Phytothérapie

SAULE

A PROPOS DE CETTE FICHE
Rédigé par : Comité éditorial Giphar
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 03/08/2011
0 avis
GÉNÉRALITÉ
Nom Latin : Salix sp.
Mots cles : état grippal, douleurs, céphalées,douleurs articulaires, rhumatismes, arthrose, fièvre, aspirine

Partie utilisée

L'écorce séchée, entière ou fragmentée de diverses espèce du genre Salix

Origine

Les saules sont des espèces dioïques (c'est-à-dire que les fleurs mâles et les fleurs femelles sont portées par des pieds différents) munies de rameaux flexibles pour les jeunes arbres. Ils s'épanouissent dans les zones humides de l'Europe et de l'Asie. Les feuilles, généralement alternes, oblongues à lancéolées possèdent un pétiole court et un limbe au bord légèrement denté, dont le revers peut être glabre à duveteux suivant les espèces. Les fleurs groupées en chatons (épis pendant) de couleur jaunâtre, donnent naissance pour les pieds femelles à des capsules allongées. La drogue, importée essentiellement d'Europe de l'Est, est constituée par l'écorce séchée des jeunes rameaux renfermant au minimum 1,5 % de dérivés salicylés, exprimés en salicine (salicoside). Diverses espèces de saules peuvent de ce fait être utilisées, parmi lesquelles : Salix purpurea, S. daphnoides, S. fragilis ou encore S. alba.

A quoi sert-elle ?

Le saule est la plante des états fébriles, des rhumatismes et de la fièvre : - L'écorce de saule renferme des dérivés salicylés, notamment de la salicine - La drogue renferme également des composés phénoliques (saligénine ou alcool salicylique), des flavonoïdes et des tanins. - La salicine, composé primordial, est une prodrogue, inactive en l'état mais également dépourvue d'effets indésirables sur la muqueuse gastrique. Dans l'intestin grêle, elle se transforme en saligénine, métabolisée dans le foie en acide salicylique, qui constitue le composé actif. - En effet, à l'instar de l'aspirine, l'acide salicylique possède des propriétés antalgiques et anti-inflammatoires (inhibition de la cyclo-oxygénase et diminution de la synthèse des prostaglandines E1 et E2). En revanche, l'écorce de saule n'a que peu d'effets sur l'agrégation plaquettaire par rapport à l'aspirine. - Les dérivés salicylés sont en outre antipyrétiques, c'est-à-dire capable de faire chuter la fièvre. - L'écorce de saule est donc préconisée pour traiter les symptômes consécutifs à un état grippal et pour soulager les douleurs telles que les céphalées, ou les douleurs articulaires liées aux rhumatismes ou à l'arthrose.

Quand et comment la prendre ?

- Sous forme d'infusion : verser de l'eau froide sur 1 à 2 cuillères à café d'écorces séchées finement coupées ou grossièrement pulvérisées, porter à ébullition et laisser infuser pendant 5 minutes, avant de filtrer. - La plante entre également dans la composition de spécialités pharmaceutiques : Acéroprane les phytopranes gélules, Arkofluide articulations bio ampoules, Arkogélules saule gélules, Arkophytum gélules, Arthritisane sachets, Arthro' activ capsules, Arthro' activ gel, Arthroflorine tisane sachets, Arti complex ampoules, Artrène solution buvable, Elusanes gripponyl sachets, Elusanes saule gélules, Fitofébryl sachets, Flexicaps gélules, Ostéoactif ampoules, Ostéonatura concentré pour boisson, Phytarticulaire la courtisane ampoules, Rhumavit capsules, Rhumavit crème, Tisane Santane A4, Saule blanc - Reine des prés la courtisane ampoules…

Contre indication

- Ne pas utiliser en cas d'hypersensibilité connue aux dérivés salicylés (allergie à l'aspirine par exemple)

Effets indésirables

- Les effets indésirables vis-à-vis de la muqueuse gastrique sont absents en raison de la faible dose de salicylate fournie par la drogue. - Des troubles intestinaux peuvent éventuellement survenir en raison de la présence de tanins. - Des troubles allergiques (asthme, rhinite, urticaire) peuvent parfois se manifester chez les personnes hypersensibles aux salicylates (0,2 %).

Le conseil de votre pharmacien

- Pour profiter des mois d'hiver et ne plus les subir, il est indispensable de suivre quelques règles simples : - Prenez soin de vous : le week-end peut être le bon moment pour paresser un peu et recharger les batteries : alors faites vous couler un bon bain, lisez un livre… chouchoutez-vous ! - Mijotez de bon petits plats : les légumes d'hiver aussi sont riches en vitamines, oligo-éléments et en sels minéraux : favorisez les soupes, les pots-au-feu et laissez vous tenter, lors de votre marché par les carottes, navets, pommes de terre, poireaux et choux… - Si les ballades sont souvent compromises par les frimas, rien ne vous empêche de vous dépenser dans un club de gym ou à la piscine ; c'est essentiel pour la forme et le moral. - Sortez chaque fois que le soleil pointe le bout de son nez : la lumière est indispensable comme le prouve les cures de photothérapie (thérapeutique qui consiste à recevoir chaque jour au moins 30 minutes d'une lumière similaire à celle du soleil) très en vogue dans les pays nordiques. - Stimulez les défenses de votre organisme : l'échinacée ou la propolis peuvent vous aider à éloigner de vous les petits maux de l'hiver : grippe, gastro-entérite, toux, rhume, maux de gorge… - Les états fébriles sont particulièrement sensibles à l'association de l'écorce de saule et de l'échinacée . - En l'absence d'amélioration après quelques jours de traitement, il est conseillé de consulter son médecin généraliste.
A PROPOS DE CETTE FICHE
Rédigé par : Comité éditorial Giphar
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 03/08/2011
Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
0 avis