La nature au secours de vos nuits

Mieux dormir au naturel
0 avis

Stress, anxiété, réveil nocturne... Quand le cerveau continue de fonctionner à plein régime tandis qu’on voudrait dormir pourquoi ne pas s’en remettre aux plantes et aux huiles essentielles ? Certaines d’entre elles favorisent le sommeil et, avantage non négligeable, n’entraînent pas de somnolence dans la journée.

AU SOMMAIRE DE CET ARTICLE
A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Sophie Senart
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 14/08/2018

La valériane vient à bout des insomnies

La valériane est un remède traditionnel de la nervosité et des troubles du sommeil. Elle permet de restaurer progressivement un sommeil de qualité, sans créer d’accoutumance.

Pour une tisane, faites infuser 15 g de valériane dans de l’eau bouillante de 5 à 15 minutes. Vous pouvez consommer jusqu’à trois tasses par jour pendant quelques semaines, le temps que le sommeil soit bien restauré. La valériane est également disponible sous forme de gélules ou en association avec d’autres plantes. 

 

La passiflore détend le corps 

Véritable sédatif naturel, la passiflore calme les palpitations du cœur, détend les muscles et aide ainsi à s’endormir plus facilement, surtout lorsque l’on est tendu. En décoction, mettre 30 à 50 g de feuilles de passiflore dans 1 litre d’eau, laisser bouillir 1 minute puis infuser 10 minutes (une à deux tasses par jour). On la trouve aussi sous forme de gélules, en teinture mère et en extraits fluides. 

 

Le houblon combat la nervosité

Le houblon calme la nervosité et aide à lutter contre les difficultés d’endormissement. À prendre en infusion, 1 heure avant le coucher (émietter 3 cônes de houblon et laisser infuser 10 minutes dans une tasse d’eau bouillante), en gélules, en extraits fluides ou en teinture mère.

 

Le coquelicot pour déstresser

Plante calmante par excellence, le coquelicot aide à s’endormir plus facilement, surtout en cas de stress. 

En infusion, laisser infuser 10 g de pétales par litre d’eau 10 à 15 minutes et prendre une tasse le soir, 1 heure avant le coucher. On trouve aussi le coquelicot sous forme de teinture mère.

 

L’escholtzia en cas d’angoisse

L’escholtzia, aussi appelée pavot de Californie, calme les angoisses, favorise l’endormissement et combat les réveils nocturnes. Consommez-la en infusion, à partir de 17 h et au moment du coucher (1 cuillère à soupe par tasse d’escholtzia, à laisser infuser pendant 10 minutes), en gélules (2 gélules de 100 g, au dîner, puis deux autres au coucher), en extraits fluides ou en teinture mère. 

 

Des huiles essentielles qui apaisent 

Grâce à son action anxiolytique (calmant les angoisses), l’huile essentielle (HE) de myrte vert contribue à l’endormissement. Une demi-heure avant le coucher, massez-vous la face interne des poignets, le plexus solaire (au creux de l’estomac) et la voûte plantaire avec 1 goutte de cette HE mélangée à 4 gouttes d’huile végétale (d’amande, d’argan, etc.). L’HE de lavande vraie possède également des vertus apaisantes et calmantes. Versez-en quelques gouttes sur votre oreiller ou mélangez-en 3 ou 4 gouttes à votre bain moussant, le soir.

 

Un sommeil non stop grâce aux huiles essentielles

En cas de réveils intermittents, employez les HE de santal et de cumin, en diffusion dans votre chambre (15 minutes) ou en bain de pieds avant le coucher (4 gouttes de chaque dans une bassine d’eau tiède mélangées à un peu de savon liquide).

 

 

À lire aussi

3 somnifères naturels à la loupe

Mode d’emploi du bien dormir

 

Sources

Bertrand Graz et Jacques Falquet, Bien dormir au naturel, éditions Sang de la Terre, 2009

 

Haut de page

A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Sophie Senart
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 14/08/2018

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
0 avis

Voir aussi

Les plantes pour trouver le sommeil
Pour être en pleine forme, rien ne vaut une bonne nuit de sommeil, mais les motifs d’insomnies sont …
Les troubles du sommeil chez les seniors
Avec l’âge, notre horloge biologique tend à se désynchroniser, entraînant souvent des troubles du so…
Ronflement : quelles causes ?
Ce n'est pas parce que le ronflement est un mal fréquent qu'il ne fait pas de mal… Ennemi juré des n…