TDAH : un trouble au coeur de la famille

Enfant hyperactif : les conséquences au sein de la famille
0 avis

Au quotidien, le TDAH a un impact important sur la vie de l’enfant... et de sa famille. Et ce, d’autant plus que cette problématique reste encore souvent incomprise.

AU SOMMAIRE DE CET ARTICLE
A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Thomas Coucq
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 01/09/2012

Maladie « inventée » ? Problème d’éducation ? Les enfants atteints de Troubles Déficitaires de l’Attention avec Hyperactivité (TDAH) mais aussi leurs parents doivent souvent faire face à l’incompréhension de leur entourage.

Et les préjugés ont la dent dure ! Au quotidien, c’est toute une famille qui est touchée et qui doit se battre pour (faire) comprendre cette maladie.


Un défaut d’inhibition

À la base de ce trouble, un défaut d’inhibition. Les personnes atteintes éprouvent en effet des difficultés à réprimer leurs impulsions. « Il peut s’agir aussi bien d’impulsions motrices – qui se traduisent alors par de l’agitation physique : l’enfant saute dans tous les sens – que de pensées », explique le Dr Caci, pédopsychiatre au CHU Lenval de Nice.

 

Un cerveau en activité permanente

Le cerveau « bouillonne »… La moindre pensée devient prétexte à une rêverie. « Il peut s’agir d’une idée qui survient sans crier gare comme nous en avons tous. Mais pour quelqu’un qui souffre de TDAH, cette idée fait perdre le fil. » L’hyperactivité se traduit donc par une difficulté à filtrer les informations. En classe, Marie, 12 ans, est par exemple incapable de ne pas prêter attention à son camarade qui lui fait des grimaces ou à ce joli papillon coloré. Quant à ce que dit le professeur……

 

Avec ou sans Hyperactivité ?

TDAH ne rime pas forcément avec hyperactivité. Il est par exemple possible d’être atteint d’un Trouble Déficitaire de l’Attention sans Hyperactivité.

 

  • TDAH sans hyperactivité

Paul vient d’avoir 16 ans et souffre d’une  forme de Trouble Déficitaire de l’Attention sans Hyperactivité : « Je suis souvent en train de rêver et j’éprouve beaucoup de difficultés à rester concentré sur une tâche. Je suis capable de rester le regard dans le vide pendant une vingtaine de minutes sans m’en rendre compte ».

 

  • TDAH avec hyperactivité

Pour David par contre, c’est une autre histoire comme l’explique son papa : « Il ne tient pas en place lorsqu’il doit faire ses devoirs. Il peut se montrer impulsif, agir sans réfléchir aux conséquences, nous coupe souvent la parole et se bagarre sans arrêt… »

 

Dans la famille TDAH je demande…

Inattention, impulsivité, hyperactivité motrice…

Voici le triptyque qui caractérise le TDAH. Mais ces différents symptômes ne sont pas l’apanage de tous les « hyperactifs », ils se combinent différemment chez chacun.

 

Une prise en charge multidisciplinaire

La solution ? Une prise en charge multidisciplinaire : traitements médicamenteux, psychothérapie cognitive, orthophonie…

Autant d’angles d’attaque qu’il est utile de combiner. « La rééducation cognitive permet par exemple de travailler des aspects très pratiques liés au TDAH », explique le Dr Caci. « Le psychologue coache très concrètement l’enfant sur certaines difficultés : l’organisation, la planification, et la structuration du travail scolaire… et l’aide à établir des stratégies adéquates. »

 

Le rôle important des parents

Les parents ont aussi leur rôle à jouer ! « En tant que parents, il faut pouvoir établir des règles à la maison : heure de coucher, utilisation de l’écran (télévision, ordinateur……). Mais il faut aussi savoir se montrer plus souple et encourager l’enfant », explique Christine Iltis, mère d’un enfant atteint de TDAH et Présidente de l’association TDAH-PACA.

 

Une maman soulagée

Au quotidien, les parents d’enfants TDAH rencontrent toutefois un autre problème : l’accès aux soins. « Il n’est pas toujours aisé de trouver des médecins ou des psychologues spécialisés dans le TDAH dans sa région », explique le Dr Caci. « C’est d’autant plus dommageable
qu’une bonne prise en charge peut vraiment changer la donne. »
Confirmation de Christine Iltis : « Depuis qu’il est correctement pris en charge, mon fils ne se fait plus enguirlander sans arrêt par ses profs, il est plus concentré, il a plus d’amis », sourit-elle. Bref, une maman soulagée.

 

Des troubles associés

Différents troubles sont fréquemment associés au TDAH :

  • Plus d’un tiers des enfants hyperactifs souffriraient également de troubles de l’apprentissage : dyslexie (un trouble de l’apprentissage de la lecture), dysgraphie (un trouble de l’apprentissage de l’écriture) par exemple.

  • Un peu plus d’un quart des enfants hyperactifs présenteraient également des symptômes d’anxiété et/ou de dépression.


Différentes associations proposent informations et soutien aux personnes souffrant d’un TDAH, à leurs proches, ainsi qu’à toutes personnes intéressées :
TDAH-PACA : www.tdah-paca.fr  - Tél. : 06 40 62 34 89 - E-mail : contact@tdah-paca.fr
TDAH France : www.tdah-france.fr

 

À lire aussi

Mon enfant est-il hyperactif ?

TDAH : une vraie maladie ?

Enfants hyperactifs : quel rôle pour l’homéopathie ?

 

Source
Merci à Christine Iltis, Présidente de l’association TDAH-PACA, et au Dr Hervé Caci, spécialiste du TDAH et pédopsychiatre au CHU Lenval de Nice.


Haut de page

A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Thomas Coucq
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 01/09/2012

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
0 avis

Voir aussi

Quels médicaments pour traiter l'hyperactivité ?
Sujets à polémique, les médicaments contre le TDAH sont pourtant efficaces… à condition d’être bien …
L'hyperactivité touche également les adultes
Ils ne tiennent pas en place, épuisent parents et professeurs, sont en échec scolaire ou en conflit …
L'homéopathie dans le TDAH
L’homéopathie peut aider à apaiser un enfant difficile. En cas de troubles du déficit de l’attention…