"Aïe, ça fait mal !" Quelles solutions ?

Quel antalgique choisir ?
0 avis

Ibuprofène, acide acétylsalicylique, paracétamol… Le choix en antidouleurs est vaste mais lequel vous convient et quand ? Zoom sur les possibilités qui s'offrent à vous !

AU SOMMAIRE DE CET ARTICLE
A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Barbara Delbrouck
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 07/11/2011

Quel antidouleur choisir ?

Connaissez-vous pire moment que celui où une douleur s'installe ? Vous savez, celui où elle fait son nid petit à petit, où vous la sentez monter. Celui où la seule chose qui vous vient à l'esprit c'est d'ouvrir votre boîte à pharmacie et d'en sortir au plus vite l'antidouleur qui vous délivrera.

Mais stop... Ne foncez pas tête baissée ! Et pour cause: certains sont efficaces contre la douleur et la fièvre tandis que d'autres n'agissent que sur l'inflammation.

D'aucuns doivent être pris 3 fois par jour là où d'autres ne nécessitent qu'une prise quotidienne... Comment choisir ?    

Haut de page

 

Le paracétamol en cas de fièvre ou de douleur modérée

Le paracétamol est l'antidouleur le plus fréquent et est à envisager :

  • en cas de fièvre,

  • lorsque la douleur est d'intensité modérée (légers maux de tête et douleurs articulaires, par exemple).

Il peut être utilisé sans danger chez l'enfant et la femme enceinte. Cependant, il peut ne pas suffire à calmer la douleur lorsque celle-ci est trop intense et/ou en cas d'inflammation. 

Haut de page

 

Les anti-inflammatoires: un usage limité

L'ibuprofène et l'acide acétylsalicylique possèdent une action anti-inflammatoire et peuvent donc être utiles en cas d'inflammation.

C'est-à-dire lorsque la douleur s'accompagne :

  • de rougeurs,

  • d'un gonflement,

  • et/ou d'une sensation de chaleur. En cas de plaie infectée, par exemple.

 

Attention: ce sont des médicaments de crise, ils sont là pour soulager ! La cause de la douleur doit être prise en charge par un médecin.

Notez qu'à l'inverse du paracétamol, les anti-inflammatoires sont interdits chez la femme enceinte.

 

Antidouleurs : pas d'excès !

Que vous optiez pour du paracétamol ou un anti-inflammatoire, vous devez respecter les précautions d'emploi ainsi que les recommandations de dosage et de fréquence précisées sur la notice.

A haute dose, les antidouleurs peuvent se révéler nocifs pour votre santé. Attention si vous prenez déjà d'autres médicaments. Les anti-inflammatoires, y compris l'aspirine à faible dose, peuvent provoquer des interactions médicamenteuses. Veillez donc bien à lire la notice.

Dans tous les cas, demandez conseil à votre pharmacien.

 

Réagissez vite !

Que vous choisissiez l'une ou l'autre option, un seul conseil: n'attendez pas la dernière minute ! Les antidouleurs sont d’autant plus efficaces qu’ils sont pris au tout début d'une crise.

 

À lire aussi

Gérer les douleurs de l'enfant

Les douleurs articulaires


Haut de page

A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Barbara Delbrouck
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 07/11/2011

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
0 avis

Voir aussi

Le contraceptif d'urgence
Oubli de pilule, rupture du préservatif ou absence de contraception…, les circonstances pouvant mene…
La résistance des bactéries aux antibiotiques
La résistance de certaines bactéries aux antibiotiques provoque chaque année la mort de 25.000 perso…
Les idées reçues sur la bonne prise des médicaments
Les médicaments font partie de notre vie de tous les jours. Mais sommes-nous vraiment imbattables su…