Éduquer… ça s’apprend ?

Des ateliers punition pour apprendre les principes de communication bienveillante
1 avis

Fessées, privations, interdictions, chantages sont autant de sanctions qui font peur… Et pas seulement aux garnements ! Alors, des parents se questionnent lors d’ateliers punition pour trouver la solution.
 

AU SOMMAIRE DE CET ARTICLE
A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Régine Cerfontaine
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 13/11/2013

« Il n’en fait qu’à sa tête ! », se plaignent les parents de Fabien, 9 ans. « Elle accumule caprices et bêtises », ajoute la mère de Nora, 6 ans… S’il est dans la nature des enfants de vouloir déborder les limites imposées, cris et refus finissent un jour ou l’autre par ébranler l’équilibre  nerveux des pères et mères. Et il y a des jours où nous serions assez enclins à démissionner, voire à flanquer la dérouillée de sa vie à la prunelle de nos yeux…

 

Une sanction sans vertu éducative est un non sens !

Caroline Iruela(1) et Muriel Dorio(2), les deux psychologues qui animent un « Atelier Punition », dans la région de Toulouse, savent de quoi elles parlent puiqu’elles se présentent d’abord comme des mères de famille. Durant 2h30, elles réunissent quelques pères et beaucoup de mères de rejetons plus ou moins sauvageons. C’est Gilles, le père de Fabien, qui commence par prendre la parole. « Il y a deux jours, Fabien, revient du jardin les chaussures crottées et s’apprête à entrer dans le salon quand je lui intime l’ordre de les ôter. En haussant les épaules, il poursuit son chemin. Excédé, je me suis entendu lancer un incongru : « Si c’est comme ça que tu le prends, tu es privé de console de jeux ! »
Erreur… Une sanction sans lien avec la bêtise commise, demeure incomprise. Et pour cause, elle ne comporte aucune vertu éducative.

 

Les ateliers des parents à travers la France

De plus en plus d’animateurs proposent un peu partout en France des ateliers s’inspirant de la méthode « Faber et Mazlich » du nom des 2 américaines, auteures de notamment de « Parler pour que les enfants écoutent… ». Un réseau d’animateurs a d’ailleurs vu le jour en juin 2009 : Le Grand Atelier des Parents.

 

Education : la solution ? La communication !

Pour guider les participants dans leur réflexion, Caroline et Muriel ont inscrit au tableau qui trône dans la pièce quelques principes de communication (inspirés des méthodes Faber et Mazlich) qui devraient remplacer avantageusement la sanction.
En outre, à côté de cette méthode, quelques schémas donnent des repères théoriques en matière d’éducation.

 

Quels sentiments ?

Parallèlement, elles mettent en écho les sentiments négatifs éprouvés par Gilles, Valérie, son épouse qui l’accompagne à l’atelier, et leur fils lors de leur altercation. Colère, injustice, désaccord… Ensemble, les parents échangent sur la situation exposée par Gilles. Une manière de réfléchir à leurs propres méthodes d’éducation, de repérer les enjeux émotionnels, d’apprendre les principes de communication bienveillante et de chercher comment remplacer la punition de tous les Fabien par un véritable apprentissage… « La maison a regagné en sérénité »,  témoigne, Gilles, satisfait d’avoir participé à l’atelier à trois reprises. Valérie se dit enchantée : « Nous réfléchissons sur comment faire autrement avec Fabien et son comportement a changé ».

 

Les principes de communication qui remplacent la sanction

1. Exprimer ses sentiments avec conviction : « Je suis fâché de voir que le sol est sale ».

2. Exprimer ses sentiments plutôt qu’un jugement de valeur sur l'enfant : « Je ne suis pas content que… » plutôt que « tu es un bon à rien ».
3. Exprimer ses attentes clairement : « Je voudrais que tu ôtes tes chaussures en revenant du jardin ».
4. Indiquer à l’enfant une façon de réparer son acte : « Je vais te demander de nettoyer le carrelage ».

5. Offrir un choix : « Soit tu enlèves tes chaussures quand tu reviens du jardin, soit tu ne vas plus t’y promener lorsqu’il fait mauvais ».

 

Notez que pour bien vous faire comprendre, mieux vaut s'adresser à votre enfant sans ambiguïté, en utilisant des mots adaptés à son âge.

 

Source

(1)http://caroline-iruela.com.
(2)www.psychologue-famille-toulouse.com.


Haut de page

A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Régine Cerfontaine
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 13/11/2013

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
1 avis

Voir aussi

Qu'est-ce que la dyscalculie et comment la traiter ?
En France, 1 % des enfants souffrent de dyscalculie, un trouble de l’apprentissage du calcul et des …
Si la dysorthographie ne se soigne pas au sens strict du terme, il est toutefois possible de mettre …
La dysorthographie, un trouble de l’apprentissage
Pour certains enfants, écrire sans faute est un exercice particulièrement difficile, qui semble pres…