L’entorse

Les symptômes et les traitements de l'entorse
0 avis

Chaque jour, en France, près de 6.000 personnes se font une entorse. Il est essentiel de la reconnaître et d’évaluer sa gravité. Car, mal soignée, elle peut laisser des séquelles.

AU SOMMAIRE DE CET ARTICLE
A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Candice Leblanc
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 21/01/2016

Qu’est-ce qu’une entorse ?

Les ligaments sont des bandes de tissus fibreux qui unissent les os entre eux. Très résistants et peu extensibles, ils assurent une stabilité aux articulations.
L’entorse survient généralement lorsque l’on fait un mouvement exagéré par rapport à l’amplitude normale de l’articulation. Ce qui a pour effet d’abîmer un ou plusieurs ligaments.
Les entorses à la cheville sont les plus fréquentes, mais d’autres articulations peuvent être touchées : les genoux, les coudes, les poignets et même les doigts (pouce).   

 

Symptômes et degré de gravité d’une entorse

Il existe 3 degrés de gravité :

  • L’entorse légère, dite aussi foulure, est un étirement des ligaments. Symptômes :

    • douleur (on peut encore bouger l’articulation et mettre son poids dessus)

    • gonflement qui apparaît généralement le lendemain.

  • L’entorse modérée est une déchirure partielle des ligaments. Symptômes :

    • douleur avec difficulté à bouger l’articulation

    • gonflement qui apparaît dans les heures qui suivent

    • apparition éventuelle d’un bleu (hématome).

  • L’entorse grave ou sévère est une déchirure complète du ou des ligaments d’une articulation, avec parfois l’arrachement d’un morceau d’os. Symptômes :

    • douleur très intense avec impossibilité de bouger l’articulation et de mettre son poids dessus

    • gonflement en quelques minutes

    • apparition systématique d’un bleu (hématome)

    • parfois, la personne a entendu et/ou senti la déchirure au moment où elle s’est produite.

 

Personnes à risque et facteurs de risque

N’importe qui peut se faire une entorse, mais certaines personnes sont plus à risque que d’autres :

  • les sportifs (amateurs ou professionnels)

  • les personnes qui ont souffert d’une entorse

  • les personnes âgées et/ou en surpoids parce qu’elles ont une mauvaise condition physique et des réflexes moins vifs.


Certains facteurs environnementaux favorisent la survenue d’une entorse :

  • un terrain accidenté ou en mauvais état (avec des trous par exemple)

  • un équipement inapproprié. Courir avec des chaussures de ville ou avec des chaussures de sport usées… un grand classique de l’entorse de cheville !  

 

Entorse : les premiers soins

Durant les 3 premiers jours (minimum), la prise en charge tient en 4 lettres: GREC !

  • G comme glace : appliquez de la glace le plus tôt possible, au moins 10 à 12 minutes, toutes les 2 heures.

  • R comme repos : reposez-vous, mais ne restez pas immobile plus de 48 à 72 heures et reprenez la marche progressivement. N’hésitez pas à utiliser des béquilles.  

  • E comme élévation : le membre blessé doit être relevé 10 cm plus haut que le cœur (à l’aide d’un coussin, par exemple), si possible 2 à 3 heures par jour.   

  • C comme compression : enveloppez l’articulation avec un bandage élastique.

Toute application de chaleur et tout massage sont formellement déconseillés… sous peine d’augmenter la douleur et surtout d’aggraver la lésion !

 

Soins et évolution d’une entorse

  • Entorse légère : GREC Reprise normale des activités après environ 1 semaine.

  • Entorse modérée ou récidivante :

    • GREC

    • port d’une attelle ou de chevillière  

    • séances de kinésithérapie

Reprise normale des activités après environ 3-4 semaines.

  • Entorse sévère :

    • GREC

    • immobilisation avec plâtre en cas de fracture  

    • séances de kinésithérapie  

    • port d’une attelle ou d’une chevillière

Reprise normale des activités après environ 3-4 semaines. La reprise des activités dépend de la gravité de l’entorse et des éventuels dégâts connexes (atrophie musculaire après une immobilisation, cartilages lésés, fracture, etc.), mais il faut compter au moins 6 à 8 semaines.


La kinésithérapie et/ou des exercices à domicile aident les ligaments à retrouver leurs capacités, diminuent la raideur de l’articulation et renforcent la musculature alentour.

La chirurgie consiste à recoudre les ligaments déchirés. Elle est envisagée en cas :

  • d’entorse grave (notamment quand les ligaments croisés du genou sont lésés)

  • d’instabilité persistante de l’articulation

  • chez les sportifs professionnels qui doivent reprendre l’entraînement rapidement.


En cas d’entorse grave, les séquelles (douleurs et/ou instabilité de la cheville) ne sont pas rares. De plus, le risque de récidive est plus élevé.
À long terme, les entorses du genou à répétition peuvent causer de l’arthrose.

À lire aussi
Douleurs musculaires et entorses : que faire ?
Entorses et blessures : comment limiter douleurs et gonflements ?


Source
Interview du Dr Sophie Lambrecht, médecin du sport.


Haut de page

A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Candice Leblanc
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 21/01/2016

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
0 avis

Voir aussi

Les effets bénéfiques du froid sur le corps humain
Bien utilisé, le froid extrême a des effets bénéfiques sur le corps humain. Ces dernières années, de…
Comment traiter les traumatismes du cou ?
Le cou peut être atteint par différents traumatismes : entorse, torticolis, arthrose... Zoom sur ces…
Les symptômes et les traitements d'une entorse à la cheville
Nos chevilles sont très sollicitées : une chute ou un excès de zèle en sport et c'est l'entorse ! Qu…