Phytothérapie

PRELE DES CHAMPS

A PROPOS DE CETTE FICHE
Rédigé par : Comité éditorial Giphar
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 03/08/2011
67 avis
GÉNÉRALITÉ
Nom Latin : Equisetum arvense
Mots cles : diurétique, articulaires, rhumatismes, tendinites, tissu osseux, conjonctif, cartilages, œdèmes, voies urinaires, rénales, cicatrisation

Partie utilisée

Les parties aériennes stériles séchées, fragmentées ou coupées

Origine

La prêle est une plante herbacée vivace de la famille des Equisétacées, commune dans les champs et les prairies sur sol humide et argileux, jusqu'à 2500 m d'altitude. Elle est surnommée « queue de cheval » en raison de l'aspect en touffe des rameaux stériles de couleur verte qui peuvent atteindre 50 cm de haut et s'épanouissent à l'été. Les différentes ramifications sont disposées en verticilles (c'est-à-dire en cercle autour du rameau principal).

Les rameaux fertiles, qui apparaissent au printemps, se présentent comme des tiges non ramifiées, dépourvues de chlorophylle, d'où une couleur jaune brunâtre, portant à leur extrémité un épi allongé muni d'une dizaine de sporanges brunâtres, qui permettent la reproduction de la plante.

La drogue, constituée uniquement par les parties aériennes stériles, provient majoritairement de Chine mais est également importée de pays d'Europe de l'Est.

A quoi sert-elle ?

La prêle est avant tout un reminéralisant naturel ainsi qu'un diurétique :

- Les parties aériennes stériles renferment jusqu'à 10 % d'éléments minéraux et notamment de silicium (silice), facilement absorbé par l'organisme.

- La silice favorise la restauration du tissu osseux et conjonctif, ce qui permet de renforcer les cartilages abîmés dans les maladies articulaires comme les rhumatismes.

- La prêle aurait également une action bénéfique dans la consolidation osseuse après une fracture ou pour améliorer la souplesse des tendons (prévention de tendinites chez le sportif).

- La plante possède en outre des propriétés diurétiques liées à la présence de flavonoïdes.

- Elle permet de traiter les œdèmes post-traumatiques et peut aussi s'utiliser en thérapie de drainage dans les maladies infectieuses ou inflammatoires des voies urinaires ainsi que dans les lithiases rénales.

- Par voie externe, la prêle favorise la cicatrisation.

Quand et comment la prendre ?

- Sous forme d'infusion : verser de l'eau bouillante sur 2 à 4 cuillères à café de parties aériennes stériles séchées finement coupées et laisser infuser pendant 10 à 15 minutes, avant de filtrer.

- La plante entre également dans la composition de certaines spécialités pharmaceutiques : A40 articulations, Arkogélules prêle des champs, Artérase comprimés enrobés, Diurésane tisane, Elusanes Prêle des champs gélules, Harpaïne gélules, Homéogène 45 comprimés, Obéflorine tisane, Osteoflex gélules, Siliprêle capsules, Tisane Boribel n°11, Tisane provençale n°2, Urotisan, Yerbatona tisane

Contre indication

- L'utilisation de préparations à base de prêle est contre indiquée en cas d'œdèmes liés à une insuffisance cardiaque ou rénale.

Effets indésirables

- Aucun

Le conseil de votre pharmacien

- Quelques conseils permettent de renforcer l'action de la prêle. Ainsi pour diminuer vos douleurs, pensez à :

- Faire de l'activité physique : mobiliser vos cartilages permet de les renforcer, de les rendre plus résistants. Choisissez un sport adapté à votre niveau et à votre âge : la marche, la natation permettent notamment une reprise progressive et douce de l'activité physique.

- Perdre du poids : les douleurs d'arthroses sont aggravées par l'excès de poids, notamment sur le bas du corps (hanche et genou).

- Détoxifier l'organisme : l'utilisation de lamier blanc, aux propriétés dépuratives, permet d'évacuer l'acide urique, dont l'accumulation dans l'organisme peut être à l'origine de crises de goutte.

- Afin de soulager les douleurs d'arthrose ou les tendinites, l'association harpagophytum et prêle est très efficace.

- Les troubles liées à une décalcification profiteront du duo prêle - lithothame.

- En l'absence d'amélioration après quelques semaines de traitement, il est conseillé de consulter son médecin généraliste.

A PROPOS DE CETTE FICHE
Rédigé par : Comité éditorial Giphar
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 03/08/2011
Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
67 avis