Rhinite allergique : l’autre rhume

Rhinite allergique : l’autre rhume
1 avis

Un nez bouché sans arrêt,  des éternuements en rafale, et une mauvaise humeur permanente… Et si c’était, non pas un rhume, mais une rhinite allergique ? 

AU SOMMAIRE DE CET ARTICLE
A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Marion Garteiser
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 03/03/2015

Qui dit rhinite dit inflammation du nez. Un phénomène auquel chacun peut être confronté ! Sous forme de nez bouché et d’écoulements peu sympathiques ? C’est le rhume.

Ou alors parfois plus saisonnier, avec des écoulements clairs et des éternuements en rafale ? Il faut alors penser à la rhinite allergique ! Dans ce cas, l'inflammation fait suite à un contact avec une substance appelée allergène. Les pollens sont souvent en cause, c’est le fameux rhume des foins, mais les acariens, les poils d’animaux ou les moisissures peuvent aussi déclencher des rhinites. Et ces derniers sont présents dans les maisons toute l’année ou presque… 

 

Comment reconnaître la rhinite allergique ?

On la confond souvent avec une rhinite « tout court », liée à un virus – un rhume. Mais l’allergie a pourtant des signes bien spécifiques : 

  • le nez coule abondamment, et l’écoulement est liquide et transparent ; 

  • les éternuements viennent en rafale ; il peut y en avoir une douzaine à la suite ;

  • le nez, les yeux et le palais piquent et grattent ;

  • il n’y a pas de fièvre, ni de mal de gorge ;

  • elle peut être associée à une conjonctivite allergique, des troubles du sommeil, une irritabilité… ;

  • elle ne s’arrête pas, comme un rhume, au bout d’une semaine !

 

Rhinite allergique : de vraies conséquences

Si la rhinite allergique n’est pas grave en soi, elle peut provoquer une vraie gêne dans la vie de tous les jours. Nombreux sont les allergiques qui ont peur de gêner leur entourage par leurs éternuements, qui ressentent un handicap sérieux au moment des examens, ou souffrent de troubles du sommeil à cause de l'obstruction permanente du nez. Et il faut s’imaginer que devoir se moucher toutes les 5 minutes n’est pas particulièrement agréable.

Par ailleurs, une rhinite allergique, surtout si elle n’est pas traitée, augmente le risque d’asthme ou d’aggravation d’un asthme existant. Heureusement, il est possible de soigner les « éternueurs » en série.  

 

Rhinite allergique : les solutions

L’idéal c’est d’éviter les allergènes, ce qui va supprimer les symptômes. Malheureusement, ce n’est pas toujours possible. Difficile en effet d’imaginer une vie sans pollen, par exemple ! Il faut donc parfois se tourner vers les médicaments…

Les traitements de base sont les antihistaminiques. Ils diminuent la réaction allergique et permettent de calmer les symptômes. Bonne nouvelle : les antihistaminiques de nouvelle génération ne provoquent plus du tout les phénomènes de somnolence des anciens traitements.

D’autres médicaments, appliqués directement dans le nez, vont limiter l’inflammation et/ou décongestionner les muqueuses nasales. Ces sprays sont cependant à utiliser avec précaution : uniquement sur le court terme (quelques jours) pour éviter le risque d’accoutumance et de rhinite chronique réactionnelle (une forme de rhinite provoquée par l’abus de sprays décongestionnants).   

 

Allergies, c’est fini : possible ?

Il est parfois possible de réaliser une désensibilisation pour habituer le corps à l'allergène, et ainsi atténuer les symptômes. C’est la seule solution pour se débarrasser définitivement d’une allergie.

Le processus a prouvé son efficacité, mais il n’est pas applicable à toutes les allergies. C’est un traitement contraignant, au long cours, et qui doit être mené sous contrôle d’un allergologue. Mais pour ceux qui souffrent de rhinite allergique, c’est un espoir de mieux durable ! 

 

Le conseil de votre pharmacien Giphar

  • Prévention

Pour garder les pollens et donc la rhinite allergique à distance quelques astuces simples peuvent aider.

  • Appliquer une pommade grasse à l'entrée du nez 

  • Fermer les fenêtres pendant la journée 

  • Éviter de faire sécher le linge à l'extérieur

  • Se laver souvent les cheveux

 

  • Dépistage de l'asthme

Si vous pensez être atteint de rhinite allergique, n’hésitez pas à vous tourner vers votre pharmacien. Il peut vous orienter mais aussi effectuer un dépistage de l'asthme afin de s'assurer que votre rhinite allergique n'est pas à l'origine d'un asthme débutant.

 

À lire aussi

Rhinite allergique : Printemps, tous aux abris ?
Les allergies respiratoires
Immunité : halte aux allergies

 

Source

Merci au Dr Nathalie FREYMOND, Praticien Hospitalier au Service de Pneumologie du Centre Hospitalier Lyon Sud.


Haut de page

A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Marion Garteiser
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 03/03/2015

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
1 avis

Voir aussi

Déterminer l'origine d'une allergie pour mieux la traiter
Les yeux qui pleurent, le nez qui chatouille, des démangeaisons insupportables..., les allergies fra…
Les symptômes et les traitements des allergies respiratoires
Les allergies respiratoires sont en constante augmentation dans les pays industrialisés. En France, …
Peut-on se préserver des allergies ?
Une personne sur trois souffrira d’allergie au cours de sa vie. Un chiffre qui ne cesse d’augmenter,…