La grossesse extra-utérine

Les symptômes et les traitements de la grossesse extra-utérine
1 avis

En France, 2 grossesses sur 100 s’avèrent des grossesses extra-utérines. Une situation dangereuse, qu’il faut détecter au plus tôt.

AU SOMMAIRE DE CET ARTICLE
A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Barbara Delbrouck
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 05/09/2014

Qu’est-ce qu’une grossesse extra-utérine ?

Une grossesse extra-utérine est due à l’implantation d’un ovule fécondé en dehors de l’utérus. Lorsqu’un ovule est libéré et récupéré par le pavillon de la trompe, les spermatozoïdes déposés dans le vagin et devant le col de l’utérus remontent jusqu’aux trompes afin de féconder l’ovule.

Une fois fécondé, ce dernier doit normalement descendre depuis le pavillon vers l’utérus pour s’implanter dans la cavité utérine, où se développera le futur embryon.

Dans le cas d’une grossesse extra-utérine (GEU), l’ovule fécondé s’implante et se développe en dehors de l’utérus.

Dans 96% des cas, il s’implante dans une trompe. Mais il peut aussi se fixer à d’autres endroits : sur un ovaire, dans la cavité abdominale…

 

Les risques de la grossesse extra-utérine

Ce type de grossesse n’est pas viable et s’avère dangereuse pour la santé de la maman. Le risque principal est que la trompe, trop distendue suite au développement de l’embryon, se rompe. Dans le pire des cas, cela peut entrainer une hémorragie interne, qui peut être fatale.

Mais le plus souvent, on retrouve des lésions irréversibles sur la trompe concernée, avec une augmentation des risques de récidives de grossesse extra-utérine.

Heureusement, ce type de complication est devenu exceptionnel car le diagnostic se fait aujourd’hui généralement de manière très précoce.

 

GEU : les symptômes

A un stade précoce, la grossesse extra-utérine ne provoque pas de symptômes. A part un retard de règle, qui mettra sur la piste d’une grossesse.

Un simple test acheté en pharmacie permettra de confirmer la grossesse. C’est ensuite le gynécologue qui pourra détecter que la grossesse se développe extra utéro.

 

A un stade plus avancé, la grossesse extra-utérine peut provoquer des saignements et des douleurs abdominales, proches de la sensation d’un point de côté violent et continu. Des saignements et/ou des douleurs après un retard de règle doivent donc vous pousser à consulter rapidement.

 

GEU : le diagnostic

Votre médecin pourra réaliser un diagnostic précoce grâce à deux examens : le dosage quantitatif dans le sang d’une hormone spécifique de la grossesse : l’hormone chorionique gonadotrophique (HCG), ainsi que l’échographie.

 

  • Lorsque les taux de HCG atteignent 1000, la grossesse est censée être visible dans la cavité utérine par une échographie endovaginale (la sonde est dans ce cas introduite dans le vagin).

Si ce n’est pas le cas, il faut suspecter une GEU.

 

  • Si la grossesse n’est pas encore visible et qu’il existe un doute sur la localisation de la grossesse, le médecin mesurera votre taux d’HCG une première fois, puis une deuxième fois 48 heures plus tard. Normalement, en cas de grossesse intra utérine évolutive, ce taux double en 48 heures. C’est le rythme normal d’évolution de l’embryon.

S’il n’a pas doublé comme il le devrait, c’est le signe qu’il y a un problème. Il peut s’agir d’une GEU ou d’une fausse couche. Les variations futures du taux d’HCG vont permettre au médecin de le définir.

 

Traitements de la grossesse extra-utérine

Il existe deux options pour mettre fin à une grossesse extra-utérine.

  • La chirurgie

Si la trompe est en bon état, le chirurgien fait une simple incision dans la trompe pour aspirer l’œuf et le sang. La trompe se réparera d’elle-même.

Si la trompe est endommagée ou qu’elle s’est rompue, il faut malheureusement l’enlever. Lors de l’opération, les médecins doivent regarder l’état de la deuxième trompe. Si elle est en bon état, les chances de réussite d’une nouvelle grossesse sont identiques qu’avec deux trompes.

L’opération est généralement réalisée sous coelioscopie, c’est-à-dire qu’on introduit la caméra et les instruments via de petites incisions dans l’abdomen.

  • Les médicaments

L’alternative à la chirurgie est l’injection intramusculaire de méthotrexate, un antimitotique (généralement utilisé contre le cancer), administré ici à des doses minimes. S’attaquant aux cellules à renouvellement rapide, il a pour effet de nécroser l’œuf, qui sera résorbé naturellement par la trompe, après un certain temps. Cette technique a l’avantage de ne comporter aucun danger pour la trompe. Mais elle ne peut être proposée que s’il s’agit d’une 1ère grossesse extra-utérine, que le taux de HCG n’est pas trop élevé et que la patiente n’éprouve pas de douleurs.

 

Grossesse extra-utérine : les principaux facteurs de risque

 

Quelles conséquences sur la fertilité ?

Si au-moins l’une des trompes est encore en bon état, une grossesse extra-utérine n’a pas de conséquences sur les chances de réussite d’une nouvelle grossesse. Mais le risque de faire une nouvelle GEU passe de 2.5 à 11% environ. En cas d’antécédent de GEU, il faut donc être vigilante. Soyez attentive à un éventuel retard de règles et consultez rapidement votre médecin.

 

A lire aussi

L’endométriose

Les troubles de la fertilité

 

Source

Article réalisé en collaboration avec le Dr Catherine Rongières, gynécologue au CHRU de Strasbourg


Haut de page

A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Barbara Delbrouck
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 05/09/2014

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
1 avis

Voir aussi

Les problèmes d’anémie pendant la grossesse
Fatigue, vertiges, pâleur, perte d’appétit…, les problèmes d’anémie sont fréquents pendant la grosse…
Prendre soin de ses dents pendant la grossesse
Changement de régime alimentaire, nausées…, la grossesse est une période risquée pour vos dents. En …
Les médicaments antalgiques autorisés pendant la grossesse
Grossesse et médicaments sont une équation difficile. Zoom sur les antidouleurs qui permettront de v…