Les troubles anxieux : quand la peur envahit le quotidien

Les symptômes des différents troubles anxieux
23 avis

15 à 20 % de la population souffrent de troubles anxieux. Que recouvre ce terme ? En quoi ces troubles se distinguent-ils de l’anxiété « normale » ? Quand et comment les prendre en charge ?

AU SOMMAIRE DE CET ARTICLE
A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Aude Dion
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 26/08/2013

Troubles anxieux versus anxiété    

Tout le monde a déjà été confronté à un sentiment d’anxiété. C’est un mécanisme biologique normal, un signal qui nous prépare à faire face aux situations dangereuses. Mais quand elle est excessive et chronique, l’anxiété constitue une véritable maladie.
Elle peut aussi se manifester sur le plan physique, par des douleurs au ventre, des palpitations cardiaques, des difficultés respiratoires, des maux de tête, des troubles du sommeil et de la concentration, des tensions musculaires ou encore des sensations de vertiges…
Cette anxiété pathologique se décline sous différentes formes, regroupées sous l’appellation « troubles anxieux ».

 

Les différents types de troubles anxieux

 

  • L’anxiété généralisée

Les personnes sujettes à l’anxiété généralisée éprouvent constamment un sentiment d’inquiétude, d’insécurité et d’appréhension. Elles ne peuvent s’empêcher d’envisager systématiquement le pire et de ruminer des pensées négatives.

 

  • Les attaques de panique

L’attaque de panique est un sentiment soudain de terreur. Cette panique peut survenir sans raison apparente. Les personnes qui en sont victimes ressentent une vive anxiété à la perspective de perdre le contrôle, voire une impression de mort imminente.

 

  • Les phobies

La phobie est la peur excessive et irrationnelle d’un objet, d’une activité ou d’une situation qui n’induit pas ou peu de danger.
Parmi les exemples les plus courants : la peur d’une espèce animale (les chiens, les araignées, les oiseaux…) ou l’agoraphobie (la peur des lieux publics, des espaces ouverts et de la foule).

 

  •  La phobie ou anxiété sociale

La phobie sociale est la peur excessive de prendre la parole en public. Des situations sociales a priori anodines, comme un dîner au restaurant ou un exposé professionnel, peuvent se transformer en véritables supplices pour les personnes atteintes de ce type de phobie.

 

  • Le syndrome de stress post-traumatique

Le syndrome de stress post-traumatique touche les personnes confrontées à une situation dramatique dans laquelle leur vie ou celle d’autrui a été mise en danger. Les accidents ou les agressions, par exemple, sont susceptibles de déclencher ce type de troubles. Les personnes qui en sont victimes sont assaillies de souvenirs douloureux (pensées, rêves…) de l’événement traumatisant et elles éprouvent des angoisses très fortes à l’idée qu’il puisse se reproduire.

 

  • Les troubles obsessionnels compulsifs (TOC)

Les personnes atteintes de TOC sont envahies par des pensées obsédantes, récurrentes et intrusives qu’elles sont incapables de contrôler. Les obsessions les plus fréquentes concernent la peur de la contamination, le doute pathologique (« ai-je bien coupé le gaz ? ») et la symétrie.
Pour contrer l’angoisse générée par ces obsessions, ces personnes se livrent à des rituels et/ou vérifications compulsives qui envahissent peu à peu leur quotidien. Elles vont par exemple se laver les mains plusieurs dizaines de fois par jour.

 

Anxiété passagère ou véritable trouble ?

Qui n’a jamais eu le trac avant de devoir prendre la parole en public, fait marche arrière pour s’assurer que le fer à repasser était bien débranché ou sursauté en apercevant une araignée ? Sommes-nous pour autant tous atteints de troubles anxieux ? Non ! Ce qui distingue ces troubles d’un sentiment d’anxiété normal et passager, c’est leur incidence sur la vie personnelle, professionnelle ou sociale des personnes qui en sont atteintes. Elles sont amenées à élaborer des stratégies pour éviter la situation anxiogène et leur vie quotidienne en est entravée.

 

Réagir rapidement

Quand une personne présente un trouble anxieux, mieux vaut agir rapidement. Non traités, ces troubles risquent de s’aggraver et de constituer un terrain favorable au développement de pathologies associées, comme la dépression ou l’addiction à l’alcool et aux médicaments.
Les thérapies cognitivo-comportementales ont prouvé leur efficacité pour traiter ce type de troubles. Les résultats obtenus sont cependant intimement liés à la motivation du patient et à son implication dans le travail de thérapie.
Des médicaments, essentiellement de la famille des antidépresseurs ou des anxiolytiques, peuvent également être prescrits.

À lire aussi
Anxiété : quelles solutions ?
Le stress


Pour aller plus loin…

AFTOC

Mediagora

Revivre


Source
Interview du Dr Frédéric Chapelle, psychiatre


Haut de page

A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Aude Dion
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 26/08/2013

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
23 avis

Voir aussi

La peur de l'eau
Alors que certains attendent les vacances à la plage avec une impatience enfantine, d’autres les red…
Guérir d'une phobie grâce à la thérapie cognitivo-comportementale
Non, les phobies ne sont pas une fatalité ! La TCC – thérapie cognitivo-comportementale – est l’un d…
Se soigner par l'hypnose
Addiction, anxiété pathologique, dépression..., l’hypnose peut être d’un précieux secours pour affro…