Vaccins : (bien) plus qu’une vie sauvée !

Se faire vacciner protège aussi l'entourage
0 avis

La vaccination reste un traitement préventif de choix pour de nombreuses maladies. N’en déplaise à ses détracteurs, elle sauve chaque année des millions de vies. Mais les vertus d’une bonne couverture vaccinale ne s’arrêtent pas là…

AU SOMMAIRE DE CET ARTICLE
A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Candice Leblanc
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 01/09/2012

Vaccination : le principe

Le principe de la vaccination est simple : il consiste à introduire dans le corps un fragment ou une forme atténuée de virus ou de bactérie.

Le corps réagit en produisant des anticorps spécifiques. Par la suite, si vous êtes confronté(e) au microbe, votre système immunitaire le détruira aussitôt !

 

Vaccins : une question de vie ou de mort…ou de séquelles

En France métropolitaine, seule la triple vaccination dipthérie-tétanos-poliomyélite (DTP) est obligatoire. En Guyane, le vaccin contre la fièvre jaune l’est également. Une attestation est d’ailleurs exigée lors de l’entrée d’un enfant en communauté (crèche, école, camp de vacances, etc.). Non seulement ces maladies sont potentiellement mortelles – le tétanos est responsable d’un demi-million de décès par an dans le monde – mais elles peuvent également laisser des séquelles graves.

Dans sa forme la plus redoutable, la polio provoque une paralysie irréversible des membres.

 

Se faire vacciner pour protéger les autres

Dans les crèches, les puéricultrices redoutent les gastro-entérites à rotavirus. Et pour cause : un seul enfant malade suffit à contaminer tous les autres !
Or, la vaccination est possible. « Certains vaccins, dits altruistes, ne protègent pas seulement la personne qui le reçoit », rappelle le Pr Odile Launay, infectiologue et spécialiste des vaccinations(1). « Ils préservent aussi les autres en évitant la transmission de la maladie.
Quand il y a suffisamment de personnes vaccinées dans une communauté, comme l’agent infectieux ne circule plus, même les individus non vaccinés sont protégés. »

Cette protection généralisée peut être spectaculaire : grâce à des campagnes massives de vaccination à travers le monde, la variole, l’une des maladies les plus meurtrières de l’histoire humaine, a été totalement éradiquée de la surface de la terre à la fin des années 70.

 

Des vaccins contre le cancer ?

Il y a bien sûr le vaccin contre le cancer du col de l’utérus. Administré aux jeunes filles, il protège contre les souches de papillomavirus responsables des trois quarts de ces cancers. Mais ce n’est pas le seul.

Il existe un vaccin contre l’hépatite B qui, quoique non obligatoire, n’en est pas moins fortement recommandé par les médecins(2). En effet, cette maladie peut devenir chronique. Et provoquer, à terme, un cancer du foie.

 

Le conseil de votre pharmacien Giphar

Pensez aux rappels !
Si la plupart des vaccins offrent une protection à vie, certains nécessitent des piqûres de rappel pour entretenir la mémoire immunitaire. Par exemple, le vaccin contre le tétanos (combiné à la diphtérie et à la poliomyélite) doit être administré tous les 10 ans aux adultes.


Source
(1) Le Pr Odile Launay enseigne les maladies infectieuses à l’Université Paris-Descartes et est viceprésidente du Comité technique des vaccinations.
(2) Au rayon des vaccins fortement recommandés, citons également le ROR (rougeole, oreillons, rubéole) et les vaccins contre la coqueluche, l’Haemophilus influenzae B, le méningocoque C et les pneumocoques.


Haut de page

A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Candice Leblanc
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 01/09/2012

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
0 avis

Voir aussi

5 questions sur la vaccination
Alors que seulement un Français sur deux estime que la vaccination apporte plus de bénéfices que de …
Où en est la recherche dans les vaccins ?
Malaria, Ebola, sida : 3 virus qui continuent à faire des ravages. Malgré des décennies de recherche…
Les polémiques autour des vaccins
Pas assez sûrs, responsables de maladies graves, en pénurie… En France, certaines polémiques font ra…