La pneumonie : une maladie dangereuse ?

Quels sont les dangers de la pneumonie ?
0 avis

Le mot « pneumonie » vous effraie ? Voyons ensemble en quoi, pour qui et à partir de quand cette maladie des poumons est dangereuse.

AU SOMMAIRE DE CET ARTICLE
A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Lauranne Garitte
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 05/01/2016

Une pneumonie, c’est grave ?

La pneumonie est une infection du poumon, provoquée par une bactérie, un virus ou un champignon. Forte fièvre, douleurs thoraciques, toux, souffle court, expectorations…, autant de symptômes d’une pneumonie. C’est grave, docteur ? Oui ! Malgré les avancées de la médecine, la pneumonie peut encore parfois mettre la vie en danger.  

 

À l’hôpital ou non

Les médecins distinguent deux types de pneumonies, avec des pronostics différents. Les pneumonies extra-hospitalières (PEH) sont contractées et soignées hors de l’hôpital.
Bien que dangereuses, elles sont moins graves que les pneumonies nosocomiales (PN), contractées lors d’un séjour à l’hôpital.

 

Pneumonie : comment évaluer le danger ?

Il existe, pour la pneumonie, un score qui permet au médecin d’évaluer la sévérité de la maladie : le CURB 65. Quatre lettres et un nombre qui correspondent à cinq critères :

  • la confusion (C) : le patient est-il désorienté ? Tient-il des propos incohérents ?

  • l’urée (U) : y-a-t-il une insuffisance de la fonction rénale ? (Le taux d’urée dans le sang est un marqueur de la fonction rénale.)

  • la fréquence respiratoire (R) : est-elle plus grande ou égale à 30 par minute ? Si c’est le cas, cela signifie que les poumons fonctionnent mal.

  • la pression artérielle (B) : est-elle plus petite que 90/60 millimètres de mercure ?

  • l’âge (65) : le patient a-t-il plus de 65 ans ?

Pour chaque critère, si la réponse est « oui », le médecin attribue un point. Lorsque le score est faible (de 0 à 1), le risque de mortalité est faible, et le patient peut être soigné chez lui. À l’inverse,  quand le score est élevé (4 ou 5), le risque est élevé et le patient doit être hospitalisé.

 

Certaines personnes plus vulnérables à la pneumonie

N’importe qui, même en bonne santé, peut contracter une pneumonie. Mais les personnes fragiles sont plus concernées. Ainsi, les jeunes enfants, les personnes âgées ainsi que les personnes aux défenses immunitaires affaiblies ou souffrant déjà de maladies respiratoires, risquent davantage de souffrir d’une pneumonie et auront plus de mal à s’en remettre.

 

La pneumonie, ça se soigne !

Toute pneumonie est d’abord traitée par des antibiotiques (à la maison comme à l’hôpital) afin de prévenir les complications. Car même si elle est virale, une pneumonie peut se surinfecter.
Ensuite, si le patient doit être hospitalisé, il est traité entre autres par oxygénation ou réhydratation. Enfin, si la maladie se complique davantage, le patient est pris en charge aux soins intensifs avec des traitements plus poussés.

À lire aussi
La pneumonie
La bronchopneumathie chronique obstructive


Source
Article réalisé en collaboration avec le Professeur Louis, pneumologue.


Haut de page

A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Lauranne Garitte
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 05/01/2016

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
0 avis

Voir aussi

Les symptômes et les traitements de la pneumonie
La pneumonie est une infection respiratoire aiguë affectant les poumons. Relativement peu fréquente,…