Phytothérapie

PISSENLIT

A PROPOS DE CETTE FICHE
Rédigé par : Comité éditorial Giphar
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 03/08/2011
2 avis
GÉNÉRALITÉ
Nom Latin : Taraxacum campylodes
Mots cles : diurétique, dépuratif, rénales, digestives, appétit, laxatif

Partie utilisée

La racine entière ou fragmentée, et séchée

Origine

Le pissenlit est une plante vivace, commune dans les prés et au bord des chemins de toutes les régions du monde, appartenant à la famille des Astéracées. Surnommée « dent de lion » en raison de la forme très découpée de ses feuilles lancéolées disposées en rosette, la plante possède une racine pivotante robuste mais est en revanche dépourvue de tiges.

En effet, les capitules floraux, composés de petites fleurs jaune vif toutes semblables, sont portés par une hampe fistuleuse, qui sécrète, à l'instar des autres parties de la plante, un latex de couleur blanche.

Le fruit est un akène (fruit sec ne s'ouvrant pas à maturité) muni d'une aigrette de poils favorisant la dissémination par le vent. Les pissenlits sont caractérisés par un intense polymorphisme (feuilles, fruits…) qui conduit à discerner plusieurs milliers d'espèces parmi le genre Taraxacum, ainsi que de nombreuses sous-espèces et variétés.

La drogue provient de plantes sauvages mais aussi de cultures réalisées en Europe de l'Est.

A quoi sert-elle ?

Les racines de pissenlit sont recommandées pour leur effet diurétique et dépuratif :

- Elles sont utilisées pour faciliter les fonctions d'élimination rénales et digestives.

- Elles présentent notamment des propriétés cholérétiques (augmentation de la sécrétion de la bile) et cholagogues (augmentation de l'évacuation biliaire).

- La plante possède également un fort pouvoir diurétique lié à la concentration importante en potassium.

- La présence de principes amers (taraxacine) permet de stimuler l'appétit.

- La drogue est en outre fréquemment utilisée comme laxatif doux.

- Récemment, des propriétés antitumorales, liées à la présence de triterpènes (taraxastérol) ont été mises en évidence.

Quand et comment la prendre ?

- Sous forme d'infusion : verser de l'eau froide sur 1 à 3 cuillères à café de racines séchées finement coupées, porter et maintenir à ébullition pendant une minute, couvrir et laisser reposer 10 minutes, avant de filtrer puis boire une tasse 3 fois par jour.

- La plante entre également dans la composition de certaines spécialités pharmaceutiques : Arkogélules pissenlit, Gastrotisane, Hépatoflorine tisane, Romarène granulés, Tisane Boribel n°10...

Contre indication

- Allergie connue aux Astéracées - Lithiase biliaire (c'est-à-dire obstruction des voies biliaires)

Effets indésirables

- Des allergies de contact causées par des lactones sesquiterpéniques peuvent parfois survenir à la suite d'un contact avec le latex sécrété par la plante.

Le conseil de votre pharmacien

- L'utilisation du pissenlit ne doit pas vous dispenser d'adopter une alimentation saine et équilibrée :

- Prenez vos repas à heure fixe et faites un bon petit déjeuner le matin. Evitez de grignoter entre les repas et prenez le temps de bien mâcher vos aliments.

- Favorisez des plats légers ; laissez de coté les plats en sauce, trop riches, trop copieux, trop épicés ou trop arrosés.

- A l'occasion, laissez votre foie et votre vésicule biliaire au repos : cuisine à la vapeur, bouillon de légumes, fruits frais sont beaucoup moins exigeants vis-à-vis de votre digestion.

- Consommez sans modération des légumes verts, riches en fibres mais évitez les aliments qui fermentent (choux, brocolis, haricots…) car il favorisent les ballonnements.

- L'eau plate, prise si possible entre les repas est généralement préférable à l'eau gazeuse.

- Ne négligez pas le sport : sortez et pratiquez une activité physique adaptée à votre niveau. Allez chercher le pain à pied, préférez l'escalier à l'ascenseur. C'est bon pour votre forme et votre silhouette.

- Le boldo constitue un complément idéal du pissenlit pour traiter les calculs biliaires (demandez conseil à votre pharmacien).

- En l'absence d'amélioration après quelques semaines de traitement, il est conseillé de consulter son médecin généraliste.

A PROPOS DE CETTE FICHE
Rédigé par : Comité éditorial Giphar
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 03/08/2011
Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
2 avis