Histoire de la brosse à dents

La création de la brosse à dents
3 avis

4000 ans avant J.-C., déjà, on se nettoyait les dents... en mâchant des brindilles de margousier aux Indes, en se curant les dents avec des petits morceaux de métaux précieux chez les Babyloniens. Aujourd'hui, la brosse à dents a remplacé ces pratiques. Il lui fallut quelques millénaires pour y parvenir...

AU SOMMAIRE DE CET ARTICLE
A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Sophie Lacoste
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 19/05/2015

Jusqu'au XVe siècle, on se frottait, on se curait les dents, en général avec des végétaux, mais on ne se les brossait pas. Ce n'est qu'en 1498 que les Chinois inventèrent l'ancêtre de notre brosse à dents. Et il fallut attendre le règne de Louis XV pour qu'elle apparaisse dans notre pays, sans doute importée par un voyageur en provenance de Chine... Longtemps elle resta objet de luxe réservé aux hautes sphères soucieuses d'hygiène.

 

Du naturel...

À quoi ressemblait donc la brosse à dents de Napoléon, l'un des premiers fidèles à cet accessoire, si fidèle qu'il en avait un exemplaire dans chacun de ses nécessaires de campagne ? Le manche était en vermeil et les poils en sanglier... Des poils très durs qui agressaient les gencives... Si bien que les Occidentaux adoptèrent un moment les poils de cheval. Mais, quel que soit l'animal, le poil ressemble à un mini tuyau de très faible diamètre : il laisse bien assez de place aux bactéries pour se développer. Non seulement l'ancêtre de notre brosse à dents agressait les gencives, mais elle ne faisait pas de miracles d'hygiène... On comprend aisément qu'elle n'ait trouvé alors que très peu d'amateurs !

 

... Au synthétique

Il fallut attendre la seconde moitié du XXe siècle pour que la brosse à dents commence à se démocratiser. C'est en 1937, dans les laboratoires de Du Pont de Nemours, aux États-Unis, que Wallace H. Carothers inventa ce nouveau matériau qui devait, dès l'année suivante, remplacer les poils de sanglier sur les brosses à dents.

 

Dur, dur, le nylon...

Malgré la découverte du nylon, il n'y eut pas d'engouement extraordinaire pour les nouvelles brosses à dents. Car les poils de nylon "première génération" étaient très rigides et mal taillés, ils blessaient facilement les gencives. On travailla alors le diamètre des poils, les extrémités furent arrondies au diamant et contrôlées au microscope... jusqu'à obtenir des poils souples qui permettaient un nettoyage optimal sans agresser les gencives. À partir des années cinquante, les caractéristiques techniques furent de mieux en mieux maîtrisées, les propriétés mécaniques de plus en plus contrôlées et, à la fin du XXe siècle, les brosses à dents atteignaient enfin la "perfection"...

 

Mieux que mieux

Les brosses à dents, devenues "parfaites", il n'y avait donc, a priori, plus rien à inventer. Elles brossaient efficacement, sans agresser la gencive ; les dentistes encourageaient plus que jamais leur utilisation ; combinées aux dentifrices au fluor, elles commençaient à faire des miracles anticaries... Restait donc à convaincre les utilisateurs de leur caractère indispensable et, surtout, à les encourager à s'en servir de manière très régulière. Si cette habitude est désormais acquise pour la plupart des Français, c'est sans aucun doute parce qu'ils ont été informés de l'importance du brossage des dents quotidien, mais aussi parce que les fabricants ont su adapter les modèles de brosses à dents aux différents besoins, aux différentes modes... Le côté esthétique a été travaillé, mais aussi la diversité : les enfants et les seniors n'apprécient pas les mêmes brosses à dents, n'ont pas besoin de la même taille de brosse, du même manche. Chaque détail compte et la brosse à dents doit plaire à son utilisateur pour que ce dernier l'emploie avec l'assiduité nécessaire à son hygiène bucco-dentaire.

 

De récentes innovations

Les brosses à dents "classiques" se déclinent donc en différentes formes, différentes couleurs, et s'adaptent ainsi à toutes les catégories de consommateurs. Cependant, il restait à satisfaire les "cas particuliers". Car certaines personnes ont des besoins spécifiques : personnes âgées souffrant d'arthrose, récents opérés de la sphère buccale, adolescents appareillés en orthodontie (forme particulière de la tête pour assurer un brossage efficace autour des bagues)... Aujourd'hui, chaque problème trouve sa solution.

  • Brosses à dents équipées d'un manche ergonomique, bi matière, antidérapant pour une meilleure tenue en main.

  • Brosses à dents "chirurgicales" mises au point pour les personnes qui ont subi une intervention de la sphère buccale, qui ont les gencives sensibles ou qui présentent une faiblesse immunitaire. Dotées de poils très fins (12/100e), elles permettent un brossage le plus doux possible, brossage des dents, mais surtout de la zone de gencive bordant les dents.

 

Ce brossage est primordial pour la santé bucco-dentaire mais impossible à réaliser avec une brosse à dents classique sur les zones fragilisées ou en cours de cicatrisation. L'hygiène parfaite de la "jonction entre la gencive et la dent", zone de 3 ou 4 mm bordant les dents, aide à prévenir les déchaussements et l'apparition de zones de dénudation des racines qui présentent une hypersensibilité... Lorsque des brossages intensifs ont "abîmé" cette zone capitale, l'emploi d'une brosse à dents chirurgicale ou ultra souple permet de reprendre un geste d'hygiène primordial qui, lorsqu'il est régulièrement pratiqué, va augmenter la kératinisation de la gencive à cet endroit et la rendre bien plus résistante. Les fibres de ces brosses à dents "chirurgicales" contiennent un sel d'argent piégé dans la matière. Ces ions diminuent la prolifération des bactéries sur la brosse à dents, en elle-même, entre 2 brossages. Ainsi, les personnes ayant des lésions buccales ou un système immunitaire défaillant limitent les risques de contamination microbienne due au nettoyage toujours imparfait de la brosse à dents.

 

  • Brosses à dents spécifiques

Pour les porteurs d'appareils orthodontiques. La découpe des brins en forme de toit permet d'accéder plus facilement aux surfaces dentaires situées sous les arcs et une rangée de fibres plus longues permet d'atteindre les endroits les moins accessibles. Tout comme les brosses à dents "chirurgicales", ces brosses ont subi un traitement antibactérien permettant une décontamination entre deux brossages. Examinez vos besoins et parlez-en à votre pharmacien : il saura vous conseiller le modèle de brosse à dents le mieux adapté à votre cas.

 

À lire aussi

Bébé : comment prendre soin de ses dents ?

Dents : le sourire s'entretient dès l'enfance !

 

Source

"Bien être et Santé"


Haut de page

A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Sophie Lacoste
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 19/05/2015

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
3 avis

Voir aussi

Les critères de choix pour une brosse à dents et du dentifrice
Le b.a-ba pour éviter les aller-retours chez le dentiste et afficher un sourire ravageur ? Le brossa…
Les conseils de votre pharmacien sur la santé buccodentaire
Aïe, quelle horreur, cette carie qui vous empêche de dormir ou encore cette gencive enflammée qui sa…
L'hygiène bucco-dentaire chez les enfants en bas âge
Arborer de belles dents à tout âge est un travail de longue haleine… Pas question d'attendre l'arriv…