Votre pharmacien, le médicament et votre santé

Le rôle du pharmacien, les médicaments et la santé
5 avis

En quoi consiste la profession du pharmacien ? Quel est le rôle de l'équipe officinale ? Focus sur les médicaments et votre santé. Découvrez nos conseils pour une bonne utilisation des médicaments.

AU SOMMAIRE DE CET ARTICLE
A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Thierry Schutz, Pharmacien
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 10/03/2014

Votre pharmacien, qui est-il ?

  • La profession de pharmacien    

Son diplôme de docteur en pharmacie, acquis après 6 années d'études universitaires, le destine le plus souvent à une carrière liée au médicament, en pharmacie, dans l'industrie ou dans la répartition (grossiste en pharmacie). Dans ces trois activités, sa présence est obligatoire.    

Néanmoins, certains pharmaciens sont biologistes dans un laboratoire d'analyses médicales, d'autres exercent au Ministère de la Santé, dans l'enseignement, la recherche...   

 

  • Pourquoi des pharmaciens ?    

Le pharmacien est le professionnel du médicament depuis sa conception jusqu'à sa délivrance au malade. L'industrie pharmaceutique manipule des produits pouvant être dangereux. Modifiés et exactement dosés, ils sont destinés à devenir médicaments.    

Cette industrie a dû, bien avant d'autres, développer le concept de «zéro défaut » et placer le pharmacien au cœur de tous les dispositifs de sécurité nécessaires.    

Le médicament moderne est composé d'une ou plusieurs substances très actives.

  • Il peut se révéler toxique à des doses très variables suivant l'affection, l'âge et le poids du malade.

  • Il peut présenter un risque d'allergie ou être interdit en association avec d'autres médicaments.

  • Il peut entraîner des effets secondaires ou, de façon imprévisible, des accidents très graves.

  • Le médicament peut être contre-indiqué dans certains états ou pour certaines maladies.

  • Son emploi peut nécessiter une surveillance étroite de certaines constantes biologiques de l'organisme.

  • Son usage trop répété peut parfois conduire à une accoutumance.

  • Il peut être détourné de son usage normal à des fins de dopage ou de toxicomanie.    

 

Pour toutes ces raisons primordiales de santé publique, la loi a institué un monopole pharmaceutique qui attribue au pharmacien la responsabilité de la fabrication et de la dispensation (délivrance) des médicaments.    

A l'hôpital, la délivrance des médicaments est assurée par un pharmacien responsable et, en dehors, par un pharmacien titulaire d'une officine de pharmacie.

Haut de page

 

Votre pharmacie, espace de santé

  • La présence pharmaceutique    

La répartition des 22 517 pharmacies françaises est réglementée pour que puisse être assuré partout un service de proximité.    

La Croix Verte, symbole de cette présence, contribue pleinement à l'aménagement harmonieux du territoire national, en matière de santé. De plus, l'existence d'un système de garde permet de répondre aux urgences toute l'année 24h/24.    

L'organisation de la chaîne pharmaceutique de notre pays donne la possibilité à n'importe quelle officine d'être réapprovisionnée dans la demi-journée, de l'une des 16.500 présentations de médicaments.   

 

  • L'équipe officinale et son rôle    

Le pharmacien titulaire peut être entouré de pharmaciens assistants. Tous sont inscrits au Conseil de l'Ordre des pharmaciens dont la mission, dans l'intérêt de la santé publique, consiste à faire respecter les règles déontologiques liées à l'exercice de pharmacien et à défendre les intérêts moraux de la profession.    

Les préparateurs en pharmacie, titulaires d'un Brevet Professionnel, complètent l'équipe officinale.    

Dans la pharmacie, cette équipe a un rôle central : la bonne dispensation des médicaments. Elle a reçu la formation nécessaire à l'analyse de l'ordonnance médicale.

  • Elle sait l'expliquer en donnant les conseils adaptés au bon déroulement de la thérapeutique, horaire d'administration, associations possibles, contre-indications et précautions d'emploi.

  • Elle sait discerner les effets secondaires.

  • Elle sait détecter les associations dangereuses et proposer au malade de consulter son médecin ou convenir avec celui-ci d'une éventuelle modification de la prescription.    

 

Au-delà du médicament, la formation de votre pharmacien en fait l'interlocuteur naturel et proche de vos préoccupations de diététique, de vos problèmes de soins et d'hygiène. Il connaît très bien les plantes et leurs principes actifs, ainsi que les champignons.    

