Les vaccins obligatoires

Vrai-faux sur les vaccins obligatoires
0 avis

Depuis le 1er janvier 2018, 11 vaccins sont obligatoires pour tous les enfants de moins de deux ans. Cette mesure, qui vise à renforcer la couverture vaccinale pour lutter contre la réapparition des épidémies, a largement ravivé les débats sur la vaccination. L’occasion de démêler le vrai du faux.

AU SOMMAIRE DE CET ARTICLE
A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Comité éditorial Giphar
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 11/01/2018

Il y a désormais 11 vaccins infantiles obligatoires

Vrai.

Aux trois vaccins obligatoires, le fameux DTP (diphtérie, tétanos, poliomyélite), s’ajoutent désormais les huit jusqu’ici uniquement recommandés : coqueluche, rougeole-oreillons-rubéole, hépatite B, bactérie Haemophilus influenzae, pneumocoque et méningocoque C. Cette obligation s’applique à tous les enfants nés depuis le 1er janvier 2018.

 

Les maladies visées par les vaccins obligatoires ont disparu

Faux.

Les maladies visées par la vaccination sont toujours bien présentes et loin d’être anodines. Selon l’OMS, les campagnes de vaccination permettraient d’éviter, par an, entre 2 et 3 millions de morts de diphtérie, tétanos, rougeole et coqueluche.

Les conséquences d’un recul de la couverture vaccinale ont été mises en évidence en France par une forte recrudescence des cas de rougeole entre 2008 et 2014, avec plus de 23 000 cas déclarés, plus de 30 encéphalites et 10 décès…

 

Vaccination : l’allaitement protège déjà les enfants

Vrai et Faux.

L’allaitement est en effet très bénéfique pour l’immunité des plus petits, qu’il protège notamment des infections respiratoires virales et des otites. Mais cette protection ne s’étend pas à toutes les maladies. De plus, l’immunité acquise via la transmission placentaire disparaît progressivement, et ce, même en cas d’allaitement prolongé.

 

Le passage à 11 vaccins obligatoires est très brutal

Faux.

Dans les faits, selon le ministère de la Santé, du fait de la combinaison de plus en plus courante de vaccins obligatoires et recommandés dans une même injection, 70 % des enfants recevaient déjà ces 11 vaccins.

 

L’obligation vaccinale ne concerne que les familles

Faux.

Le taux de couverture vaccinale est une condition essentielle à la réussite de l’éradication ou de la mise en veille des épidémies. C’est pourquoi, les vaccins infantiles obligatoires sont exigés pour toute entrée en collectivité. La loi ne prévoit d’ailleurs aucune clause d’exemption même si, dans les faits, les sanctions pour défaut de vaccination restent extrêmement rares.

 

Vaccination : le conseil de votre pharmacien Giphar

Si votre enfant est particulièrement craintif face aux injections, vous pouvez demander à votre médecin de vous prescrire un patch anesthésiant.

L’injection vaccinale ne durant que quelques secondes, il est en revanche inutile de lui donner du paracétamol avant la vaccination.

À lire aussi
Vaccins : 4 questions qui fâchent
Craintes, pourquoi se faire vacciner ?
Vaccination : nos conseils
Immunité : vos vaccins en 5 questions


Sources

OMS, Inserm, Ministère de la Santé
http://vaccination-info-service.fr/


Haut de page

A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Comité éditorial Giphar
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 11/01/2018

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
0 avis

Voir aussi

5 questions sur la vaccination
Alors que seulement un Français sur deux estime que la vaccination apporte plus de bénéfices que de …
Où en est la recherche dans les vaccins ?
Malaria, Ebola, sida : 3 virus qui continuent à faire des ravages. Malgré des décennies de recherche…
Les polémiques autour des vaccins
Pas assez sûrs, responsables de maladies graves, en pénurie… En France, certaines polémiques font ra…