Ados en dépression : des signes qui ne trompent pas !

Les signes de la dépression chez l'adolescent
6 avis

Environ 8 % des adolescents vont souffrir d’une forme plus ou moins sévère de dépression. Bien différente d’un simple coup de blues, cette véritable maladie peut avoir des conséquences graves. Or, certains signes peuvent mettre sur la voie du diagnostic…

AU SOMMAIRE DE CET ARTICLE
A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Candice Leblanc
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 01/09/2013

« Bastien, mon petit dernier, était un enfant facile », se souvient Marie-Claire, 46 ans. « Toujours de bonne humeur, en excellents termes avec ses deux grands frères, bon en classe, passionné de hockey… Un bonheur ! Mais à l’âge de 16 ans, sans que nous comprenions pourquoi, tout a basculé. En l’espace de quelques jours, il a complètement changé. Il ne voulait plus aller au hockey, ni voir ses copains. Il s’est complètement refermé sur lui-même. Ses résultats scolaires ont chuté. Comme si quelque chose en lui s’était brisé… »

 

« Il/elle n’est plus comme avant… »

Puberté, modifications du rapport au monde et aux autres, premiers émois amoureux, deuil de l’enfance… L’adolescence est une période de vulnérabilité, particulièrement propice aux troubles dépressifs. « Le tout premier symptôme de la dépression adolescente, le plus flagrant, c’est un désinvestissement rapide et brutal de tout ce que l’adolescent(e) faisait et qui, jusque-là, lui apportait du plaisir et de l’épanouissement », explique le Pr Marie Rose Moro, pédopsychiatre et responsable de la Maison de Solenn à Paris. « Hobbies, passions, école, copains… Soudain, rien de tout cela ne l’intéresse plus. ‘Il ou elle n’est plus comme avant…’ Souvent, c’est la première chose que les parents de ces enfants nous racontent. »

 

Sommeil et alimentation

L’adolescent dépressif souffre aussi souvent de troubles du sommeil et de l’alimentation. « Les parents s’étonnent parfois que leur ado dorme trop, fasse des grasses matinées… ce qui est tout à fait normal ! Ce qui ne l’est pas, par contre, c’est un jeune qui se réveille à trois heures du matin et qui ne parvient plus à se rendormir. Ces réveils nocturnes sont un signe majeur de dépression. » Quant aux troubles alimentaires, ils sont particulièrement fréquents chez les filles. « Outre l’anorexie et la perte de poids liée, on peut également observer une prise de poids rapide et conséquente. Le jeune mange tout et n’importe quoi pour se remplir, essayer de combler ce vide qu’il ou elle ressent. »
Autre signe d’une dépression déjà bien avancée, un ralentissement moteur généralisé. Votre ado est anormalement lent; il met un temps fou pour se lever, se préparer, marcher… À ce stade, il est plus que temps de consulter !

 

Quand la dépression s’aggrave…

Car si elle n’est pas diagnostiquée et donc, pas prise en charge, la dépression peut rapidement se compliquer d’autres troubles psychiatriques. « Les conduites addictives sont très souvent associées à la dépression », explique le Pr Moro. « Ces enfants sont dans un tel état de souffrance qu’ils essaient à tout prix de l’anesthésier ou, au moins, de la fuir. Au début, l’alcool et/ou les drogues ont cet effet-là, ça « marche »… mais seulement au début ! Car c’est un leurre : très vite, l’addiction aggrave le problème. »
Il n’est pas rare non plus que l’ado soit également très anxieux, voire développe des phobies, comme la phobie scolaire. Se sentir en tel décalage avec autrui, ne plus être « comme les autres » rend leur fréquentation intolérable. « Et un adolescent qui fuit ses pairs, qui s’isole est un signe inquiétant », insiste le Pr Moro.   

 

Être ferme pour aider

En tant que parent, que faire face à un adolescent qui, visiblement, ne va pas bien ? Comment le convaincre de se faire aider ? «Tout d’abord, soyez-en convaincu(e) vous-même ! », conseille le Pr Moro. « Quand il a la grippe, vous ne lui demandez pas son avis pour aller voir un médecin. Ici, c’est pareil ! Dites-lui qu’il ou elle ne va pas bien et que vous allez ensemble voir un psychiatre ou consulter dans une Maison des Adolescents. Car si vous devez attendre qu’il ou elle soit prêt(e), d’accord, ait choisi quelqu’un… vous n’êtes pas sorti(e) de l’auberge ! Le fait de l’accompagner est important, car, bien souvent, même si c’est difficile à admettre, la situation familiale et l’ambiance à la maison ne sont pas pour rien dans la survenue d’une dépression. »  

 

Adolescence et troubles psychiatriques

Entre 10 et 15 % des adolescents présenteront des troubles psychiatriques.

Dans l’ordre, les principaux sont :
1) la dépression,
2) les conduites addictives graves : toxicomanie, alcoolisme, etc.,
3) les troubles psychotiques, comme la schizophrénie (1 à 2 % de la population adolescente).

 

Les Maisons des Adolescents

Les Maisons des Adolescents (MDA) sont des structures d’accueil, de conseils et de soins destinées aux adolescents. Il y en a au moins une par Département.

Vous pouvez en trouver la liste sur www.derpad.com/anmda/anmda.php.

 

À lire aussi

Une tentative de suicide doit toujours être prise au sérieux…
Des ados bien dans leur tête !

Quelle(s) thérapie(s) pour un ado ?


Haut de page

A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Candice Leblanc
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 01/09/2013

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
6 avis

Voir aussi

3 remèdes contre la déprime saisonnière
Avec l’arrivée de l’automne ses jours de pluie et son changement d’heure, notre moral devient soudai…
La dépression chez les personnes âgées
En France, on estime qu’entre 55 et 85 ans, près de 1 personne sur 5 est en souffrance psychologique…
Zoothérapie : les animaux, une aide aux traitements
Oui, l’animal peut intervenir dans le traitement de certaines affections ! Il agit comme médiateur e…