Préparation à l’accouchement : quelle méthode choisir ?

Les méthodes de préparation à l'accouchement
1 avis

Ça y est, vous êtes enceinte ! Les 9 prochains mois seront dédiés à l'attente de bébé mais pas seulement… C'est aussi l'heure de vous préparer à l'accouchement. Quelle méthode vous correspond le mieux ?

AU SOMMAIRE DE CET ARTICLE
A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Barbara Delbrouck
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 05/03/2015

Un accompagnement global à la naissance

En France, chaque femme enceinte peut bénéficier de 7 séances de préparation à la naissance et d’un entretien individuel préalable, remboursés à 100 % par la sécurité sociale. Loin de se limiter à la gestion de la douleur lors de l’accouchement, les sages-femmes proposent un accompagnement global à l’arrivée du bébé : les futures mamans reçoivent des informations sur le déroulement de la grossesse, de l’accouchement et des suites des couches. De manière plus pratique, elles apprennent à mieux percevoir leur corps (périnée,  position du bassin...), à être à l’écoute de leurs sensations, et à se détendre, aussi bien physiquement que mentalement. Pour les y aider, les sages-femmes proposent différentes techniques.

 

La préparation prénatale en piscine

Plongée dans une piscine chauffée à 30 degrés, la future maman travaille les muscles qui seront sollicités au cours de l’accouchement, réalise des exercices de respiration et de relaxation. Le tout en profitant des vertus de l’eau : son effet porteur qui facilite les mouvements, mais aussi ses bienfaits sur le psychisme.

 

La sophrologie

À mi-chemin entre relaxation occidentale et méditation orientale, la sophrologie apprend à la femme enceinte à prendre conscience de sa respiration et des parties de son corps qui seront sollicitées lors de l’accouchement :

  • les abdominaux,

  • l’utérus,

  • le périnée,

  • le bassin,

  • etc.

Comprendre sa douleur lui permettra de mieux la gérer le jour de l'accouchement. En parallèle, la future maman est amenée à visualiser les événements qui l’attendent (contractions et départ pour la maternité, accouchement ou césarienne, retour à la maison). Et ce dans un état de conscience modifiée qui lui permet presque de les « vivre ». De cette façon, elle anticipe et exprime déjà les réactions négatives qu’elle pourrait avoir. Et le jour J, elle peut se concentrer sur le lien avec son enfant.

 

Le yoga

L’atout du yoga pour les femmes enceintes ? Il permet un renforcement musculaire en douceur ainsi qu’un assouplissement, grâce à des exercices alliant postures (positions) et pratiques respiratoires. La femme enceinte apprend ainsi aussi à mieux se tenir au quotidien et à maitriser sa respiration. L’aspect méditatif, qui relaxe la maman, est également bénéfique pour le fœtus.

 

L’acupuncture

Médecine traditionnelle chinoise, l’acupuncture consiste à placer des aiguilles sur les trajets des énergies « yin et yang » qui parcourent notre corps. Pendant la grossesse, elle peut être utile ponctuellement pour soulager les petits maux (nausées, maux de dos...). Et même quand tout va bien, quelques séances pendant la grossesse peuvent œuvrer à la remise en forme et à l’équilibre psychologique de la future maman. Peu avant l’accouchement, une séance d’acupuncture peut aider à la maturation du col (dilatation, assouplissement, etc.), pour faciliter l’accouchement. Ou encore pour favoriser la version spontanée du siège.

 

L’homéopathie

Pendant la grossesse, l’homéopathie peut également être utile pour soulager certains maux de la grossesse (nausées, troubles du sommeil, angoisses...) Certaines préparations peuvent être conseillées juste avant l’accouchement, pour favoriser la dilation du col et diminuer le temps de travail.

 

L'haptonomie : communiquez avec bébé !

Cette technique apprend aux parents à poser les mains sur le ventre de la mère pour établir un contact affectif avec le bébé, auquel celui-ci réagit. Elle permet au papa de s’impliquer « physiquement » dans la grossesse et de créer - avant même la naissance - une relation père –mère – enfant, rassurante pour le bébé.

 

Le chant prénatal

En chantant, la future maman se détend et travaille sur sa respiration. D’une part, la position du corps que l’on prend pour chanter sollicite les abdominaux et fait travailler le bassin. D’autre part, c’est surtout un moyen de communiquer avec bébé, qui est déjà très sensible à la voix de ses parents in utero. À la naissance, l’enfant retrouve avec plaisir les mélodies qu’il entendait dans le ventre de sa maman.

Attention, toutes les méthodes ne sont pas remboursées par la sécurité sociale : vérifiez auprès de votre caisse d’Assurance Maladie. Pour être prises en charge, les séances doivent en outre être données par une sage-femme ou un médecin.

À lire aussi
L’accouchement à domicile : une vraie option !
La grossesse vous fatigue ?


Sources
Attendre bébé, René Frydman, Hachette Pratique, 2009
Article réalisé en collaboration avec Dominique Molinier, sage-femme spécialisée en sophrologie, et Corinne Naudon, sage-femme spécialisée en acupuncture.


Haut de page

A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Barbara Delbrouck
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 05/03/2015

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
1 avis

Voir aussi

Les méthodes pour déclencher un accouchement
Faire démarrer le travail chez la maman et entraîner ainsi la naissance de bébé : voilà l’essence-mê…
Dans quels cas déclencher l'accouchement ?
Dépassement du terme, problème de santé chez la maman… De multiples raisons peuvent amener le gynéco…
Les suites de la césarienne
Vous avez accouché par césarienne et le retour chez vous se profile… Mais comment gérer les suites d…