Une tentative de suicide doit toujours être prise au sérieux…

La tentative de suicide chez les adolescents
0 avis

Chaque année, en France, on recense 50.000 tentatives de suicide, principalement chez les jeunes. Un choc pour les parents ! Comment réagir ? Rencontre avec le Pr Marie-Rose Moro, pédopsychiatre.

AU SOMMAIRE DE CET ARTICLE
A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Candice Leblanc
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 01/09/2013

Quelles sont les causes d’une tentative de suicide ?

Marie-Rose Moro : De nombreux événements, du plus dramatique au plus anodin, peuvent être un déclencheur : une rupture amoureuse, un conflit familial, un échec scolaire, des abus sexuels durant l’enfance, etc. Mais la cause première du suicide ou de la tentative de suicide (TS) chez les jeunes, est la dépression. Certes, tous les adolescents dépressifs ne se suicident pas (heureusement !), mais on estime que 70 % des suicidés souffraient d’une dépression, souvent non diagnostiquée et donc non traitée.

 

Il n’y a « que » 800 suicides réussis par an, pour 4 millions d’adolescents… Le phénomène est donc marginal ?

Certes, mais le suicide reste quand même la deuxième cause de mortalité chez les 15-25 ans ! Perdre un enfant est un événement épouvantable, alors dans de telles circonstances… La souffrance et la culpabilité de la famille sont énormes, très difficiles à surmonter.
De plus, il y a toutes les TS qui ne disent pas leur nom. Les addictions sévères, l’anorexie ou encore les prises de risque exagérées (rouler comme un fou en moto, par exemple) sont également des processus autodestructeurs et, parfois, des équivalents suicidaires.

 

Comment réagir après une tentative de suicide ? Que ne faut-il surtout pas faire ou dire ?

Une tentative de suicide doit toujours être prise au sérieux ! Même si l’ado n’a pris que quelques cachets, il ne faut surtout pas banaliser ou minimiser son geste, encore moins le nier. Car il peut s’imaginer que tout le monde s’en fiche, qu’il n’est pas allé assez loin… Avec le risque de récidive que cela implique. Inutile aussi de culpabiliser avec des discours type « Comment peux-tu nous faire ça ?! Tu ne vois pas le mal que tu fais à ta mère ?! »

Non, la meilleure attitude qu’un parent puisse adopter suite à la tentative de son enfant est de lui exprimer ce qu’il ressent, d’essayer de créer un espace de dialogue au sujet de cet événement. Et de demander de l’aide !

 

Filles et garçons devant le suicide

Si 4 tentatives de suicide sur 5 sont féminines, 600 des 800 suicidés par an sont de sexe masculin. En d’autres termes, les filles essaient plus, mais les garçons se ratent moins ! La principale explication de cette différence tiendrait aux moyens utilisés…

  • Les filles privilégient des moyens qui préserveront leur intégrité physique, comme l’absorption massive de médicaments.

  • Les garçons optent souvent pour des procédés violents, plus radicaux : se jeter sous un train, foncer contre un arbre en voiture, se tirer une balle, se pendre… De tels actes laissent peu de place aux chances de survie.

 

À lire aussi

Ados en dépression : des signes qui ne trompent pas !

Binge drinking chez les jeunes : quels risques ?


Haut de page

A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Candice Leblanc
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 01/09/2013

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
0 avis

Voir aussi

3 remèdes contre la déprime saisonnière
Avec l’arrivée de l’automne ses jours de pluie et son changement d’heure, notre moral devient soudai…
La dépression chez les personnes âgées
En France, on estime qu’entre 55 et 85 ans, près de 1 personne sur 5 est en souffrance psychologique…
Zoothérapie : les animaux, une aide aux traitements
Oui, l’animal peut intervenir dans le traitement de certaines affections ! Il agit comme médiateur e…