La thérapie cognitivo-comportementale contre les phobies

Guérir d'une phobie grâce à la thérapie cognitivo-comportementale
1 avis

Non, les phobies ne sont pas une fatalité ! La TCC – thérapie cognitivo-comportementale – est l’un des moyens les plus efficaces pour s’en défaire. Explications.

AU SOMMAIRE DE CET ARTICLE
A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Aude Dion
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 01/11/2015

Maud a une peur bleue des chiens. Elle change de trottoir dès qu’elle en aperçoit un au loin et a dû faire une croix sur les balades au parc.
Luc se sent incapable de prendre l’avion. La seule perspective d’un voyage d’affaires à New York dans quelques semaines lui glace le sang.
Quant à Zoé, elle sent l’angoisse monter dès qu'elle doit faire une présentation : elle est persuadée qu’elle va se mettre à rougir, perdre ses moyens et paraître ridicule aux yeux de ses collègues.
Tous trois souffrent d’une phobie, cette peur intense et irrationnelle d’un objet ou d’une situation.

 

Phobies : un cercle vicieux

Pour se soustraire à cette peur, les personnes phobiques évitent les situations perçues comme « à risque ». Or éviter l’objet de sa peur entretient, voire renforce, cette crainte. « Il est possible d’enrayer ce cercle vicieux avec la TCC », affirme Stéphane Rusinek, professeur de psychologie clinique à l’université Lille Nord-de France et président de l’AFTCC (Association Française de Thérapie Comportementale et Cognitive). « Dans cette forme de thérapie, les situations sont appréhendées selon trois aspects étroitement liés les uns aux autres : nos émotions, nos pensées et nos comportements. L’objectif de la TCC est l’acquisition du comportement le plus adapté à une situation donnée. »

 

TCC et phobies : comment ça marche ?

« En TCC, on ne cherche pas à retrouver l’origine de la phobie – c’est souvent difficile – mais plutôt à comprendre comment la personne entretient cette phobie », explique Stéphane Rusinek. « Quelles sont les pensées qui y sont liées ? Quelles stratégies d’évitement ont été échafaudées ? Avec quels impacts sur la vie quotidienne ? »
Le thérapeute établit ensuite avec le patient un programme d’ « exercices » thérapeutiques individualisés. Le principe : l’exposer, de manière construite et progressive, à l’objet de sa peur. « Le thérapeute augmente graduellement la difficulté des exercices mais le patient se sent de plus en plus à l’aise parce qu’il apprend à gérer les émotions et les pensées liées à sa phobie. »

 

Peut-on vraiment guérir d’une phobie ?

« Oui ! », affirme Stéphane Rusinek. Quand le réflexe de peur irraisonnée a disparu, la personne est guérie. Dans le cas des phobies dites « simples » (qui portent sur un seul objet et auxquelles ne sont pas associés d’autres troubles), le taux de réussite de la TCC s’élève à 80 - 90%. « La TCC est une thérapie brève : elle permet généralement de guérir la phobie dans un laps de temps relativement court », ajoute Stéphane Rusinek. « Tout dépend bien sûr du patient et de sa phobie mais une dizaine de séances en moyenne suffisent généralement à faire disparaître la phobie. Dès les premières séances, le patient constate déjà des améliorations. »

 

Phobies : quand consulter ?

« Dès que la phobie a un retentissement sur la vie de la personne, qu’elle la prive – elle ou ses proches – de quelque chose et entraîne une souffrance », conseille Stéphane Rusinek.

 

Plus peur de l’avion grâce à la TCC !

Les programmes développés par les compagnies aériennes s’inspirent des thérapies cognitivo-comportementales :

  • une stratégie personnalisée est élaborée sur base d’un entretien préalable avec un psychologue ;

  • des cours théoriques sont ensuite dispensés aux « stagiaires ». Ils reçoivent notamment des informations sur ce qui est mis en place pour assurer la sécurité des voyageurs ;

  • vient alors l’exposition graduelle à un voyage en avion : visite d’un cockpit quand l’appareil est encore au sol ; expérimentation des sensations d’un vol dans un simulateur et, enfin, véritable voyage en avion.

 

Phobie spécifique ou phobie sociale ?

  • Les phobies spécifiques sont liées à un objet ou à une situation spécifique (les animaux, la hauteur, prendre l’avion, voir du sang…).

  • Les phobies sociales concernent les situations où l’on est exposé au regard d’autrui (lors d’un discours ou de rencontres avec des personnes non familières, par exemple).

 

Pour aller plus loin…
Le manuel « Je gère mes Peurs », disponible sur www.umeo-store.com
Pour trouver un thérapeute formé à la TCC : www.aftcc.org

 

À lire aussi

Vaincre sa peur de l’avion
Les troubles anxieux : quand la peur envahit le quotidien
Psychologie positive : le meilleur est en nous !


Haut de page

A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Aude Dion
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 01/11/2015

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
1 avis

Voir aussi

La peur de l'eau
Alors que certains attendent les vacances à la plage avec une impatience enfantine, d’autres les red…
Se soigner par l'hypnose
Addiction, anxiété pathologique, dépression..., l’hypnose peut être d’un précieux secours pour affro…
À chacun son psychotrope… ou pas !
Somnifères, antidépresseurs, tranquillisants…, ces médicaments soumis à la prescription médicale obl…