Le tétanos

Les symptômes et les traitements du tétanos
0 avis

Avec un vaccin qui offre une excellente protection contre le tétanos, cette maladie aurait dû disparaître de nos contrées depuis un moment. Pourtant chaque année, de nouveaux cas sont dépistés. En cause : un défaut de vaccination !

AU SOMMAIRE DE CET ARTICLE
A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Elise Dubuisson
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 14/10/2013

Le tétanos : une maladie bactérienne

C'est la bactérie Clostridium tétani qui est responsable du tétanos. Celle-ci vit dans la terre et dans le tube digestif de certains animaux. Sa particularité : lorsqu'elle est dans le sol, elle entre en dormance et ne se réveille que quand elle se retrouve dans un organisme humain ou animal. Une hibernation qui peut durer des années ! La contamination de l'homme s'opère lorsque qu'une personne qui présente une plaie ouverte entre en contact avec la bactérie ; lorsqu'une personne se blesse en jardinant ou lors d'un accident de la route, par exemple.

 

Tétanos : les symptômes

Une fois chez l'homme, la bactérie responsable du tétanos sécrète une toxine qui induit des contractures musculaires de plus en plus fortes. Ces contractures sont particulièrement douloureuses et il est impossible de lutter contre elles. Elles apparaissent entre 3 et 30 jours après l'infection et touchent généralement d'abord les muscles de la mâchoire.
Si la personne n'est pas prise en charge suffisamment tôt, les contractions peuvent empêcher le patient de plier les bras et/ou les jambes et même de respirer. En effet, tous les muscles sont concernés, y compris ceux de la cage thoracique !

 

Le traitement du tétanos

Face au tétanos, il faut agir vite. Et ce pour éviter que le patient ne garde de séquelles ou ne s'asphyxie. Le traitement de première ligne se compose d'une injection de sérum antitétanique et de médicaments qui permettent de relâcher les muscles contractés (antispasmodiques ou anxiolytiques, par exemple.). Généralement, le patient doit également suivre des séances de rééducation pour récupérer un maximum de mobilité.

 

Tétanos : les personnes à risque

Les personnes les plus à risques sont les retraités. D'une part parce qu'ils ne sont pas toujours à jour dans les injections de rappel. D'autre part, ils affectionnent souvent le jardinage…

 

La prévention du tétanos

Il est possible de se protéger du tétanos très simplement grâce au vaccin dont l'efficacité est remarquable. Le vaccin contre le tétanos  est en effet l'un des meilleurs vaccins existant à ce jour. Par ailleurs, cette vaccination est très bien supportée et ne présente aucune contre-indication spécifique. Et pour cause : le vaccin est fabriqué à l'aide de toxine inactivée, il est donc sans risque. Les femmes enceintes peuvent d'ailleurs se faire vacciner.

 

Tétanos : schéma vaccinal

Pour être complètement vacciné, plusieurs injections s'imposent :

  • primovaccination : deux injections à l’âge de 2 et 4 mois, suivies d’un rappel à 11 mois (vaccin DTP)

  • rappel à 6 ans

  • rappel entre 11 et 13 ans

  • rappel à 25 ans puis un rappel tous les 20 ans (45 ans, 65 ans)

  • après 65 ans, un rappel tous les dix ans (75 ans, 85 ans,...)

 

Le conseil de votre pharmacien Giphar

  • Zoom sur les plaies

En cas de blessure, en particulier en présence de terre :

  • Il faut toujours bien désinfecter la plaie.

  • Si vous n'êtes pas à jour dans vos vaccinations, consultez votre médecin qui vous fera une injection de sérum antitétanique.

 

  • Comment désinfecter une plaie ?

  1. Nettoyez la plaie à l'aide d'une compresse stérile imbibée d'eau du robinet

  2. Séchez-la à l'aide d'une compresse stérile sèche

  3. Désinfectez-la à l'aide d'une lotion antiseptique

  4. Laissez-la sécher à l'air libre

  5. Si elle saigne et/ou est située sur une zone de frottement, pansez-la. Plutôt qu’un pansement sec, utilisez de préférence un pansement hydrocolloide. Demandez conseil à votre pharmacien.


À lire aussi
Jardiner sans risque
Vaccin contre le tétanos : êtes-vous en ordre ?

Le calendrier vaccinal 2013 remanié !


Source
Interview du Dr François Bricaire, chef de service des maladies infectieuses et tropicales à l'hôpital La Pitié Salpêtrière.


Haut de page

A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Elise Dubuisson
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 14/10/2013

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
0 avis

Voir aussi

Les précautions à prendre quand vous travaillez au jardin
Tondre son gazon, mettre en terre un oignon de tulipe, traiter ses rosiers... Ces paisibles occupati…
Le vaccin antitétanique
Le tétanos (vaccin DTP) est l'un des seuls vaccins encore obligatoires en France. Qu'est-ce que cett…