Homéopathie

PERTUSSINUM

A PROPOS DE CETTE FICHE
Rédigé par : Comité éditorial Giphar
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 03/08/2011
2 avis
GÉNÉRALITÉ
Forme : Granules - Doses - Gouttes - Ampoules Buvables - Triturations - Suppositoires
Nom : PERTUSSINUM
Indications thérapeutiques : Coqueluche

Origine de la souche Homéopathique

Ce remède est une dilution homéopathique des expectorations de patients coquelucheux non traités.C'est une biothérapique. Ces excrétions subissent ensuite une destruction de leur structure moléculaire pour garantir leur innocuité. Les donneurs sont sélectionnés conformément aux critères fixés par l’Afssaps (Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé).

A quoi sert-il ?

  • Ce remède d’action limité a son indication dans la coqueluche et toutes les toux coqueluchoïdes, c'est-à-dire lors de violentes quintes de toux séparées par de lentes inspirations sifflantes.

Quand et comment le prendre ?

  • Il se prend en 7 CH, 3 à 5 granules 3 à 4 fois par jour. La posologie est à espacer selon améliorations.

 

Ce remède homéopathique est à prendre en dehors des repas, du tabac, du café ou encore de la menthe. Les granules et les doses sont à laisser fondre sous la langue.

Chez les nourrissons, ces formes peuvent être dissoutes dans un peu d'eau.

Grossesse & allaitement

Ce médicament peut être utilisé au cours de la grossesse et de l'allaitement.

Particularité

La première dilution délivrée est la 4 CH. Les granules et les doses globules sont à base de saccharose et de lactose. Les triturations en poudre orale contiennent du lactose seul. Les teintures mères (TM), les gouttes buvables et les ampoules sont des solutions hydro-alcooliques.

 

Le conseil de votre pharmacien

La coqueluche nécessite un diagnostic et une prise en charge médicale, Pertussinum peut être pris en complément des traitements allopathiques. Pour une meilleure récupération, il faut assurer un bon état d’hydratation et de nutrition.

Il convient d’avoir une politique d’isolement des patients infectés pour éviter sa transmission, particulièrement vis à vis des nourrissons et des jeunes enfants.

 

Sources

Homéopathie, Thérapeutique et Matière Médicale, CD-Rom édition 2005, éditeur : CEDH.

 

 

À lire aussi
L'homéopathie, quelques précisions...
Le guide des souches homéopathiques

La Coqueluche chez le nourrisson

DROSERA ROTUNDIFOLIA

 

 

A PROPOS DE CETTE FICHE
Rédigé par : Comité éditorial Giphar
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 03/08/2011
Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
2 avis