Les dépendances

Les symptômes et les traitements des dépendances
0 avis

Addiction au tabac, aux jeux, aux stupéfiants… Les types de dépendance sont multiples. Pourquoi devient-on « accro » et comment en sortir ?

AU SOMMAIRE DE CET ARTICLE
A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Anne Francotte et Barbara Delbrouck
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 21/10/2013

Pas tous égaux devant la dépendance

Pourquoi certaines personnes parviennent-elles à se limiter à fumer occasionnellement tandis que d’autres deviennent rapidement accros ? Tout simplement parce que nous ne sommes pas égaux face à la dépendance : de multiples facteurs créent un terrain favorable à son apparition et renforcent plus ou moins cette sensation de perte de contrôle.  
Quelques facteurs :

  • le déterminisme génétique : certains systèmes nerveux sont plus sensibles au phénomène de dépendance,

  • l’éducation : le jugement sur les choses qu’il ne faut pas faire,

  • l’impulsivité : le fait d’agir avant de réfléchir.  

 

Qu’entend-on par dépendance ?

On parle de dépendance lorsqu’une personne passe la majorité de son temps à consommer ou rechercher sa drogue, qu’elle est incapable d’arrêter une fois qu’elle commence et qu’elle en devient prisonnière.
Traditionnellement, on distingue deux types de dépendance :

  • la dépendance physique (à une substance) : en cas d'arrêt, l'organisme est « en manque ». Il « réclame » la substance à travers des symptômes physiques (douleurs, tremblements, convulsions…) et des troubles de l’humeur (angoisse, agitation, irritabilité, sentiment dépressif…) ;

  • la dépendance psychologique : l'arrêt de la drogue bouleverse les habitudes et laisse un vide qui souvent s'accompagne d'un mal-être.


Pour être dépendant, il ne faut pas forcément souffrir de dépendance physique. Les addictions comportementales, telles que le jeu, en sont l’exemple.

 

Comment fonctionne la dépendance ?

La dépendance est liée au circuit de récompense. Au cœur de ce phénomène, la dopamine, un neurotransmetteur présent dans le cerveau, qui contrôle la motivation, le plaisir. Cette hormone est libérée lors des comportements naturels liés à la survie de l’espèce comme manger, se reproduire. Elle produit des effets euphorisants qui encouragent les gens à reproduire ces comportements essentiels.
Malheureusement, la prise de produits addictifs et certains comportements comme les jeux d’argent par exemple, provoquent aussi la libération de dopamine. Ce qui nous pousse à recommencer.

 

Les différents types de dépendance

Il existe de nombreuses sources de dépendance. On peut distinguer :

  • les addictions liées à des produits :

    • tabac,  

    • alcool,  

    • médicaments : en particulier les psychotropes (anxiolytiques, antidépresseurs, somnifères, antipsychotiques…) mais aussi d’autres médicaments (antihistaminiques, corticoïdes…), y compris certains en vente libre (antalgiques, antitussifs…),

    • drogues (héroïne, cocaïne, cannabis, ecstasy, produits dopants…).

 

 

  • Les addictions liées à des comportements :

    • jeux de hasard et d’argent,

    • jeux vidéo,

    • travail (« workaholisme »),

    • sexe,

 

Comment en sortir ?

La première étape est de prendre conscience qu’on est prisonnier d’un comportement problématique et accepter de l’interrompre. Les chemins thérapeutiques sont multiples et varient en fonction du type d’addiction et son intensité :

  • groupes de discussion comme les Alcooliques Anonymes,

  • aide par un spécialiste de la dépendance comme un tabacologue,

  • aides pharmacologiques : substituts nicotiniques pour arrêter de fumer, traitement de substitution pour les héroïnomanes… afin d’éviter le syndrome de manque en cas de dépendance physique,

  • thérapies comportementales et cognitives,

En France, il existe des Centres de Soins d’Accompagnement et de Prévention en Addictologie (CSAPA)  qui proposent gratuitement écoute, évaluation de la dépendance ainsi qu'une prise en charge médicale, psychologique et sociale.

En cas de rechute, il ne faut pas considérer que c’est un retour à la case départ. À chaque tentative, le patient apprend et attend moins longtemps avant de se reprendre en main.  

À lire aussi
Comment se manifeste l’alcoolisme ?
Vous voulez arrêter de fumer ?


Sources
Interview du Dr Paul Verbanck, addictologue
Interview du Dr Alain Rigaud, psychiatre, président de l'ANPAA (Association Nationale de Prévention en Alcoologie et Addictologie)


Haut de page

A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Anne Francotte et Barbara Delbrouck
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 21/10/2013

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
0 avis

Voir aussi

Les symptômes et les traitements de l'addiction au sport
Parce que l’excès nuit en tout, l’addiction au sport peut avoir de sévères répercussions sur la sant…
Mon pharmacien Giphar coach de mon sevrage tabagique
N’hésitez pas à faire appel à votre pharmacien Giphar pour stopper la cigarette. Et pas seulement po…
Un verre de vin à table, une bière après le sport, une coupe de champagne pour les grands événements…