Patchs : serons-nous demain tous « timbrés » ?

Les avantages du patch
0 avis

Ils sont discrets, faciles à appliquer et ne mesurent que quelques centimètres… Les patchs ne manquent pas d’atouts ! Ces drôles de « timbres » sont de nos jours de plus en plus utilisés.

AU SOMMAIRE DE CET ARTICLE
A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Thomas Coucq
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 01/03/2016

Ces petits carrés que l’on colle sur la peau n’ont l’air de rien. Pourtant, ils n’ont pas leurs pareils pour administrer certains médicaments. Les patchs – ou timbres transdermiques – libèrent en effet leur principe actif lentement, ce qui leur permet d’agir sur de longues périodes, parfois pendant plusieurs jours. Pas besoin de reprendre des comprimés toutes les 3 heures si l’effet doit rester constant…

 

Le patch, c’est quoi ?

« Le fonctionnement des patchs repose sur un principe simple », explique le Pr Antoine Coquerel, chef du service de pharmacologie du CHU de Caen. « Les petites molécules lorsqu’elles sont très concentrées sur un espace restreint diffusent à travers la peau, un peu comme l’humidité dans une pièce. » Le patch est donc composé d’une matrice – étudiée pour optimiser la diffusion du médicament – à laquelle a été associé un principe actif. Le tout est ensuite fixé à une surface collante qui permet à la matrice de bien rester en contact avec la peau… Il suffit donc de le placer sur son épaule ou sur sa cuisse et le patch fait le reste !

 

Patchs : des applications variées

Aujourd’hui, les patchs permettent de soulager la dépendance à la nicotine, les douleurs chroniques modérées à sévères, l’angine de poitrine*1… Sans oublier les timbres contraceptifs qui ont l'avantage de ne devoir être remplacés qu’une fois par semaine. Depuis quelque temps, un patch destiné à atténuer les symptômes de la maladie d’Alzheimer est également disponible.

 

Patchs : une pharmacie sur la peau

Les patchs n’ont pas fini de faire parler d’eux ! Ils pourraient d’ailleurs encore faire l’objet d’améliorations dans les années à venir, notamment grâce aux nanoparticules ou encore grâce à des systèmes électroniques innovants qui permettraient de porter en quelque sorte une partie de sa pharmacie à même la peau…

 

Nanoparticules : toujours plus loin !

Les nanoparticules, ces tout petits agents qui ne mesurent que quelques nanomètres (0,000000001 mètre), pourraient permettre à moyen terme d’améliorer le fonctionnement des patchs. Comment ? En ne délivrant par exemple le médicament que précisément là où il est nécessaire – dans le cœur par exemple – et pas dans tout l’organisme comme c’est le cas actuellement.

 

Patchs usagés : prudence !

Pour que le médicament diffuse correctement, il doit être très concentré. Lorsque le dosage du patch baisse, il devient donc moins efficace et doit être changé. Conséquence : les patchs « épuisés » contiennent toujours un peu de substances actives. La prudence est donc de mise avec certains patchs, comme les puissants antidouleurs ! Mieux vaut ne pas les jeter dans une poubelle mais plutôt les rapporter à votre pharmacien.

 

À lire aussi

Nouvelles technologies : des patchs en veux-tu…

Le patch contraceptif hebdomadaire


Sources
Merci au Pr Antoine Coquerel, Professeur des universités-Praticien hospitalier et chef du service de pharmacologie du CHU de Caen, à Michel Puceat, Directeur de recherche INSERM, spécialisé en Physiopathologie du développement cardiaque à l’Université d’Aix-Marseille, au Pr Pierre Gianello, Professeur de chirurgie à l'Université catholique de Louvain (UCL) à Bruxelles, au Pr Zhen Gu, chercheur à l’Université de Caroline du Nord, à Marion Sausse Lhernould, chercheuse sur le projet ReMAID à l’Université Libre de Bruxelles, et à Fabrice Verjus, docteur en physique électronique et Président de BodyCap.

*1 Une douleur thoracique qui survient à l’effort peut être le signe d’une maladie cardiaque

 


Haut de page

A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Thomas Coucq
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 01/03/2016

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
0 avis

Voir aussi

Le contraceptif d'urgence
Oubli de pilule, rupture du préservatif ou absence de contraception…, les circonstances pouvant mene…
La résistance des bactéries aux antibiotiques
La résistance de certaines bactéries aux antibiotiques provoque chaque année la mort de 25.000 perso…
Les idées reçues sur la bonne prise des médicaments
Les médicaments font partie de notre vie de tous les jours. Mais sommes-nous vraiment imbattables su…