La hernie discale

Les symptômes et les traitements de la hernie discale
0 avis

La hernie discale est une affection de la colonne vertébrale. Elle provoque des douleurs souvent aiguës mais se résorbe dans la majorité des cas sans intervention chirurgicale. 2 % de la population en souffrira au cours de sa vie.

AU SOMMAIRE DE CET ARTICLE
A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Julie Luong
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 02/12/2013

La hernie discale : mal aux nerfs !

Notre colonne vertébrale est constituée de 24 vertèbres, dont 7 cervicales, 12 dorsales et 5 lombaires. Entre chaque vertèbre se trouve un disque intervertébral, sorte de « coussin amortisseur » qui assure notre mobilité.
Ce disque est composé de deux éléments : un noyau central (nucleus) entouré d'un anneau fibreux (annulus) qui attache les deux vertèbres l'une à l'autre.

La hernie discale est une affection de ces disques intervertébraux qui peuvent se déplacer mais aussi se fissurer : la substance du noyau va alors faire saillie en dehors de la colonne vertébrale. Ce débordement du disque intervertébral est ce qu’on appelle la hernie discale. Il peut provoquer la compression d'une racine nerveuse, puisque la moelle épinière se trouve à l’intérieur de la colonne vertébrale. Cette compression provoque une inflammation des nerfs et cause parfois des douleurs très aiguës.

 

Hernie discale : les symptômes

Dans la majorité des cas, la hernie discale s’installe entre les deux dernières vertèbres lombaires ou entre la dernière lombaire et la première vertèbre sacrée, là où sortent les racines du nerf sciatique. En général, elle se manifeste d’abord par un important « mal de dos ». Ensuite, sous l’effet de l’inflammation du nerf, apparaît une douleur caractéristique qui s’étend de la fesse aux orteils. Cette douleur s'accompagne parfois de fourmillements et rend les déplacements et mouvements très douloureux. C’est ce qu’on appelle la sciatique, inflammation du nerf sciatique liée dans près de 95 % à la présence d’une hernie.
Dans des cas plus rares, la hernie peut apparaître un peu plus haut au niveau des vertèbres lombaires : elle provoque alors une douleur de la face avant de la cuisse innervée par le nerf crural. C’est la cruralgie. Les vertèbres dorsales ne sont presque jamais touchées. En revanche, la hernie discale peut également apparaître au niveau des vertèbres cervicales basses (cervicalgie).

 

Les causes de la hernie discale

La hernie discale touche majoritairement les adultes entre 35 et 55 ans, les hommes étant davantage touchés que les femmes. Il existe sans doute une prédisposition familiale mais les conditions de vie favorisent aussi l’apparition d’une hernie :

  • le surpoids ou la sédentarité (facteurs de risques importants),

  • un antécédent d’hernie,

  • une malformation de la colonne vertébrale,

  • la pratique d’un sport de haut niveau.

Le port répété de charges lourdes, un effort inhabituel ou une période de stress peuvent être des facteurs déclenchants.

 

Hernie discale : le diagnostic

Les symptômes de la hernie discale, en particulier au niveau du nerf sciatique, sont très caractéristiques et suffisent souvent à poser un diagnostic clinique. Néanmoins, un scanner est souvent réalisé afin de confirmer le diagnostic et de localiser la hernie. Un neurochirurgien doit en général être consulté.

 

Le traitement de la hernie discale

 

  • Les médicaments

Dans un premier temps, les douleurs doivent être soulagées par la prise d’anti-inflammatoires et d’antalgiques par voie orale. Des myorelaxants sont parfois prescrits pour lutter contre les contractures musculaires qui se superposent souvent aux douleurs. Le repos au lit est également préconisé mais ne doit pas se prolonger trop longtemps, pour ne pas risquer d’atrophier les muscles du dos. Le port d’un corset est parfois conseillé.

 

  • Les infiltrations

En l'absence d'amélioration, des infiltrations peuvent être réalisées. Elles consistent à injecter des corticoïdes par voie épidurale (entre le canal rachidien et la dure-mère, membrane extérieure de la moelle épinière), entre deux vertèbres. Ce traitement est généralement réalisé de jour, à l’hôpital, par un médecin anesthésiste. Le plus souvent, ce traitement soulage le patient et lui permet de supporter la hernie jusqu’à la guérison. En effet, dans 75 % des cas, la hernie discale guérit spontanément en trois mois.
 

  • La chirurgie

La chirurgie peut être envisagée quand la douleur résiste aux infiltrations. Mais elle reste rare puisqu’elle ne concerne que 5 % des patients.

 

Quand faut-il s’inquiéter ?

La hernie discale est douloureuse mais n’est pas une urgence médicale. En revanche, si vous ne « sentez » plus votre jambe ou votre pied (sensation d’endormissement prolongée), la hernie est dite « paralysante »: il s’agit dès lors d’une urgence médicale qui nécessite une intervention rapide. N’attendez pas.

À lire aussi
La lombalgie ou mal de dos
J’ai mal au dos, c’est dans la tête ?


Source
Interview du Dr Vincent Bex, neurochirurgien.


Haut de page

A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Julie Luong
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 02/12/2013

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
0 avis

Voir aussi

Comment soulager une sciatique ?
La sciatique, ça fait très mal ! Heureusement, ces douleurs se résorbent souvent d’elles-mêmes au bo…
L'opération d'une hernie discale
L’opération d’une hernie discale donne en général de bons résultats. Encore faut-il que l’indication…
Lorsque le nerf sciatique coince, c’est votre jambe qui trinque ! Le signe typique ? Une douleur qui…