Antihistaminiques : gare à la somnolence !

Comment éviter l'effet sédatif des antihistaminiques ?
16 avis

La somnolence est un effet secondaire bien connu des antihistaminiques, ces médicaments utilisés pour combattre les réactions allergiques. Comment se matérialise-t-elle ? Peut-on contourner cet effet sédatif ?

AU SOMMAIRE DE CET ARTICLE
A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Thomas Coucq
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 23/06/2014

Vous souffrez de rhume des foins, d’allergies aux acariens ou aux poils de chats ? Vous n’êtes alors sans doute pas sans savoir que les antihistaminiques peuvent provoquer de la somnolence. Ces médicaments utilisés pour soulager les symptômes liés à l’exposition à un allergène peuvent en effet être sédatifs.

 

Effet secondaire : somnolence et perte de vigilance

Tout le monde ne réagit toutefois pas de la même façon à la prise d’un antihistaminique. Si certains piquent du nez à la première occasion après avoir avalé un comprimé, d’autres ne ressentent pas cet effet secondaire. Une diminution de la vigilance survient toutefois dans la quasi-totalité des cas. Celle-ci peut alors avoir un impact sur la productivité au travail ou à l’école pour les enfants.
Il est d’ailleurs déconseillé après avoir pris un antihistaminique de conduire (particulièrement sur l’autoroute) ou de pratiquer des activités à risque, comme du travail monotone sur une machine dangereuse.

 

Des antihistaminiques moins sédatifs

On distingue cependant deux types d’antihistaminiques : ceux de première et ceux de seconde génération.

  • Les anciennes molécules passent plus facilement dans le cerveau et peuvent dès lors agir sur le centre du sommeil et induire une somnolence. Elles peuvent également avoir d’autres effets : stimuler l’appétit ou diminuer les performances psychomotrices par exemple.

  • Les antihistaminiques de seconde génération ne pénètrent par contre pratiquement pas dans le cerveau. Ils provoquent donc beaucoup moins de somnolence, voire quasiment pas du tout. Quelles sont ces molécules ? La lévocétirizine, la desloratadine, la fexofénadine, la bilastine, la rupatadine… N’hésitez pas à privilégier ces solutions, surtout si vous êtes sujet à la somnolence. Demandez conseil à votre médecin ou à votre pharmacien en cas de doute !

 

Antihistaminique : des conseils contre la somnolence

Prendre l’antihistaminique de première génération le soir avant de se coucher peut aider à contourner la somnolence et à améliorer le sommeil si celui-ci est perturbé par les manifestations allergiques. Les effets sédatifs peuvent toutefois perdurer après le réveil.
Il est également conseillé d’éviter d’associer antihistaminiques et consommation d’alcool ou de benzodiazépines . Ces produits ont également un effet sédatif et accentuent donc la somnolence.

À lire aussi
Immunité : halte aux allergies !
Les allergies respiratoires


Source
Merci au Pr Charles Pilette, Responsable du Centre de l'Allergie des Cliniques universitaires Saint-Luc à Bruxelles et au Pr Philippe Devillier, Responsable du Laboratoire de pharmacologie pulmonaire à l’Hôpital Foch à Suresnes.


Haut de page

A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Thomas Coucq
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 23/06/2014

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
16 avis

Voir aussi

Photosensibilisation due aux médicaments
Médicaments et soleil ne font pas toujours bon ménage. Il faut donc être prudent avec certains médic…
Importance de la pharmacovigilance avec votre pharmacien
La pharmacovigilance n’est pas assez connue du Grand Public et, pourtant, elle représente un aspect …
Conduite automobile : les médicaments dangereux
Vous êtes sous traitement et devez prendre le volant ? Voici la liste des principales classes thérap…