L'alcoolisme, ce fléau...

Les dangers de l'alcool
3 avis

Contrairement aux idées reçues, l'alcool n'est pas un produit de consommation comme les autres. L'abus d'alcool, en France, tue directement ou indirectement de 30000 à 35000 personnes par an... Et toutes les classes sociales sont touchées. Nous sommes au 3ème rang européen en ce qui concerne la consommation moyenne d'alcool pur, par an et par habitant. C'est pourquoi les pharmaciens Giphar ont décidé de vous en faire savoir plus sur ce fléau qui tue et qui reste pourtant mal connu.

AU SOMMAIRE DE CET ARTICLE
A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Comité éditorial Giphar
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 21/11/2012

L'alcoolisme ce fléau qui tue

En France, l'alcool est, avec le tabac, la substance psychoactive la plus consommée. On estime à 44,4 millions les expérimentateurs de l'alcool dans notre pays (entre 12 et 75 ans) et les usagers réguliers à 13,1 millions.

En France, l'alcool est responsable - directement ou indirectement - de 30000 à 35000 décès par an. En effet, outre les maladies qu'il provoque directement (cirrhose, cancers des voies aérodigestives...), il est également impliqué dans de nombreuses pathologies et causes de décès (Accident Vasculaires Cérébraux, cancers, accidents de la route, accidents domestiques, violences...)

Bien que l'on constate une diminution régulière de la consommation moyenne d'alcool, on estime à 2 millions et demi les buveurs excessifs et à 1 million et demi les personnes alcool dépendantes (bien que la frontière entre les deux ne soit pas facile à déterminer).

 

Synonyme de convivialité, incontournable lors des repas de fête, l'alcool est une habitude alimentaire dans de nombreuses familles. Pourtant, au vu des chiffres, l'alcoolisme en France est un véritable problème de santé publique. S'il atteint plus faiblement les cadres supérieurs et les professions intermédiaires, l'alcoolisme est élevé chez les employés et les artisans et l'on note un accroîssement important du nombre de femmes atteintes par cette maladie.

Car oui, l'alcoolisme est une véritable maladie qui engendre de nombreuses autres pathologies : fatigue chronique, hypertension artérielle, problèmes sexuels, gastrite, polynévrites, cancers divers (bouche, foie, œsophage...), troubles psychiatriques, troubles de la mémoire, atteinte du nerf optique, pancréatite chronique, diabète, cirrhose.... Comme toutes les maladies, l'alcoolisme se soigne. Mais, comme pour les autres sevrages (tabac, drogue...) il demande à l'individu concerné courage et ténacité.

 

Alcool : quelques définitions

L'alcool est un « psychotrope » : substance qui a des effets sur le système nerveux central.

Alcoolisation : absorption d'une boisson contenant de l'éthanol.

Alcoolémie : présence d'alcool dans le sang

Alcoolisme : consommation journalière d'une quantité d'alcool supérieure à celle qu'un individu peut métaboliser sans danger. Soit environ ¾ de litre de vin à 10° pour une personne de 70 kg. Il y a « alcoolisme » quand il y a perte de la liberté de s'abstenir d'alcool ou quand il y a des complications médico-psycho-sociales.

Alcoolopathies : dommages secondaires provoqués par une alcoolisation aiguë ou par l'alcoolisation chronique.

Alcoolo-dépendance :

  • physique, l'alcoolo-dépendance se définit par l'apparition d'un syndrome de sevrage après l'arrêt de l'alcoolisation ;
  • psychologique : pulsion à absorber de l'alcool de façon régulière et répétitive.

 

Les idées fausses sur l'alcool

  • L'alcool désaltère.

Faux, il déshydrate. D'autant qu'il fait uriner davantage.

  • L'alcool réchauffe.

Faux. La température du corps s'abaisse d'un demi degré par fraction de 50 g d'alcool absorbé. La sensation de chaleur est due à la dilatation des vaisseaux sous la peau.

  • L'alcool donne des forces.

Faux. En fait, il provoque une sensation d'euphorie qui donne a celui qui a bu une sensation de force.

  • L'alcool est moins toxique quand on le dissout dans de l'eau.

Faux, la quantité d'alcool absorbé reste la même.

  • L'alcool donne de meilleurs réflexes.

Faux, c'est l'inverse. De plus il provoque des troubles de la vision et le mépris du danger.

  • L'alcool ne fait pas grossir.

Faux, l'alcool contient 7 calories par gramme. Il y a donc environ 100 calories dans un verre de vin. De plus, il favorise le stockage des mauvaises graisses.

  • L'exercice accélère l'élimination de l'alcool.

Faux, ni le froid, ni l'effort n'accélèrent l'élimination de l'alcool.

  • Les hommes supportent mieux l'alcool que les femmes.

Faux, cela dépend des individus (poids, maladies, habitude...).


Haut de page

A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Comité éditorial Giphar
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 21/11/2012

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
3 avis

Voir aussi

Les symptômes et les traitements de l'addiction au sport
Parce que l’excès nuit en tout, l’addiction au sport peut avoir de sévères répercussions sur la sant…
Mon pharmacien Giphar coach de mon sevrage tabagique
N’hésitez pas à faire appel à votre pharmacien Giphar pour stopper la cigarette. Et pas seulement po…
Un verre de vin à table, une bière après le sport, une coupe de champagne pour les grands événements…