Dysorthographie, plus qu’un simple problème d’orthographe !

La dysorthographie, un trouble de l’apprentissage
2 avis

Pour certains enfants, écrire sans faute est un exercice particulièrement difficile, qui semble presque impossible. Mais comment savoir si le problème vient d’un véritable trouble de l’apprentissage, comme la dysorthographie ?

AU SOMMAIRE DE CET ARTICLE
A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Élise Dubuisson
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 02/05/2017

La dysorthographie, un problème à ne pas banaliser

Si tous les enfants ponctuent de temps à autre leurs phrases de fautes d’orthographe, il ne faut pour autant pas systématiquement les banaliser. En particulier lorsqu’elles se répètent très souvent et si vous constatez que l’orthographe pose un réel problème à votre enfant. En effet, en France, on estime que 10 % de la population souffre de dysorthographie, un trouble de l’apprentissage de l’orthographe.

 

Dysorthographie : de quoi s’agit-il ?

La dysorthographie est un trouble persistant de l’acquisition et de la maîtrise de l’orthographe dont les causes exactes ne sont pas bien connues. Elle peut se manifester de différentes manières, selon l’intensité du trouble.

Classiquement, on distingue trois types de difficultés :

  • un dysfonctionnement de l’orthographe phonétique : l’enfant confond les sons et ne parvient pas à les écrire correctement. Il écrit par exemple « carçon » à la place de « garçon », il confond « che » et « je », etc.

  • un dysfonctionnement de l’orthographe d’usage : l’enfant a une mauvaise mémoire visuelle et ne retient pas comment un mot s’écrit. Il va, par exemple, écrire « anfan » à la place d’« enfant ».

  • un dysfonctionnement de l’orthographe catégorielle (grammaire) : l’enfant ne sait pas comment mettre les mots au pluriel, il a du mal à conjuguer les verbes, etc.

Un enfant dysorthographique ne présentera pas forcément ces trois dysfonctionnements. On note toutefois que les enfants qui ont une mauvaise orthographe phonétique présentent généralement aussi une mauvaise orthographe d’usage et catégorielle.

 

Mon enfant est-il dysorthographique ?

On estime que la présence de l’une ou de plusieurs des manifestations suivantes doit pousser à consulter un orthophoniste, en particulier si l’enfant souffre également de dyslexie ou de troubles de l’attention :

  • ajout de lettres ou de syllabes à l’intérieur des mots

  • inversion de lettres ou de syllabes à l’intérieur des mots

  • découpage anarchique des mots. Exemple : « unabit » pour « un habit »

  • orthographe grammaticale très faible

  • orthographe d’usage d’un même mot qui varie d’un endroit à un autre.

 

Dysorthographie : quand faut-il consulter ?

De manière générale, les orthophonistes conseillent de faire le point lorsque l’orthographe inquiète les parents et/ou l’enseignant. En pratique, il s’agit d’un bilan de compétence qui permettra de voir où l’enfant se trouve par rapport aux enfants de son âge. Si la dysorthographie est confirmée, une prise en charge personnalisée est mise en place. Elle a pour objectif d’aider l’enfant à trouver des moyens de compensation pour parvenir à écrire correctement.  

À lire aussi
7 conseils pour une rentrée réussie
Éduquer, ça s’apprend ?

Dysorthographie : quelles solutions ?

Source
Merci à Estelle Dubuc, orthophoniste pour sa collaboration à cet article.


Haut de page

A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Élise Dubuisson
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 02/05/2017

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
2 avis

Voir aussi

Qu'est-ce que la dyscalculie et comment la traiter ?
En France, 1 % des enfants souffrent de dyscalculie, un trouble de l’apprentissage du calcul et des …
Si la dysorthographie ne se soigne pas au sens strict du terme, il est toutefois possible de mettre …
Les dents de lait et les dents définitives
Réponses à toutes les questions que vous vous posez sur les dents ou futures dents de votre bébé !…