Quels antidouleurs pendant la grossesse ?

Les médicaments antalgiques autorisés pendant la grossesse
2 avis

Grossesse et médicaments sont une équation difficile. Zoom sur les antidouleurs qui permettront de vous soulager sans risque !

AU SOMMAIRE DE CET ARTICLE
A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Comité éditorial Giphar
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 04/09/2014

Grossesse : pas d’automédication !

L’automédication est toujours risquée… d’autant plus si vous êtes enceinte ! Pendant la grossesse, de nombreux médicaments sont à éviter car ils peuvent être nocifs pour votre bébé. Y compris des molécules qui paraissent inoffensives à première vue, comme un cachet d’aspirine ou un sirop pour la toux ! C’est pourquoi il est important de toujours demander au préalable l’aval de votre médecin ou de votre pharmacien.

 

Antidouleurs et grossesse : quels risques ?

Certains antidouleurs peuvent être nocifs au développement de votre bébé.

  • Au premier trimestre, ils peuvent entraîner des malformations du fœtus (risque tératogène), voire un avortement (risque « embryotoxique »). Il faut donc être particulièrement vigilant.

  • Au 2e et au 3e trimestres, ils peuvent provoquer une toxicité pour certains organes du bébé (mais généralement pas en une seule prise).

 

Le paracétamol, l’antidouleur de référence lors de la grossesse

Le paracétamol est l’antidouleur de premier choix pendant toute la durée de votre grossesse. Attention toutefois à ne pas dépasser la dose… Vous pouvez prendre 1 gramme toutes les 6 heures, pour un maximum de 3 grammes par jour. Pour des douleurs plus fortes, votre médecin pourra aussi sans problème vous prescrire des antidouleurs à base de codéine, de morphine ou de corticoïdes.

 

Aspirine et ibuprofène : interdits pendant la grossesse !

Tous les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), y compris l’aspirine et l’ibuprofène, sont interdits à cause de leur toxicité pour le fœtus. Lors du deuxième et du troisième trimestres, une utilisation ponctuelle peut être envisagée par votre médecin s’il n’y a pas d’autres options mais il l’évitera autant que possible, surtout à l’approche de l’accouchement.

 

À lire aussi

Femmes enceintes : ne prenez pas n’importe quel médicament !

Future maman : quels sont les médicaments autorisés ?

 

Source

Article réalisé en collaboration avec le Dr Catherine Rongières, gynécologue au CHRU de Strasbourg


Haut de page

A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Comité éditorial Giphar
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 04/09/2014

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
2 avis

Voir aussi

Les problèmes d’anémie pendant la grossesse
Fatigue, vertiges, pâleur, perte d’appétit…, les problèmes d’anémie sont fréquents pendant la grosse…
Prendre soin de ses dents pendant la grossesse
Changement de régime alimentaire, nausées…, la grossesse est une période risquée pour vos dents. En …
Les symptômes et les traitements de la grossesse extra-utérine
En France, 2 grossesses sur 100 s’avèrent des grossesses extra-utérines. Une situation dangereuse, q…