La rupture d'anévrisme

Prévenir la rupture d'anévrisme
2 avis

La rupture d'anévrisme est une urgence médicale. Elle représente environ 10% des Accidents Vasculaires Cérébraux (AVC)

AU SOMMAIRE DE CET ARTICLE
A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Comité éditorial Giphar
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 05/02/2014

Rupture d'anévrisme: quelques chiffres...

La rupture d'anévrisme est :

  • mortelle dans 50% des cas ;

  • responsable de séquelles : paralysies, troubles de la mémoire... dans 25% des cas ;

  • sans séquelles dans 25% des cas.

 

Qu'est-ce que l'anévrisme ?

L'anévrisme correspond à la formation d'une poche de sang au sein d'une artère qui résulte d'une faiblesse de la paroi d'un vaisseau sanguin qui va alors se dilater.
Si cette poche se rompt, il y a une hémorragie, on parle alors de rupture d'anévrisme. Si l'anévrisme est localisé au niveau des artères cérébrales on parle d'anévrisme cérébral, s'il est localisé au niveau de l'aorte on parle d'anévrisme aortique.
L'anévrisme en lui-même n'entraine pas de symptômes permettant de le détecter. Seul le recours à l'IRM permettrait de le visualiser.

Les symptômes apparaissent à la suite de sa rupture.
Cela se manifeste par :

  • des maux de tête soudains, violents et brutaux,

  • des nausées voire des vomissements,

  • des convulsions,

  • parfois des paralysies ou troubles de la vision (photophobie) et de la mémoire


La rupture d'anévrisme est donc une urgence médicale qui sera diagnostiquée par la réalisation d'un scanner ou mieux d'un IRM, associé ou non à une artériographie pour visualiser les artères.

 

Les facteurs de risque de l'anévrisme

Plusieurs facteurs favorisent l'apparition d'un anévrisme :

 

La majorité de ces facteurs de risque sont acquis au cours de l'existence. Ils entrainent une fragilisation des parois des artères.

On peut donc intervenir dessus pour éviter la survenue d'un anévrisme.

 

Comment prévenir la rupture d'anévrisme ?

Le mieux est de diminuer au maximum les facteurs de risque :

  • évitez la consommation de tabac et d'alcool.

  • suivre régulièrement sa tension artérielle, et en cas d'hypertension artérielle traitée, être observant sur son traitement.

 

Néanmoins, il n'existe de mesures clés permettant de prévenir de manière certaine la survenue d'un anévrisme.

 

Comment traiter la rupture d'anévrisme ?

En cas de rupture d'anévrisme, le pronostic vital est en jeu. Une intervention rapide doit être réalisée.
On aura recours :

  • soit à la chirurgie

  • soit à l'embolisation qui consiste à remplir l'anévrisme de fils de platine pour l'oblitérer.

  • associée à une rééducation si nécessaire

 

Le patient sera ensuite suivi régulièrement par des spécialistes et sera amené à diminuer au maximum ses facteurs de risque pour éviter le risque de récidives.

 

Les conseils de votre pharmacien Giphar

En cas de maux de tête importants, n'hésitez pas à contacter votre médecin.


Haut de page

A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Comité éditorial Giphar
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 05/02/2014

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
2 avis

Voir aussi

L'opération d'un anévrisme cérébral non rompu
Lorsqu’on dépiste un anévrisme cérébral non rompu, il est possible de le traiter préventivement pour…
Le dépistage d'un anévrisme cérébral non rompu
Il est de plus en plus fréquent qu’un anévrisme cérébral soit détecté avant qu’il ne se rompe. Dans …