Le pharmacien contribue à l'éducation sanitaire et sociale du public ; sentinelle de la santé, il participe à la prévention et au dépistage des maladies ainsi qu'au suivi de certains traitements et à la lutte contre le dopage et la toxicomanie.    

Il est votre partenaire pour réussir le maintien à domicile de vos proches et, désormais, il peut effectuer, dans certaines conditions, la délivrance du médicament au domicile du malade dépendant.

Haut de page

 

La pharmacie, dépenses et économies de santé

  • Le prix du médicament remboursable   

Le prix du médicament français est l'un des plus bas d'Europe. Il se décompose environ ainsi 68 % représente la part du fabricant, 3% celle du grossiste et 25 % celle de la pharmacie d'officine.     

Entre 1990 et 2010, l’indice du coût de la vie a augmenté de 40,5 % ; dans le même temps, l’indice des prix publics des médicaments (remboursables et non remboursables) diminuait de 13,7 %. Pour les seuls médicaments remboursables, c’est-à-dire pris en charge par la solidarité nationale, le prix public a reculé de 22,9 %.

 

  • Médicaments et dépenses de santé    

La part de remboursement des organismes sociaux concernant la pharmacie représente environ 15 % du total des dépenses. A titre de comparaison, cette part est de 17 % pour les honoraires médicaux et de 55 % pour l'hospitalisation.    

En matière de santé publique, il existe deux impératifs qui peuvent apparaître opposés : l'amélioration de l'état sanitaire doit se réaliser avec un coût maintenu dans des limites acceptables.    

Ces deux impératifs de santé et de coût peuvent se rejoindre car, pour bien se soigner, il faut le nécessaire mais aussi le suffisant et éviter ainsi le gaspillage.    

Le pharmacien contribue pleinement à la régulation des dépenses de santé par la bonne dispensation des médicaments. Il permet que soient respectées les lois de la santé publique et sa vigilance évite les dépenses qui seraient engendrées par une thérapeutique mal comprise ou mal utilisée.    On peut chiffrer les économies que réalise la collectivité grâce à l'apport considérable de la pharmacie en matière de prévention et, aussi, grâce à la participation active du pharmacien dans le maintien à domicile. Mais, comment chiffrer le résultat du conseil du pharmacien ainsi que les économies induites sous son contrôle par l'automédication ?  

 

  • Les médicaments génériques et la substitution     

Un laboratoire pharmaceutique possède l'exclusivité pendant plusieurs années de commercialiser un médicament original (princeps) qu'il a découvert. Ensuite d'autres laboratoires auront le droit de produire une copie avec la même molécule. Ce médicament sera appelé « générique ».

Le pharmacien détient le « droit de substitution ». Il lui permet de délivrer au patient et avec son accord un médicament générique, à la place de celui inscrit sur l'ordonnance médicale.    

Il s'agit du même traitement, conforme à la prescription. Ce médicament est aussi efficace, il est aussi sûr car il est soumis aux mêmes contrôles, mais il est environ 30% moins cher que le médicament princeps. Le pharmacien participe ainsi activement au contrôle des dépenses de santé, de même que le patient qui accepte la substitution par un générique.  

 

  •  Destruction et recyclage des médicaments   

Le pharmacien est présent tout au long de la vie du médicament et, en particulier, lors de sa destruction : elle sera effectuée sous son contrôle dans la plus grande sécurité pour éviter toute cause d'accident et dans l'absolu respect de notre environnement. Votre pharmacien se charge de détruire les médicaments par une filière sécurisée et non polluante: cyclamed.

Haut de page

 

Le médicament : une délivrance surveillée

  • Pourquoi des règles de santé publique ?    

Les médicaments sont classés suivant la toxicité potentielle et le dosage de leurs composants. Ils pourront ainsi être en vente libre en pharmacie, appartenir à des listes de substances vénéneuses (Liste I ou Il) ou de substances stupéfiantes.    

Une substance est dite vénéneuse quand son administration peut provoquer des effets nocifs, être la source d'accidents ou quand elle peut être utilisée à des fins criminelles.    

Une prescription médicale est obligatoire pour sa délivrance et, afin d'éviter une automédication dangereuse, son renouvellement est limité.    

Parmi les substances toxiques, certaines sont susceptibles d'introduire chez l'utilisateur un état de dépendance, c'est-à-dire un risque de toxicomanie. Les médicaments qui contiennent ces substances sont inscrits sur la liste des stupéfiants. Leur prescription est très limitée dans le temps et non renouvelable leur délivrance est soumise à des règles très strictes.    

