Pour arrêter de fumer… Tricotez !

Le tricot pour décrocher du tabac !
0 avis

Adepte du fait main, vous rêvez de vous mettre au tricot mais la peur de passer pour un ringard vous tétanise ? Détrompez-vous, tricoter est à la pointe de la mode et constitue une aide considérable pour arrêter de fumer. À vos aiguilles ! Prêt ?… Partez !

AU SOMMAIRE DE CET ARTICLE
A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Elise Dubuisson
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 01/07/2012

L'arrêt de la cigarette

Le 27 janvier 2005, Élisabeth est décidée. Cette cigarette qui se consume entre ses doigts est la dernière ! Des doigts qui se sont très vite sentis bien seuls… « Le manque de la cigarette, ce sont surtout mes mains qui l’ont ressenti », explique Élisabeth Olliéric. « Sortir une cigarette  de son paquet, la porter à ses lèvres, l’allumer, ce n’était plus des gestes anodins mais une habitude bien ancrée entre mes doigts. Il fallait que je trouve quelque chose à leur faire faire sous peine de ne pas réussir à me défaire de ce vice. »

 

Une nouvelle activité agréablement monotone !

C’est dans la salle d’attente d’un kiné qu’Élisabeth trouve l’idée qui lui permettra de ne pas retoucher une cigarette. Elle y attendait son tour en tricotant lorsqu’un vieux monsieur a prononcé la phrase qui allait changer les prochains mois de sa vie : « Tricoter est la seule activité  agréablement monotone que je connaisse ». « C’était exactement ça ! J’ai pensé à ma grand-mère et à sa passion pour le tricot. Aux heures qu’elle pouvait passer à aligner les rangs. » Des souvenirs qui l’ont décidée à tricoter à chaque fois que ses mains réclameraient une  cigarette. Une excellente idée diront les experts : le sevrage physique du tabac ne dure que quelques jours, le risque de rechute est donc essentiellement lié à des aspects psychologiques et comportementaux (occupation des mains, stress, réflexe conditionné…).

 

Tricot : par où commencer ?

Quand on débute, savoir par quel projet commencer et dans quel matériel investir n’est pas toujours chose facile.

  • Si vous voulez vous lancer dans le tricot en douceur, les kits pour débutants « Peace and Wool » sont un bon compromis.

  • Classés en différents niveaux de difficultés (de débutant à expert), ces kits comprennent tout le matériel nécessaire (aiguille, laine, mode d’emploi bien détaillé, etc.) pour mener à bien une écharpe, un bonnet, un gilet, une couverture et bien d’autres projets encore.

  • Où les trouver ? www.peaceandwool.com.

 

« Je découvrais une nouvelle sensualité »

« Grâce au tricot, mes mains étaient à nouveau occupées. Je découvrais une nouvelle sensualité : celle du toucher de la laine, du cliquetis des aiguilles et de l’harmonie des couleurs. Peu à peu mon écharpe s’allongeait ! J’aimais sentir son poids sur mes genoux. Voir les rangs de  couleurs se succéder me mettait de bonne humeur », se rappelle Élisabeth. Pour se défaire de la cigarette, elle tricotait partout où l’envie de fumer se faisait sentir : dans le bus, dans les bars, au restaurant, dans le train… Et 4,50 m d’écharpe plus tard, Élisabeth n’avait définitivement  plus envie de s’en griller une. En revanche, elle a conservé sa passion pour le tricot. « Tricoter est en quelque sorte un moyen de méditation pour moi. Quand les points se succèdent sur mes aiguilles, je repense à un tas de souvenirs, aux problèmes que j’ai réussi à surmonter en tricotant. »

 

Zen, les tricoteurs et tricoteuses ?

Élisabeth Olliéric est loin d’être la seule à trouver des vertus au tricot. Le nombre de ses adeptes ne cesse de croître. Pour arrêter de fumer, pour consommer autrement mais aussi pour déstresser. Le tricot serait, en effet, un très bon moyen de faire descendre la pression du  quotidien. Et pour cause : quand on tricote, le cerveau se concentre sur le mouvement des mains faisant passer le fil d’une aiguille à l’autre selon une partition bien précise. Oubliant le reste… et par la même occasion les tracas du quotidien. En particulier chez ceux qui ont  l’impression de perdre leur temps quand ils restent plus de 10 minutes à ne rien faire. Tricoter ce n’est pas ne rien faire. C’est réveiller son côté créatif et voir s’ouvrir à soi une multitude de pistes qu’on n’aurait jamais imaginé explorer.

 

Des aiguilles qui favorisent les rencontres

Ringard, le tricot ? Détrompez-vous ! Se retrouver autour d’un plateau de douceurs et d’une bonne tasse de thé pour tricoter de concert est de plus en plus tendance. Même des stars comme Uma Thurman s’y sont mises. Si personne dans votre entourage n’a cédé à cette mode, jetez un oeil sur internet. En quelques clics, vous devriez trouver un café tricot à proximité de chez vous. Ces dernières années, ces lieux de rencontres créatives n’ont cessé de faire des petits.

 

Un kit pour arrêter de fumer

Pour Élisabeth Olliéric, il n’y a pas d’endroit où l’on ne puisse pas tricoter. Partout où elle fumait, maintenant elle tricote !

En 2006, forte du succès de sa méthode pour arrêter de fumer, Élisabeth Olliéric lance son propre kit pour arrêter de fumer, le kit Pénéclop’. Plusieurs pelotes pour un seul modèle : une écharpe.

Disponible sur demande par mail à elisabeth@ollieric.org.

 

À lire aussi

Arrêter de Fumer sans Grossir
Arrêt du tabac : Les conseils de votre pharmacien
Cigarette électronique : attention à la nicotine !


Haut de page

A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Elise Dubuisson
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 01/07/2012

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
0 avis

Voir aussi

Les symptômes et les traitements de l'addiction au sport
Parce que l’excès nuit en tout, l’addiction au sport peut avoir de sévères répercussions sur la sant…
Mon pharmacien Giphar coach de mon sevrage tabagique
N’hésitez pas à faire appel à votre pharmacien Giphar pour stopper la cigarette. Et pas seulement po…
Un verre de vin à table, une bière après le sport, une coupe de champagne pour les grands événements…