Césarienne : comment ça se passe ?

Comment se déroule une césarienne ?
0 avis

Vous craignez de devoir subir une césarienne ? Pas de panique ! Cette intervention permet d’assurer la venue au monde de votre bébé en toute sécurité ! Dans quels cas est-elle indiquée et comment se déroule-t-elle ? Nous faisons le tour de la question !

AU SOMMAIRE DE CET ARTICLE
A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Barbara Delbrouck
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 26/11/2015

Les césariennes programmées

Une césarienne peut être discutée avec votre médecin à la fin de votre grossesse s’il estime que les risques d’accouchement par voie basse sont importants.
Et ce, pour différentes raisons : certains cas de présentation du bébé par le siège, de position anormale du placenta, d’un poids estimé du bébé très important, d’un bassin trop étroit…
La césarienne sera toujours programmée au terme de la grossesse, à partir de 39 semaines d’aménorrhée, pour éviter les risques liés à la prématurité et en particulier les problèmes d’adaptation respiratoire.  

 

Les césariennes en urgence

Une césarienne peut également être décidée en urgence (ou semi-urgence) lorsque la vie du bébé ou de la maman est en danger :

  • Pendant le travail : si le bébé présente des signes de mauvaise tolérance aux contractions utérines, si le cordon est comprimé de manière importante et prolongée, si le col ne se dilate pas…

  • Pendant la grossesse : suite à des saignements importants, à une pré-éclampsie sévère chez la maman, lorsque le bébé ne grandit plus…

Dans ce cas, il peut arriver que la césarienne soit réalisée avant le terme de la grossesse. Malgré les risques liés à la prématurité, la naissance de l’enfant est alors préférable à la prolongation de la grossesse du fait des risques vitaux pour la maman et/ou le bébé.

 

Anesthésie locale ou générale ?

La plupart du temps, la césarienne est pratiquée sous rachianesthésie, une technique d’anesthésie locorégionale très proche de la péridurale.
Le produit anesthésique est aussi injecté entre deux vertèbres lombaires, mais au niveau du canal rachidien (et pas de l’espace péridural). Elle permet une anesthésie plus rapide (quelques minutes) de toute la partie inférieure de l’abdomen et des membres inférieurs.
L’anesthésie générale n’est réalisée que dans des cas rares, lorsque la rachianesthésie est contre-indiquée.
La péridurale peut aussi être utilisée pour les césariennes en cours de travail, lorsque celle-ci fait toujours effet. Une nouvelle dose d’anesthésiant sera injectée via le cathéter.

 

La césarienne en pratique

Si une césarienne a été programmée, vous serez probablement hospitalisée la veille de l’opération. Le jour de votre arrivée, l’équipe médicale vérifiera que l’indication de césarienne est toujours légitime (le bébé se présente encore par le siège par exemple) et vous serez généralement opérée le lendemain matin.
Si la situation médicale le permet, le papa est souvent admis à vos côtés une fois que vous êtes préparée pour l’opération : installation sur la table d’opération, pose d’une perfusion et d’un tensiomètre, mise en place des champs médicaux (draps stériles) qui masqueront la zone de l’opération…
Une fois la rachianesthésie réalisée, une sonde urinaire sera placée afin d’assurer la vidange permanente de votre vessie pendant l’opération.
La césarienne est ensuite pratiquée. Le gynécologue (formé en chirurgie) va faire une incision dans votre bas-ventre juste au-dessus du pubis pour atteindre l’utérus et l’ouvrir pour en extraire le bébé.
Il le confie alors à la sage-femme, qui va l’amener au pédiatre pour qu’il l’examine tout de suite et s’assure que ses fonctions vitales sont normales. Celui-ci est présent dans la salle d’opération ou dans une salle attenante.
Pendant que votre bébé reçoit ses premiers soins, le gynécologue délivrera le placenta et refermera votre utérus et la paroi de votre ventre.  
La césarienne laissera une cicatrice transversale d’environ 12 à 15 centimètres un peu au-dessus du pubis, qui sera heureusement cachée par vos poils.

 

Les premières heures après la naissance

Juste après la césarienne, vous serez placée sous surveillance dans une salle de réveil pendant deux heures afin de vérifier que vous vous remettez bien de l’opération et que les saignements post-accouchement (lochies) sont normaux.
Si votre maternité dispose d’une salle de réveil dédiée à l’obstétrique, vous pourrez déjà prendre votre bébé avec vous pendant ces deux heures pour profiter des premiers instants avec lui : contact en peau à peau, mise en route de l’allaitement
Si ce n’est pas le cas, il vous faudra patienter jusqu’à votre retour dans la chambre.
Notez que la césarienne peut retarder un peu la montée de lait, qui survient normalement 3 à 5 jours après l’accouchement.

Les mamans ayant subi une césarienne restent en général deux à trois jours de plus que pour un accouchement par voie basse mais si tout va bien, une sortie plus précoce peut être programmée dès le 4e jour après l’accouchement.

À lire aussi
Césarienne : quels risques pour vous et votre bébé ?
Tout sur la péridurale !


Source
Article réalisé en collaboration avec le Pr Olivier Graesslin, Chef du Service
de Gynécologie-Obstétrique au CHU de Reims.


Haut de page

A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Barbara Delbrouck
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 26/11/2015

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
0 avis

Voir aussi

Les méthodes pour déclencher un accouchement
Faire démarrer le travail chez la maman et entraîner ainsi la naissance de bébé : voilà l’essence-mê…
Dans quels cas déclencher l'accouchement ?
Dépassement du terme, problème de santé chez la maman… De multiples raisons peuvent amener le gynéco…
Les suites de la césarienne
Vous avez accouché par césarienne et le retour chez vous se profile… Mais comment gérer les suites d…