Les médicaments, dont les composants appartiennent à ces listes, doivent comporter un étiquetage particulier avec des mentions et recommandations obligatoires et l'usage de couleurs déterminées. On les reconnaît facilement par la présence, sur les boîtes, d'un quadrilatère blanc entouré de vert ou de rouge suivant leur catégorie.   

Des cas particuliers existent dans la réglementation des substances vénéneuses, ils concernent les médicaments hypnotiques (inducteurs du sommeil) et les anxiolytiques (réducteurs de l'angoisse). Leur consommation est jugée trop importante en France et ainsi, on a réduit leur possibilité de prescription et de renouvellement.    

Pour des raisons économiques, certains médicaments d'exception très coûteux ne sont remboursables que dans un cadre très strict qui permet de vérifier le bien-fondé de la décision médicale.    

Pour tous ces médicaments à délivrance limitée, le pharmacien doit inscrire les sorties sur un registre appelé ordonnancier qui est informatique. Une comptabilité rigoureuse a été imposée pour les stupéfiants ; ainsi, tous leurs mouvements, depuis le fabricant jusqu'au malade, peuvent être suivis.

 

  • Le refus de vente    

Votre pharmacien possède le droit de refus de vente qui s'exerce dans le seul intérêt de la santé publique.    

Il a le droit de l'appliquer quand une demande de médicament contenant des substances vénéneuses n'est pas motivée par une ordonnance médicale ou si cette dernière comporte des associations de médicaments dangereuses ou des contre-indications pour le malade.    

Pour les mêmes raisons ou pour empêcher une utilisation détournée, il pourra aussi refuser la délivrance d'un médicament dit "en vente libre".    

Tout acte pharmaceutique non conforme au code de la santé publique engage la responsabilité du pharmacien. Cette responsabilité est aussi entière quand il délivre des médicaments à partir d'une prescription médicale.    

La pharmacie est un lieu de vente particulier, car le médicament destiné à soigner n'est pas inoffensif ; faites confiance à votre pharmacien, écoutez ses conseils et acceptez ses refus c'est votre santé qui est en jeu.

Haut de page

 

Médicaments : quelques conseils

  • Signalez toujours à votre médecin et à votre pharmacien vos traitements en cours, ce que vous prenez sans ordonnance, vos allergies, votre état.

  • Méfiez-vous de la publicité, faites plutôt confiance à votre pharmacien, décrivez-lui vos symptômes qui l'orienteront vers un conseil adapté.

  • N'empruntez pas le médicament d'autrui sous prétexte qu'il lui a été efficace.

  • Lisez bien les notices d'emploi.

  • Soyez extrêmement vigilant lors de l'administration de médicaments à des enfants.

  • Respectez scrupuleusement la posologie prescrite et les horaires d'administration.

  • Rappelez-vous que l'observance de la thérapeutique (le respect de toutes les consignes du traitement) est la condition essentielle de sa réussite.

  • De vous-même, ne reprenez pas ce qui avait pu vous être prescrit auparavant, sans qu'il y ait eu au préalable un nouveau diagnostic.

  • Pour les traitements d'affections chroniques, ne risquez pas l'interruption brutale de médicaments indispensables à votre organisme.

  • Si vous êtes malade en vacances ou, en dehors de votre cadre de santé habituel, signalez toujours vos éventuelles maladies chroniques (glaucome, diabète, hypertension, etc.)

  • Soyez à jour de vos vaccinations.

  • Conservez vos médicaments hors de la portée des enfants et de préférence, dans un endroit sec et frais.

  • Signalez à votre pharmacien les médicaments qu'il vous reste.

  • Rapportez-lui ceux inutilisés ou périmés.

  • N'attendez pas tout du médicament et pensez à parfaire votre hygiène de vie.

 

Source

LEEM - http://www.leem.org


Haut de page

A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Thierry Schutz, Pharmacien
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 10/03/2014

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
5 avis

Voir aussi

Le contraceptif d'urgence
Oubli de pilule, rupture du préservatif ou absence de contraception…, les circonstances pouvant mene…
La résistance des bactéries aux antibiotiques
La résistance de certaines bactéries aux antibiotiques provoque chaque année la mort de 25.000 perso…
Les idées reçues sur la bonne prise des médicaments
Les médicaments font partie de notre vie de tous les jours. Mais sommes-nous vraiment imbattables su…