L’épilepsie

Les symptômes et les traitements de l'épilepsie
1 avis

L’épilepsie touche entre 450.000 et 500.000 personnes en France. Cette maladie neurologique est à l’origine de crises qui peuvent avoir un impact important sur la vie sociale et professionnelle.

AU SOMMAIRE DE CET ARTICLE
A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Thomas Coucq
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 21/01/2016

Épilepsie : quand les neurones s’emballent

L’épilepsie est une maladie neurologique. Elle se manifeste par des crises – parfois très impressionnantes – dues à un dysfonctionnement de l’activité électrique du cerveau. Les neurones s’emballent et se désynchronisent, ce qui provoque une suractivité de certaines zones ou de l’entièreté du cortex cérébral.
L’épilepsie n’est pas une maladie homogène.
La fréquence des crises varie d’une personne à l’autre : plusieurs par jour pour certains, une par an pour d’autres.
On distingue également différents types de crises : généralisées d’emblée ou partielles. Les personnes sont généralement touchées par l’un des deux types de crises uniquement.

 

Crises généralisées…

Chez 20 % des épileptiques, le phénomène électrique anormal touche l’entièreté du cerveau et occasionne des crises dites généralisées d’emblée.
La plus fréquente est la convulsion. La personne perd connaissance, ses yeux se révulsent, ses muscles se raidissent (phase tonique)… Puis, après quelques secondes, elle est prise de convulsions qui durent en moyenne une minute (phase clonique).
Bien que la crise en tant que telle soit relativement courte, le temps de récupération nécessaire est souvent important. La personne ne reprend parfois connaissance qu’après plusieurs minutes et peut rester confuse. Une fatigue importante peut également subsister durant plusieurs heures.
Mais d’autres types de crises généralisées existent, comme les absences. La personne « perd le contact », interrompt subitement ce qu’elle faisait et se fige 1 à 10 secondes. Elle reprend ensuite son activité sans même se rendre compte de ce qui vient de se passer. Ces absences n’induisent ni fatigue ni séquelle.

 

... ou partielles

Dans 60 à 70 % des cas, les crises sont dites partielles. L’activité électrique anormale ne touche alors qu’une zone limitée du cerveau. La crise se matérialise donc différemment en fonction de la zone touchée et de l’activité qu’elle contrôle : motricité, vision, audition… Les crises partielles peuvent se matérialiser par :

  • des contractions incontrôlées d’un membre ;

  • des troubles du langage ;

  • des sensations anormales dans un membre ;

  • des symptômes psychiques, de l’angoisse ou une sensation d’irréalité par exemple ;

  • etc.


Ces crises partielles peuvent s’accompagner ou pas de « ruptures de contacts ». La personne est bien éveillée mais n’a aucunement conscience de ce qui se passe. Suite à une crise partielle, l’activité électrique anormale peut s’étendre à l’ensemble du cerveau, provoquant alors une crise secondairement généralisée.

 

Crises épileptiques : quels facteurs de risque ?

Certains facteurs peuvent favoriser la survenue d’une crise :

  • l’arrêt brutal du traitement antiépileptique ;

  • le manque de sommeil ;

  • la consommation d’alcool ;

  • le stress et les contrariétés.

 

Dans de rares cas, la personne épileptique peut également être sensible aux stimulations lumineuses intermittentes, les stroboscopes dans les boîtes de nuit par exemple.

 

Diagnostic : quelle épilepsie ?

Le diagnostic est essentiellement basé sur l’interrogatoire du patient et éventuellement de son entourage.

Le but ? Établir un faisceau d’arguments qui permettent de déterminer s’il s’agit bien d’épilepsie et le type de crises. Des informations indispensables afin d’adapter au mieux le traitement.
L’électroencéphalogramme – un examen indolore qui permet de mesurer l’activité électrique du cerveau – et la Résonance magnétique (IRM) peuvent également être utiles au diagnostic.

 

Epilepsie : des traitements sur mesure

Les médecins disposent d’une quinzaine de molécules antiépileptiques : certaines plus efficaces contre les crises généralisées, d’autres contre les crises partielles.

Ces traitements peuvent avoir divers effets secondaires :

  • difficultés à se concentrer,

  • somnolence,

  • fatigabilité,

  • vertige

ou plus rarement :

  • perte ou prise de poids,

  • troubles de l’humeur,

  • céphalées ,

  • etc.

 

Les traitements contre l’épilepsie ne visent pas à guérir mais bien à diminuer la fréquence des crises, tout en évitant au maximum les effets secondaires. Ils permettent la disparition totale des crises chez 30 à 50 % des patients.
Dans certains cas très précis et lorsque les résultats des traitements médicamenteux sont insuffisants, une intervention chirurgicale destinée à retirer la partie du cerveau à l’origine des crises peut également être envisagée.

À lire aussi
Que doit-on faire face à une personne en crise d’épilepsie ?
Conseils hygiéno-diététiques en cas d’épilepsie


Source
Interview du Pr Franck Semah, neurologue, médecin nucléaire et chef du service d’imagerie moléculaire au CHU de Lille, et président du conseil scientifique de la Fondation Française pour la Recherche sur l’Épilepsie FFRE (www.fondation-epilepsie.fr).


Haut de page

A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Thomas Coucq
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 21/01/2016

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
1 avis

Voir aussi

Souvent, un diagnostic d'épilepsie entraîne l'abandon du sport pratiqué par le patient. Pourtant, la…
Les gestes en cas de crise d'épilepsie
Une crise d'épilepsie généralisée, bien qu'impressionnante, ne doit pas affoler l'entourage ou les t…
Limiter les crises d'épilepsie avec une bonne hygiène de vie
Comment traiter et stabiliser l'épilepsie ? L'objectif du traitement est la stabilisation de l'épile…