Alcool : comment réduire sa consommation ?

3 avis

Un verre de vin à table, une bière après le sport, une coupe de champagne pour les grands événements… Dans notre société, les occasions de ”boire un petit verre” sont nombreuses. Pourtant, il est important de surveiller sa consommation pour ne pas tomber dans la dépendance et éviter les effets néfastes sur la santé.

AU SOMMAIRE DE CET ARTICLE
A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Kathleen Mentrop
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 25/11/2016

Qu’appelle-t-on une consommation d’alcool “normale” ?

Deux unités d’alcool par jour pour une femme et trois unités par jour pour un homme: telles sont les quantités maximales recommandées par l’OMS. Par “unité d’alcool”, on entend 10 cl de vin, 25 cl de bière ou 3 cl de whisky. Cela correspond donc à 14 unités par semaine pour les femmes et 21 pour les hommes. Il est toutefois recommandé de ne pas boire quotidiennement et de faire donc l’impasse sur l’alcool au moins un jour par semaine. De plus, les unités ne peuvent se reporter d’un jour à l’autre: même si vous ne consommez de l’alcool qu’occasionnellement, ne dépassez pas 4 unités par jour.  

 

Alcool et risques pour la santé

Si une consommation excessive d’alcool provoque une série d’effets néfastes à court terme (diminution des réflexes et de la vigilance, agressivité, perte de contrôle de soi, coma éthylique…), elle entraîne également des risques pour la santé sur le long terme, qui augmentent proportionnellement avec la quantité d’alcool consommée : problèmes au foie (cirrhose, hépatites…), cancers, maladies cardiovasculaires (hypertension, infarctus du myocarde, AVC…), prise de poids, maladies du système nerveux, troubles psychiques (troubles de la mémoire, anxiété, insomnies, dépression…)
Au-delà des risques sur la santé physique, une consommation trop régulière et/ou excessive entraîne un risque de tomber insidieusement dans la dépendance.

 

Quelques conseils pour limiter sa consommation d’alcool

Il existe une multitude de petites astuces pour surveiller ou diminuer votre consommation d’alcool. En voici quelques-unes :

  • Alternez les verres d’alcool et les boissons non alcoolisées (eau, sodas…).

  • Si vous avez soif, buvez de l’eau. L’alcool ne calme pas la soif mais, au contraire, déshydrate !

  • Choisissez des boissons de bonne qualité : la satisfaction sera plus grande pour une quantité d’alcool moindre.

  • Définissez une limite de consommation : un maximum de verres à ne pas dépasser ou une heure à laquelle vous arrêterez de boire de l’alcool.

  • Fixez-vous des moments où vous vous autorisez à boire et d’autres où vous vous l’interdisez

  • Evitez de consommer de l’alcool si vous êtes entouré de grands buveurs, afin de ne pas être influencé.

  • Evitez de boire systématiquement de l’alcool en cas de stress ou de situation émotionnelle difficile

  • Préférez les bouteilles aux récipients de style “cubi” où la quantité consommée est difficilement contrôlable.

  • Une ou deux fois par mois, faites le bilan de ce que vous avez acheté comme bouteilles d’alcool.


À lire aussi
Alcool : un verre suffit à perturber la conduite

Binge drinking chez les jeunes : quels risques ?

Source
Article réalisé en collaboration avec le Pr Philippe de Timary, psychiatre et auteur de l’ouvrage « L’alcoolisme, une fatalité ? » (Editions Mardaga).


Haut de page

A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Kathleen Mentrop
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 25/11/2016

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
3 avis

Voir aussi

Les symptômes et les traitements de l'addiction au sport
Parce que l’excès nuit en tout, l’addiction au sport peut avoir de sévères répercussions sur la sant…
Mon pharmacien Giphar coach de mon sevrage tabagique
N’hésitez pas à faire appel à votre pharmacien Giphar pour stopper la cigarette. Et pas seulement po…
Des conseils pour préparer son sevrage tabagique
Vous avez pris la décision d’arrêter de fumer. Pour mettre toutes les chances de votre côté, il est …