Les vaccins du futur : où en est-on ?

Où en est la recherche dans les vaccins ?
0 avis

Malaria, Ebola, sida : 3 virus qui continuent à faire des ravages. Malgré des décennies de recherches et certaines avancées, prudence et patience restent de mise concernant ces vaccins difficiles à mettre au point… ou à tester ! 

AU SOMMAIRE DE CET ARTICLE
A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Candice Leblanc
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 01/09/2016

Paludisme : un vaccin en sursis

Avec 600.000 morts par an, principalement des enfants d’Afrique subsaharienne, le paludisme ou malaria est sans doute la plus redoutable maladie infectieuse transmise par un moustique. Plusieurs vaccins ont déjà été testés, mais aucun n’a encore été homologué par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). Le dernier en date a toutefois fait un peu mieux que les précents puisqu’il est en étude clinique de phase 3 (sur 4). « Il a été approuvé par l’Agence européenne du médicament en 2015 et l’OMS a autorisé des projets-pilotes de vaccination dans certains pays africains », explique le Pr Frédéric Tangy, directeur de l’unité de vaccination à l’Institut Pasteur. « Son efficacité est toutefois relative : administré à des bébés de moins de 17 mois, il ne protégerait du paludisme que dans 30 à 40 % des cas. Pire : la protection ne durerait pas plus de 2 ans, voire moins. » Ce n’est pas la panacée, mais c’est sans doute mieux que rien… D’autant que ce vaccin, fabriqué sur base du vaccin contre l’hépatite B, s’avère très efficace contre cette maladie-là. Un bon point pour lui !  

 

Vaccin contre Ebola : des raisons d’espérer

En 2013 et 2014, la dernière épidémie de fièvre hémorragique provoquée par le virus Ebola en Afrique de l’Ouest a fait plus de 11.000 morts sur 28.000 cas recensés. À cette occasion et pour la première fois, un vaccin a été testé à grande échelle sur l’homme. En effet, près de 4.000 volontaires l’ont reçu et presque aucun n’a contracté la maladie ! Là encore, le Pr Tangy se montre prudent. « L’administration de ce vaccin s’est faite en fin d’épidémie et on ignore encore son efficacité à long terme. De plus, il avait été testé contre le HIV, mais on l’avait abandonné, car il provoque des effets secondaires importants. D’autres études doivent être réalisées pour s’assurer de son innocuité et de son efficacité à long terme. »

 

Vaccin contre le sida : une chimère ?

C’est l’un des Graal de la recherche en virologie : trouver un vaccin contre le sida. Bien que la pandémie soit en recul, 37 millions de personnes vivent aujourd’hui avec ce virus et 1,2 million en sont mortes en 2014. Régulièrement, des équipes de chercheurs annoncent être à deux doigts de mettre au point un vaccin curatif. Le Pr Tangy est sceptique : « Le virus du sida est chronique, très complexe et présente de multiples visages. Une seule personne infectée porte en elle des milliers de souches différentes ! Ça fait trente ans qu’on essaie de mettre au point un vaccin thérapeutique (qui tuerait le virus chez les personnes séropositives)… en vain ! » Quant au vaccin préventif, les meilleurs produits testés n’ont pas démontré une efficacité supérieure à 30 %. « Si vous avez 7 chances sur 10 d’être contaminé malgré une vaccination, autant utiliser un préservatif, c’est plus sûr ! »
Bref, si les chercheurs n’abandonnent pas, force est de constater que les vaccins contre la malaria, Ebola et le sida ne sont - hélas ! - pas pour demain…

 

Vaccins : quelques nouvelles encourageantes

Tout n’est pas noir au royaume des futurs ou nouveaux vaccins !

  • Un vaccin contre le chikungunya a démontré une efficacité proche de 100 % après 2 injections lors des essais de phase 2.

  • Un vaccin contre la dengue a été mis sur le marché au Mexique et aux Philippines. Bémols : son efficacité ne serait toutefois que de 50 % et son administration est actuellement réservée aux 9-45 ans.

  • D’après des résultats publiés l’année dernière, un vaccin contre le VRS, le virus responsable de la bronchiolite du nourrisson, a été testé en phase 2 avec succès sur quelques dizaines de femmes enceintes.

  • L’institut Pasteur espère mettre au point un vaccin contre le virus Zika d’ici la fin de l’année. Si cela se confirme, les premiers essais sur l’homme pourraient commencer en 2017.

 

Zona : le vaccin est là !

Chaque année, environ 300.000 personnes en France sont touchées par le zona. Cette réactivation tardive du virus de la varicelle provoque de vives douleurs sur les trajets nerveux qui, dans certains cas, peuvent devenir chroniques. Or, depuis juin 2015, un vaccin est disponible et partiellement remboursé aux plus de 65 ans. D’après une récente étude, il diminue de moitié (51 %) les risques de développer un zona et de 73 % les risques de souffrir d’une forme sévère de la maladie. Le vaccin prévient aussi 67 % des risques de douleurs résiduelles.   

 

À lire aussi

Vaccins : 4 questions qui fâchent
Craintes : pourquoi se faire vacciner ?

Sida : un vaccin entre espoir et désillusions

Le vaccin contre le zona : pour qui ?

Voyages : partez en force !


Haut de page

A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Candice Leblanc
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 01/09/2016

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
0 avis

Voir aussi

5 questions sur la vaccination
Alors que seulement un Français sur deux estime que la vaccination apporte plus de bénéfices que de …
Les polémiques autour des vaccins
Pas assez sûrs, responsables de maladies graves, en pénurie… En France, certaines polémiques font ra…
Les raisons de se faire vacciner
Alors que certains pays du tiers-monde pleurent après des vaccins, on observe en France depuis quelq…