Les médicaments à risques en cas de vague de froid

Médicaments et risque d'hypothermie
0 avis

Certains médicaments, du fait de leurs propriétés pharmacologiques, pourraient théoriquement être responsables de la survenue ou de l'aggravation de symptômes liés au froid en interagissant avecles mécanismes adaptatifs de l'organisme.

AU SOMMAIRE DE CET ARTICLE
A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Comité éditorial Giphar
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 20/01/2014

Les risques induits par les médicaments sur l'adaptation au froid

En effet, des médicaments peuvent contribuer à aggraver une hypothermie. De plus, certains médicaments peuvent provoquer à eux seuls une hypothermie dans des conditions normales de température.

Aussi, certains médicaments ont un profil pharmacocinétique qui peut être affecté par la vasoconstriction survenant lors de l'exposition au froid.

Enfin, des médicaments peuvent indirectement aggraver les effets du froid.

 

Les médicaments susceptibles d'aggraver une hypothermie

  • Les médicaments pouvant perturber la thermorégulation centrale (hypothalamus) :

  • les neuroleptiques par inhibition du mécanisme du frissonnement au niveau central et par action sur les centres thermorégulateurs ;

  • les barbituriques, les benzodiazépines et apparentés, par dépression du système nerveux central.

 

  • Les médicaments pouvant perturber la thermorégulation au niveau périphérique (vaisseaux) par limitation de la réponse vasoconstrictrice :

  • certains anti-hypertenseurs (alpha-bloquants, inhibiteurs calciques, inhibiteurs de l'enzyme de conversion de l'angiotensine, antagonistes des récepteurs de l'angiotensine II) ;

  • les vasodilatateurs, notamment les dérivés nitrés.

 

Les médicaments pouvant induire une hypothermie

La prise de neuroleptique est une situation connue pour favoriser les problèmes de régulations thermiques, que ce soit dans des conditions normales de température ou en cas d'épisode de grand froid.

 

  • Les médicaments ayant un profil pharmacocinétique pouvant être affecté par la vasoconstriction :

  • Les médicaments à faible marge thérapeutique (par modification de leur distribution ou de leur élimination) notamment :

  • les sels de lithium ;

  • la digoxine ;

  • certains anti-épileptiques (carbamazépine, acide valproïque, phénobarbital, phénytoïne).

 

  • Les médicaments dont l'absorption peut être modifiée :

  • les patchs, notamment ceux contenant des dérivés nitrés ou du fentanyl ;

  • les médicaments administrés par voie sous-cutanée.

 

  • Les médicaments pouvant indirectement aggraver les effets du froid :

  • Les médicaments agissant sur la vigilance (sédatifs, benzodiazépines et apparentés) peuvent altérer les capacités à lutter contre le froid.

 

À lire aussi

Le froid : attention danger pour la santé !

Virus et froid : tous malades en hiver ?
Bien au chaud, bien dans ma peau !

 

Source

Afssaps - 20/12/07


Haut de page

A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Comité éditorial Giphar
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 20/01/2014

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
0 avis

Voir aussi

Photosensibilisation due aux médicaments
Médicaments et soleil ne font pas toujours bon ménage. Il faut donc être prudent avec certains médic…
Importance de la pharmacovigilance avec votre pharmacien
La pharmacovigilance n’est pas assez connue du Grand Public et, pourtant, elle représente un aspect …
Conduite automobile : les médicaments dangereux
Vous êtes sous traitement et devez prendre le volant ? Voici la liste des principales classes thérap…