La Coqueluche chez le nourrisson

La coqueluche est dangeureuse pour les bébés
0 avis

Particulièrement dangereuse pour les nourrissons de moins de 3 mois, elle représente la première cause de décès par infection bactérienne chez les enfants de moins de 2 mois. Il est donc important de faire un point sur les moyens de prévenir la maladie, et surtout de rappeler de vérifier sa couverture vaccinal dès qu’on est susceptible d’être en contacte avec des nouveaux-nés.

AU SOMMAIRE DE CET ARTICLE
A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Comité éditorial Giphar
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 26/01/2015

La coqueluche, maladie respiratoire très contagieuse caractérisée par des quintes de toux importantes par une sorte de « chant du coq ».
Elle a pratiquement disparu en France mais depuis quelques années des épidémies avec mort de nourrissons réapparaissent. C'est justement pour le nourrisson que la maladie est la plus dangereuse (2% de mortalité).

 

Qui est responsable de la coqueluche ?

La maladie est due à une bactérie du genre « Bordetella Pertussis ».
Cette bactérie a une forte affinité pour l'epithelium de la trachée et des bronches où elle diffuse une toxine spécifique qui neutralise les cils des voies respiratoires.

  • Comment attrape-t-on la coqueluche ?

La coqueluche se contracte par les gouttelettes de salive émises au cours de la toux par des personnes contaminées. Elle est très contagieuse en début de la maladie « la phase catarrhale », elle l'est moins par la suite.
La coqueluche a pratiquement disparu, grâce à la vaccination, mais ressurgit depuis l'année 2000 par épidémie (600 cas par an recensés).

 

Les symptômes de la coqueluche

  • La forme classique de la coqueluche

Après contamination, il y a une période d'incubation de 7 à 10 jours dans la plupart des cas.

  • Le début de la maladie peut passer inaperçue car elle peut être confondue avec un simple rhume, sans fièvre, écoulement nasal et toux. C'est la phase « Catarrhale ».

  • Après 7 à 14 jours, des quintes de toux (5 à 20) de plus en plus rapprochées apparaissent et de plus en plus importantes, avec des accès violents et répétitifs qui ne laissent pas la place à la reprise de la respiration.


Ces accès de toux se terminent :

  • par des asphyxies.

  • la production d'épaisses secrétions qui peuvent amener des vomissements.

  • une congestion du visage voire une cyanose.

  • et une reprise de la respiration sonore faisant penser à un chant de coq.


Cette période dite « paroxystique » dure 2 à 4 semaines avec en moyenne 20 quintes par jour, est symptomatique de la coqueluche. On imagine aisément qu'un enfant pendant cette période soit exténué.

 

Gravité de la coqueluche pour les nourrissons

Les cas les plus graves concernent les nourrissons de moins de 6 mois où les signes de la maladie sont moins marqués avec des quintes de toux peu nombreuses mais en revanche, des apnées et des cyanoses nécessitant une surveillance de tous les instants.

L'hospitalisation s'avère nécessaire dans 20% des cas.

  • Complications chez le nourrisson

  • Vomissements répétés entraînant une dénutrition.

  • Surinfections : otite, bronchite, broncho-pneumonie, pleurésie.

  • Apnée, Cyanoses entraînent des syncopes.

  • Convulsions

 

Diagnostic de la coqueluche

Souvent le diagnostic est symptomatologique.
Des examens complémentaires peuvent se révéler utiles :

  • Microbiologie sur prélèvement du pharynx (fiable à 50 % maxi)

  • PCR (Poly Chain Réaction sur les gènes de la bactérie)

  • Numération (Formule sanguine) hyperleucocytose (taux supérieur des globules blancs), nombre de plaquettes trés élevé (> 500.000/mm3)

  • Radio du poumon

 

Traitement médicamenteux de la coqueluche

  • Antibiotiques : Le germe est sensible à de nombreux antibiotiques (Macrolides, Tétracyclines). L'antibiothérapie est mise en place dès que possible.

  • Corticoïdes : Ils diminuent l'intensité des quintes de toux.

 

Prévention de la coqueluche

A la vue de la contagiosité de la maladie dès l'apparition d'un cas de coqueluche, il est important d'isoler les malades et de traiter de façon prophylactique son entourage surtout les nourrissons.
50% des coqueluches surviennent avant l'âge d'un an, car contrairement à d'autres maladies, il n'y a pas de protection materno-fœtale.
Une coqueluche chez un nouveau né ou un nourrisson justifie une hospitalisation.

  • Vaccination contre la coqueluche

Voir calendrier vaccinal

  • La vaccination contre la coqueluche est obligatoire avec l'injection des pentavalents dès l'âge de 2 mois (PENTACOQ®....)

  • Il est préférable que le personnel de santé en contact avec les enfants ainsi que le personnel de crèches soient vaccinés contre cette maladie.

  • La protection acquise par le vaccin ne dure que quelques années (6 ans environ).


A retenir :

  • Pas ou peu de fièvre

  • Quinte de toux avec "Chant du coq"

  • 50% des coqueluches chez les nourrissons de moins d'un an

  • Pas de protection materno foetale

  • Grave chez le nouveau-né de moins de 4 mois

  • La protection acquise par le vaccin ne dure que quelques années (6 ans environ).

 

Les conseils de votre pharmacien Giphar

  • En cas de vomissements occasionnés par les toux, veillez à un bon état d'hydratation et de nutrition par apport fréquent d'eau et d'aliments.

  • Faites vacciner toute la famille si vous souhaitez avoir un bébé.

  • Respectez bien votre traitement antibiotique pour diminuer les symptômes.

  • Evitez à tout prix les contacts de votre bébé avec des personnes contaminées.

 

À lire aussi

Bébé enrhumé : comment réagir ?

Otite de l’enfant : comment la prévenir ?

La fièvre chez les nourrissons et les jeunes enfants


Haut de page

A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Comité éditorial Giphar
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 26/01/2015

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
0 avis

Voir aussi

Les principales maladies infantiles
Voici une liste des maladies infectieuses que peuvent attraper nos chères têtes blondes. Vous y trou…
Quels sont les symptômes de la coqueluche ?
En France, la coqueluche se place en troisième position des causes de mortalité infantile liée à une…