Pilules : un numéro vert pour répondre à vos questions !

Vos questions sur les pilules de 3e et 4e génération
0 avis

Depuis décembre dernier, les pilules de 3e et 4e génération sont au cœur d’un débat médiatique, qui inquiète de nombreuses femmes. Pour répondre à vos questions, un numéro gratuit a été mis en place.

AU SOMMAIRE DE CET ARTICLE
A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Barbara Delbrouck
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 18/02/2013

Une ligne d’appel gratuite sur les pilules

De quelle génération est ma pilule ? Si je prends une pilule de 3e ou 4e génération, dois-je l’arrêter ? Voilà autant de questions que se posent les Françaises depuis que Marion Laurat a accusé la pilule de 3e génération d'être la cause de son accident vasculaire cérébral. Le vif débat qui a suivi sur les risques associés à la prise de pilules de 3e et 4e génération a généré pas mal d’inquiétude parmi les femmes.
C’est pourquoi l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) a ouvert une ligne d’appel gratuite. Du lundi au samedi, de 9h à 20h, une équipe de téléopérateurs, encadrée par un médecin et des sages-femmes, répond à vos questions sur les pilules de 3e et 4e génération.
De son côté, votre pharmacien peut également vous éclairer sur la question. N’hésitez pas à l’interroger lors de votre prochaine visite ! Surtout, n’arrêtez pas votre moyen de contraception avant d’avoir consulté votre médecin et d’avoir opté pour une autre solution contraceptive.

 

Pilule contraceptive et risques vasculaires

Les contraceptifs oraux sont divisés en classes ou « générations », selon le type de progestatif présent dans leur composition. Quelle que soit sa génération, la prise d’une pilule comporte des risques, bien que ceux-ci soient rares. Notamment des complications vasculaires comme l’AVC ou les thromboses veineuses.
C’est pourquoi, il existe une série de contre-indications à la prise de la contraception orale, en fonction de vos antécédents médicaux personnels et familiaux, tels que des cas d’AVC, la présence d’une hypertension sévère… C’est votre médecin ou sage-femme qui doit les passer en revue lors de la prescription de votre méthode de contraception.

 

Pilules de 3e et 4e génération : en seconde intention

Dans les pilules de 3e et 4e génération, ce risque vasculaire est plus élevé. Voilà pourquoi le Ministère de la Santé recommande aux médecins et sages-femmes de ne les prescrire qu’en deuxième intention, chez les femmes qui ne tolèrent pas les pilules de 1re et 2e génération et pour lesquelles un autre type de contraception n’est pas possible. Et bien sûr, qui ne possèdent pas ces fameux facteurs de risque !

 

De nombreux types de contraception

Implant, patch, stérilet, anneau... Il existe une dizaine d'autres options que la pilule. N’hésitez pas à demander conseil à votre pharmacien. Il peut vous informer sur les différents moyens de contraception et sur les précautions à prendre pour chacun d’eux.

Le numéro d’appel gratuit : 0 800 636 636
 

À lire aussi
Contraception : que faire en cas d’oubli ?

La contraception d’urgence

Contraception : comment faire son choix ?

Effets secondaires des pilules : quels risques ?

 

Source
Dossier de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM)


Haut de page

A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Barbara Delbrouck
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 18/02/2013

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
0 avis

Voir aussi

Le contraceptif d'urgence
Oubli de pilule, rupture du préservatif ou absence de contraception…, les circonstances pouvant mene…
Comment choisir son moyen de contraception ?
Ces dernières années, les moyens de contraception se sont multipliés. Au même moment, la pilule voit…
Contraception : avez-vous déjà pensé au stérilet ?
Le stérilet n’est plus réservé aux femmes plus âgées ou ayant déjà eu des enfants. En France, ce dis…