teneur en calorie, ou augmenter son activité physique. Pour s'en tenir à une définition simple le poids idéal est le poids que l'on a à 25 ans.

Mais le régime du sujet qui présente un taux de cholestérol trop élevé implique d'autres précautions en particulier la nécessité de manger des aliments variés.

Une alimentation équilibrée doit s'efforcer d'apporter chaque jour des aliments appartenant à chacun des groupes suivant :

  • Pain, céréales, pâtes,
  • Pomme de terre, petit pois, légumes secs,
  • Légumes verts,
  • Viandes, volailles, poissons,
  • Lait, yaourt, fromage maigre,
  • Fruits crus.


Le régime hypocholestérolémiant fait abaisser le taux de cholestérol.

 

Quelques définitions doivent être rappelées

  • Graisses, matières grasses, lipides sont des termes qui ont la même signification. Le cholestérol fait partie des graisses.

Les graisses saturées, insaturées, polyinsaturées sont des variétés de lipides. Trois acides gras polyinsaturés sont "essentiels", c'est-à-dire qu'il est obligatoire d'en consommer chaque jour une petite quantité : ils se trouvent dans certaines huiles végétales et les poissons. Il existe des huiles végétales ainsi que des margarines riches en acides gras insaturées, il faut apprendre à les connaître et à les utiliser.

 

  •  Il existe un rapport entre le taux du cholestérol dans le sang, les graisses absorbées chaque jour, et les maladies cardio-vasculaires.


Le régime riche en graisses saturées et en cholestérol augmente donc le risque. Mais il y a de grandes variations entre les uns et les autres.A l'extrême certains peuvent consommer sans risque des repas gras et des aliments riches en cholestérol.
Au contraire chez d'autres un régime pauvre en graisse et en cholestérol ne peut pas faire baisser le taux trop élevé du cholestérol.

Il est pourtant utile de recommander une réduction des apports en graisses, spécialement des graisses saturées ou du cholestérol. Cette réduction ne veut pas dire suppression ou condamnation d'aucun aliment.
Elle signifie seulement un apport équilibré et raisonnable des différentes graisses.
Si on aime une viande un peu grasse ou des fromages gras on peut en manger mais pas au même repas que d'autres aliments gras.

Les aliments riches en cholestérol (comme les œufs ou le foie) contiennent aussi des vitamines essentielles et des protéines très utiles. On retrouve toujours la même règle de base: avoir une alimentation variée.

Pour réduire les graisses, les graisses saturées, et l'apport de cholestérol il ne faut pas être très savant: quelques préceptes simples suffisent :

  • Choisir de la viande et de la charcuterie maigre,
  • Consommer du poisson, de la volaille (sauf la peau), et on peut compléter les apports protéiques avec des protéines végétales,
  • Modérer la consommation des œufs,
  • Lire de près les étiquettes pour mieux savoir les quantités de graisses contenues dans les aliments achetés,
  • Ajouter peu de matières grasses à la cuisine et si possible pas du tout : privilégier les modes de cuisson qui respectent ce principe, utiliser pour les salades des huiles végétales riches en acides gras insaturés, (tournesol - colza - soja).
  • Modérer la consommation de plats frits et de frites ou de chips,
  • A produit laitier de qualité égale préférer le produit écrémé ou demi-écrémé et les fromages peu gras,
  • Faire attention aux pâtisseries, aux viennoiseries, à certains biscuits, aux crèmes glacées et aux entremets qui peuvent contenir beaucoup de matières grasses et d'œufs.


Pour les fromages ne pas oublier que la mention 40 % de matière grasse se rapporte à la matière sèche contenue dans le fromage.
Enfin il faut manger suffisamment de glucides et de fibres, faire attention au sel et consommer modérément les boissons alcooliques. Il faut par ailleurs réduire la consommation de tabac et faire régulièrement de l'exercice.
 

Dans tous les cas ... respectez le traitement prescrit par votre médecin !

 

Pour vous aider, deux produits naturels

  • LECITHINE DE SOJA

Nom latin : Glycine soja. Origine: USA. Utilisé : la lécithine extraite de la graine.
Le soja, originaire de la Chine, est cité dans des ouvrages très anciens, il est encore aujourd'hui à la base de l'alimentation d'une grande partie des populations des pays d'Extrême Orient.
Le soja apparu en Europe au début du XVIII° siècle, est de nos jours surtout cultivé aux États-Unis. La pression de ses graines donne naissance à un mélange d'huile et de lécithine, séparées par décantation. On en extrait des phospholipides d'acides gras polyinsaturés, prescrits dans les troubles du métabolisme lipidique.
Riches en phosphatidyl-choline, les lécithines jouent un rôle majeur dans le métabolisme hépatique favorisant le "bon" cholestérol (HDL) au détriment du "mauvais" cholestérol (LDL).
On reconnaît d'autre part au soja d'excellentes propriétés de stimulation du cerveau, grâce à sa forte teneur en phospholipides (action sur les troubles passagers de la mémoire). La présentation sous forme de capsule huileuse garantit, pour ce produit, la meilleure conservation des principes actifs et une efficacité optimisée.

Utilisations traditionnelles: CHOLESTÉROL- MÉMOIRE (préparation aux examens).
Conseils et durée d'utilisation : 2 capsules de lécithine de soja (300 mg) + huile de carthame (150 mg), dosées à 450 mg, matin et soir, à prendre avec un grand verre d'eau avant les repas pendant 6 à 8 semaines.

 

  • SAUMON

Origine : Europe du Nord. Utilisé: Huile de chair de saumon.
Malgré une alimentation riche en graisses, des études ont démontré un taux de cholestérol et un taux d'accidents cardio-vasculaires chez les esquimaux très inférieurs à ceux observés en France notamment.
On peut attribuer cette caractéristique observée dans les pays nordiques à la consommation élevée de poissons gras au premier desquels le saumon.
L'huile de saumon contient en effet des acides gras poly-insaturés de la série Oméga 3 (EPA/DHA). Une supplémentation régulière en huile de saumon permet d'équilibrer le métabolisme des lipides sans effet indésirable.

Utilisations Traditionnelles: PRÉVENTION DES MALADIES CARDIO-VASCULAIRES - CHOLESTÉROL
Conseils et durée d'utilisation : 1 capsule d'huile de saumon (dosée à 500 mg), matin et soir, à prendre avant les repas pendant 6 à 8 semaines.


Haut de page

A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Jean-Pierre Roy, Pharmacien
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 14/01/2013

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
3 avis

Voir aussi

Alimentation et diabète
Voici des exemples de repas type selon votre type de diabète et selon votre poids.
Que manger si vous avez un ulcère ?
L’ulcère est une lésion de la muqueuse gastrique, qui peut survenir suite à une infection ou à la pr…
Une recette de crêpes pour les personnes allergiques
Quand on propose des crêpes au menu, on pense farine, œufs et lait de vache… Sauf que ce trio ne con…