Halte aux poux !

Les traitements anti-poux
0 avis

Les poux sont les vedettes de chaque rentrée scolaire. En septembre, les enfants ne sont pas les seuls à reprendre le chemin de l'école, les poux les y attendent de " crochet " ferme.

AU SOMMAIRE DE CET ARTICLE
A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Comité éditorial Giphar
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 14/09/2015

L'hygiène n'est pas toujours en cause et, même si les parents ont des difficultés à en parler, les pédiculoses ne sont plus considérées comme des maladies honteuses, mais elles n'en restent pas moins préoccupantes.

 

Pédiculose : ça gratte et ça démange

Vous ne pouvez pas vous tromper : si votre enfant se gratte la tête, en particulier au niveau de la nuque et derrière les oreilles, et s'il se plaint de démangeaisons, il a certainement attrapé des poux. Pas plus gros qu'une graine de sésame, les poux se déplacent très vite. Il est difficile de les localiser car leur nombre ne dépasse pas 10 à 20 par tête.

Ce que vous verrez, après un examen raie par raie de la chevelure, à l'aide d'un peigne fin, ce sont les lentes, c'est-à-dire les « petits » du pou. De couleur blanchâtre et brillante, elles adhèrent solidement au cheveu par une colle. Elles peuvent être nombreuses car une femelle pou peut pondre dix lentes par jour pendant 20 à 30 jours. Pour en venir à bout, il ne vous reste plus qu'à utiliser les grands moyens anti-poux et à vous armer de patience.

 

Le pou a ses têtes

Contrairement aux idées reçues, les poux affectionnent autant les cheveux propres que les cheveux sales. En fait, les poux vivent et font leurs repas sur la tête des humains où la température ne varie presque pas. Même s'il peut passer d'une tête à une autre, le pou se sépare rarement de son hôte, il est très fidèle...

Un fait est certain, les poux aiment les jeunes enfants de 5 à 11 ans. Les filles sont plus concernées, en raison sans doute, de la longueur de leurs cheveux et de la plus grande proximité dans les jeux. Les femmes, en particulier les mamans, sont également très exposées du fait d'une grande intimité avec les enfants.

 

Promiscuité et collectivité

L'invasion par les poux d'une collectivité (garderies, écoles, crèches, colonies de vacances) constitue une calamité, car ces lieux favorisent la dissémination à une grande échelle. Les poux s'attrapent par contamination directe de chevelure à chevelure, et par contact indirect avec les bonnets, écharpes, cagoules, casquettes. Le pou ne saute ni ne vole, il rampe et il peut survivre 24 à 72 heures en dehors de la chevelure. Des vêtements accrochés à un même porte-manteau, des objets échangés (brosses, peignes...), des jeux collectifs, permettent au pou d'explorer de nouvelles têtes. Les autres occasions favorables à une contamination sont les piscines (le pou sait nager), les casques d'écoute musicale et les transports en commun par l'intermédiaire des appuie-têtes.

Une fois la présence de poux détectée, vous devez réagir vite et vous montrer intraitable. Les premières mesures de prévention consistent à traiter, le jour même, tous les membres de la famille, l'entourage proche, et de prévenir les enseignants et les collectivités. Les poux tombés de la tête de vos bambins sont soit morts ou alors trop vieux pour continuer de s'accrocher.

Par précaution, un simple lavage en machine des vêtements et oreillers en contact avec les poux est à faire. Une fois les poux et les lentes éliminés, ne relâchez pas votre attention, l'enfant peut se réinfester très facilement, alors procédez à une inspection minutieuse de sa tête une fois par semaine.

 

Un arsenal anti-poux

Vous trouverez en pharmacie un grand choix de marques et de produits se présentant sous différentes formes : shampooings, lotions, sprays. Les produits étouffant les poux représentent la tendance actuelle. Les huiles naturelles (type huile de coco) ou encore des produits à base de diméthicone (sorte de silicone) sont très utilisés. Ils sont très efficaces car ils tuent les poux par asphyxie et surtout n'engendrent pas de résistance de la part des poux (inconvénients des autres produits anti-poux).

 

Les pédiculicides

Ces insecticides à base de malathion ou de perméthrine sont utilisés depuis plusieurs générations. Ils nécessitent le respect des conditions d'application car ils peuvent engendrer des résistances de la part des poux s'ils sont mal utilisés.

  • Les shampooings anti-poux s'utilisent en respectant le temps de pose et un rinçage abondant. L'utilisation d'un peigne fin après le rinçage est un plus dans l'efficacité du traitement. L'application est renouvelée sept jours après, pour détruire les poux qui ont résisté au premier traitement et surtout les lentes qui ont éclos.

  • Les lotions s'appliquent sur cheveux secs.

  • Les aérosols s'utilisent dans une pièce ventilée, et ils sont contre-indiqués chez l'enfant asthmatique (risque de bronchospasme).

  • Les répulsifs sont pulvérisés chaque matin avant le départ à l'école, en cas de forte épidémie.

  • Les décolleurs de lentes favorisent l'élimination des lentes mortes. Attention, certains produits étant contre-indiqués chez le jeune enfant de moins de 30 mois et la femme enceinte, demandez conseil à votre pharmacien.

 

À lire aussi

Les poux, quel cauchemar !
À bout des poux !

Comment se prémunir des poux ?

Poux : démêlons le vrai du faux !


Haut de page

A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Comité éditorial Giphar
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 14/09/2015

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
0 avis

Voir aussi

Eliminer les poux
C’est la rentrée ! Un retour à l’école qui s’accompagne aussi de celui de l’ennemi juré de tous les …
Vrai faux sur les poux
À propos des poux, les idées reçues grouillent. Sautent-ils ? Témoignent-ils d’une mauvaise hygiène …
Comment se débarasser des poux ?
Bien qu’ils soient sans danger pour nos charmantes têtes blondes, les démangeaisons que les poux occ…