Phytothérapie

MELILOT JAUNE

A PROPOS DE CETTE FICHE
Rédigé par : Comité éditorial Giphar
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 03/08/2011
2 avis
GÉNÉRALITÉ
Nom Latin : Melilotus officinalis
Mots cles : veines, peau, muqueuses, jambes lourdes, varices, hémorroïdes, couperose, troubles digestifs, ballonnements, digestion lente, flatulences, sommeil

Partie utilisée

La sommité fleurie, entière ou coupée, et séchée

Origine

Le mélilot est une plante herbacée bisannuelle (c'est-à-dire dont le cycle de développement s'étale sur 2 ans), appartenant à la famille des Fabacées (autrefois appelées légumineuses).

Il est très commun au bord des chemins en Europe et en Asie, où il croît volontiers sur un sol sec. Les tiges dressées, qui atteignent jusqu'à 80 cm de hauteur, portent des feuilles à 3 folioles irrégulièrement dentelées.

Les petites fleurs jaunes, groupées en longues grappes, donnent naissance à des gousses ovoïdes, d'un brun jaunâtre. La drogue utilisée en thérapeutique est essentiellement issue de cultures d'Europe de l'Est.

Les sommités fleuries et séchées possèdent une odeur aromatique caractéristique de coumarine.

A quoi sert-elle ?

Le mélilot permet de renforcer le tonus veineux :

- Les parties aériennes sont riches en flavonoïdes, qui par leur activité vitaminique P, permettent de prévenir et de traiter la fragilité des petits vaisseaux au niveau de la peau et des muqueuses.

- La présence de dérivés coumariniques (mélilotoside et mélilotine notamment) aux propriétés anticoagulantes légères et fluidifiantes, renforce le pouvoir veinotonique de la plante.

- L'action simultanée de ces principes actifs permet d'améliorer les symptômes en cas de troubles veineux : jambes lourdes, varices, hémorroïdes, couperose…

- Les extraits de mélilot sont aussi utilisés pour traiter les douleurs lors de troubles digestifs (ballonnements, digestion lente, flatulences…) grâce à leurs propriétés antispasmodiques.

- La plante présente enfin un intérêt en cas de troubles mineurs du sommeil.

Quand et comment la prendre ?

- Sous forme d'infusion : verser de l'eau bouillante sur 1 à 2 cuillères à café de sommités fleuries séchées finement coupées et laisser infuser pendant 5 à 10 minutes, avant de filtrerpuis boire une tasse de tisane 2 à 3 fois par jour afin de renforcer le tonus veineux.

- Le mélilot peut aussi être utilisé localement sous forme de compresses en cas d'hémorroïdes ou d'ulcération de la peau.

- La plante entre également dans la composition de spécialités pharmaceutiques :

- Pour ses propriétés vasculoprotectrices : Cyclo 3 Crème et comprimés, Esbériven crème, Esbériven fort ampoules buvables, Esbériven fort comprimés, Anthylline tisane, Arkogélules mélilot, Phytélia jambes lourdes, Tisane Boribel n°12, Tisane santane V3

- Pour ses propriétés dans les troubles mineurs du sommeil : Sédopal, Calmafit tisane, Antinerveux Lesourd...

- Le mélilot est également utilisé dans les crèmes cosmétiques préventives de la couperose.

Contre indication

- Aucune connue à ce jour

Effets indésirables

- De rares cas de céphalées ont été occasionnellement rapportés

Le conseil de votre pharmacien

- L'action des veinotoniques utilisés par voie orale peut être renforcée par des mesures simples :

- Marchez le plus souvent possible pour favoriser le flux sanguin.

- Surélevez les jambes afin de favoriser le retour veineux (placez des calles sous les pieds du lit).

- Prenez une douche fraîche sur les jambes, si possible plusieurs fois par jour.

- Utilisez des veinotoniques locaux (gels et crèmes) en massant la jambe depuis la cheville vers le mollet.

- Utilisez une contention veineuse (chaussettes ou bas de contention élastique).

- Il est classique d'associer l'hamamélis et le mélilot dans le traitement de la fragilité des petits vaisseaux.

- Les contusions peuvent être soignées par une association mélilot et papaye.

- En l'absence d'amélioration après 1 semaine de traitement ou si les troubles tendent à récidiver, il est conseillé de consulter son médecin généraliste.

A PROPOS DE CETTE FICHE
Rédigé par : Comité éditorial Giphar
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 03/08/2011
Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
2 avis