Des particules d’argent pour contourner la résistance aux antibiotiques

De l'argent pour rendre les bactéries vulnérables aux antibiotiques
0 avis

En combinant des antibiotiques avec des particules d'argent, des chercheurs américains viennent de montrer qu'il était possible de doper leur efficacité et de venir à bout de bactéries devenues résistantes.

AU SOMMAIRE DE CET ARTICLE
A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Barbara Delbrouck
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 08/07/2013

Résistance aux antibiotiques : l’importance d’innover

Face à une infection bactérienne, les antibiotiques sont souvent considérés comme le remède miracle ! Mais parce que nous en abusons, ils pourraient à terme devenir obsolètes… En effet, de plus en plus de bactéries deviennent résistantes à certaines classes d’antibiotiques, c’est-à-dire qu’ils ne leur font plus d’effet ! A force, on risque un jour d’être confronté à des germes résistant à tous les types d’antibiotiques ! Et donc à des infections qu’on n'arriverait plus à soigner…
Voilà pourquoi les scientifiques s’attellent à trouver des solutions alternatives. D’un côté, certains cherchent à mettre au point de nouveaux types d’antibiotiques, pour lesquels ces bactéries n’auraient pas encore développé de résistance.
En parallèle, d’autres tentent de renforcer la puissance des antibiotiques existants, pour qu’ils parviennent à briser les mécanismes de défense de ces bactéries.  C’est cette deuxième option qu’une équipe de chercheurs américains a choisi de suivre, en s’intéressant aux vertus de l’argent, utilisé depuis l’antiquité comme antibactérien.

 

Un métal qui booste les vieux antibiotiques

Pour tester les vertus de ce métal, les chercheurs de l’Université d’Harvard ont choisi de travailler avec des bactéries appelées « gram-négatives », qui sont particulièrement résistantes aux antibiotiques grâce aux 2 membranes qui protègent leur cellule. Celles-ci constituent de véritables boucliers puisque les molécules d’antibiotiques doivent d’abord les traverser pour pouvoir agir.
Par diverses expériences en éprouvette et sur des souris, les chercheurs ont pu observer que l’argent avait la capacité de perturber le métabolisme de ces bactéries. Et que les changements survenus rendaient leurs membranes poreuses. Résultat : ils devenaient plus vulnérables à l’action des antibiotiques !  
Des résultats prometteurs, qui ouvrent la voie d’une nouvelle approche pour contourner les phénomènes de résistance aux antibiotiques : l’utilisation de molécules classiques, boostées par d’autres substances. Mais des recherches supplémentaires doivent encore être menées avant que ces « nouveaux » traitements puissent être testés sur l’homme.
En attendant, à nous de consommer les antibiotiques avec parcimonie, pour préserver leur efficacité !

À lire aussi
Les français trop friands d’antibiotiques
Antibiotiques : en  prendre ou pas ?

La bonne utilisation des antibiotiques : C'est automatique !

Des antibiotiques contre le mal de dos ?

Source
J. R. Morones-Ramirez, J. A. Winkler, C. S. Spina, J. J. Collins, Silver Enhances Antibiotic Activity Against Gram-Negative Bacteria. Sci. Transl. Med. 5, 190ra81 (2013).


Haut de page

A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Barbara Delbrouck
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 08/07/2013

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
0 avis

Voir aussi

Le potentiel thérapeutique des venins
Une alternative thérapeutique contre la douleur, voici l’une des principales pistes explorées par le…
Les venins futurs médicaments ?
Alors que nous sommes nombreux à prendre la poudre d’escampette lorsque nous croisons un animal répu…
Les nanomédicaments permettent de cibler la tumeur ou le tissu infecté
Les nanotechnologies offrent de formidables opportunités dans la mise au point de nouveaux médicamen…