Microbiote de l’enfant : tout se joue avant 3 ans

Prendre soin de sa microbiote dès l'enfance
0 avis

Le microbiote se met en place dès la naissance avant de se stabiliser à partir de 3 ans. D’où l’importance de l’enrichir au mieux pendant ces années cruciales.

AU SOMMAIRE DE CET ARTICLE
A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Comité éditorial Giphar
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 07/09/2018

Microbiote de l'enfant : Une empreinte pour la vie

Dans le ventre maternel, le tube digestif du futur enfant est stérile. La colonisation microbienne commence dès sa naissance. Les premières bactéries à envahir son tube digestif proviennent essentiellement de la flore vaginale et digestive de la mère. Ce sont notamment des lactobacilles et des bifidobactéries, véritables barrières contre les germes nocifs.


Microbiote de l'enfant : Un solide bagage

Avec la flore de la mère, les micro-organismes de l’environnement et l’alimentation, le bébé compose son propre microbiote, qui se stabilise vers l’âge de 3 ans. Ce microbiote l’accompagne toute sa vie. « Plus les bactéries s’installent bien au départ, plus elles sont résilientes. Si, par la suite, un changement de régime, une prise d’antibiotiques ou un épisode de stress réduisent leur diversité, celle-ci pourra se restaurer, une fois l’équilibre retrouvé », souligne le Pr Rémy Burcelin, directeur de recherche à l’Inserm (Toulouse)(1).


Bien nourrir son microbiote dès l'enfance

L’importance respective des différentes sources de colonisation – flore de la mère, alimentation, génétique, environnement – dans la diversification du microbiote du jeune enfant reste encore à établir, mais deux choses sont sûres : les antibiotiques sont à utiliser avec précaution durant ces années et le lait maternel est essentiel pour « ensemencer » en bonnes bactéries la flore intestinale du bébé. Ce lait contient en effet près de 700 espèces contribuant à renforcer les défenses immunitaires du tout-petit.

 

Coup de pouce pour la flore intestinale des bébés

Certains probiotiques ont montré leur efficacité dans la prévention et le traitement des diarrhées aiguës à rotavirus, qui touchent de nombreux bébés l’hiver. Pris quotidiennement, ces micro-organismes réduisent les risques de contracter la maladie. Lorsque la diarrhée nécessite la prise d’un traitement antibiotique, l’ajout de probiotiques aide à reconstituer une flore de qualité. Parmi les espèces donnant de bons résultats on trouve Saccharomyces boulardii , une levure probiotique. Une étude italienne(2) a démontré que le probiotique Lactobacillus reuteri, présent dans le lait maternel, pouvait soulager les nourrissons souffrant de coliques. Ces souches, sous forme de compléments alimentaires, sont disponibles en pharmacie.

 

Sources

(1) L’Express, 27 octobre 2017. 2 Étude réalisée en 2010 par des pédiatres, à l’université de Turin, en Italie.


Haut de page

A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Comité éditorial Giphar
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 07/09/2018

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
0 avis

Voir aussi

Les enfants peuvent-ils manger végétarien ?
De plus en plus de Français sont tentés par le végétarisme. Ce régime alimentaire est-il aussi adapt…
Choisir d'allaiter ou de donner le biberon
Le lait maternel est l’aliment le mieux adapté aux besoins spécifiques de bébé Donner le biberon peu…
Choisir un lait infantile adapté à son bébé
Le lait maternel est l’aliment le mieux adapté aux besoins spécifiques de bébé.  Si vous optez pour …