Naissance : les démarches à ne pas oublier !

Naissance : les démarches à ne pas oublier !
1 avis

Ca y est, votre petit bout est enfin arrivé ! Vous êtes complètement absorbée par cette expérience incroyable… C’est bien normal ! Toutefois, il y a quelques démarches administratives à prévoir pour être en règle et bénéficier d’aides précieuses.
Nous faisons le point !

AU SOMMAIRE DE CET ARTICLE
A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Barbara Delbrouck
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 02/04/2015

La déclaration de naissance

Dans les 3 jours suivant la naissance, il faudra vous décider sur le prénom de votre petit bout et le déclarer à la mairie. 

Cette déclaration doit être faite par une personne qui a assisté à l'accouchement. En pratique, c'est souvent le papa… Elle permet d'établir l'acte de naissance.

Elle doit être faite à la mairie du lieu de naissance. Toutefois, dans certains hôpitaux publics, un officier d'état civil assure une permanence au sein du service de maternité. 

 

Au niveau santé 

Dans le mois suivant la naissance, n’oubliez pas d’annoncer l’arrivée de votre enfant à votre caisse d’Assurance Maladie

Il faut leur adresser la photocopie de votre livret de famille mis à jour ou de l’extrait de l'acte de naissance, ainsi que le formulaire n° S 3705 « Demande de rattachement des enfants à l'un ou aux deux parents assurés ». 

Si vous avez souscrit à une assurance santé complémentaire, prévenez également votre assureur. 

 

Allocations familiales

Si vous recevez des allocations familiales, vous devez signaler l’arrivée d’un nouvel enfant à votre caisse d'allocations familiales (Caf) ou à la Mutualité sociale agricole (si vous relevez du régime agricole). Vous pouvez le faire en ligne en quelques clics.  

 

Plus de temps pour s’occuper de bébé…

  • Le congé de paternité

Les papas bénéficient d’un congé de 3 jours à l’occasion de la naissance. Ils peuvent le prendre dans les 15 jours précédant la date prévue de l’accouchement ou dans les 15 jours qui suivent la naissance. 

Dans les quatre mois suivant la naissance, il est aussi possible de bénéficier d’un congé indemnisé supplémentaire de 11 jours, appelé « congé de paternité et d’accueil de l’enfant ». La demande doit être faite au moins un mois avant. 

Ce congé peut succéder au congé de naissance de 3 jours ou être pris séparément.

 

  • Un congé parental ?

Dans les 3 années qui suivent la naissance, le père ou la mère d’un enfant peuvent demander un congé parental non rémunéré à leur employeur, pour avoir plus de temps pour s’occuper de leur bambin. Les conditions varient selon que vous travaillez dans le secteur public ou privé

Des aides financières 

Vous pouvez solliciter diverses aides pour faire face aux dépenses qui accompagnent l’arrivée de votre petit bout. Avant de vous lancer, vérifiez si vous rentrez dans les conditions car elles sont accordées en fonction du revenu et de la situation familiale. 

 

Ces quelques formalités vous permettront de bénéficier d’un maximum d’aides pour la prise en charge de votre bout de chou et de bien débuter son entrée dans la société !

 

À lire aussi

Grossesse : quelles démarches prévoir ?

Grossesse : chasse aux idées fausses !

 

Source

Le site officiel de l’administration française 

 

Haut de page

A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Barbara Delbrouck
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 02/04/2015

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
1 avis

Voir aussi

Les méthodes pour déclencher un accouchement
Faire démarrer le travail chez la maman et entraîner ainsi la naissance de bébé : voilà l’essence-mê…
Dans quels cas déclencher l'accouchement ?
Dépassement du terme, problème de santé chez la maman… De multiples raisons peuvent amener le gynéco…
Les suites de la césarienne
Vous avez accouché par césarienne et le retour chez vous se profile… Mais comment gérer les suites d…