Alzheimer : des jardins pour cultiver la mémoire

Les bienfaits des jardins thérapeutiques pour les malades d'Alzheimer
0 avis

Stimuler, apaiser, apporter du bien-être…, un peu de verdure ne manque pas d’attraits dans la prise en charge de la maladie d’Alzheimer. Visite au cœur des jardins thérapeutiques !

AU SOMMAIRE DE CET ARTICLE
A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Thomas Coucq
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 15/03/2016

Les couleurs chatoyantes d’une rose ou le chant d’une fontaine peuvent-ils « soigner » les personnes souffrant de la maladie d’Alzheimer ? « Les jardins thérapeutiques ne manquent en tout cas pas d’attraits », explique le Dr Thérèse Jonveaux, neurologue à l’origine du jardin « art, mémoire et vie » au  CHRU de Nancy. « Il n’existe en effet à ce jour pas de traitement qui permette de guérir cette forme de démence, même si certains médicaments peuvent en atténuer et ralentir les symptômes. Or, ces jardins permettent notamment de stimuler la mémoire, le langage mais aussi d’apaiser les troubles psycho-comportementaux, comme la déambulation, l’agressivité, l’apathie1… »

 

Jardins thérapeutiques : au royaume des sens

Pas question dès lors de guérir la maladie mais plutôt de stimuler, d’apaiser et  d’apporter un peu de bien-être« Les patients ont besoin d’espace pour exprimer leur autonomie, ils peuvent choisir de sortir pour une promenade, de se rendre au jardin pour y regarder ce qu’ils veulent… Dans un tel espace de verdure, il y a toujours quelque chose à voir. »
Sans oublier que les jardins, en sollicitant les cinq sens, peuvent servir de support à la résurgence des souvenirs ! « Certains patients réussissent par exemple à nommer une fleur ou un arbre, alors qu’ils n’y parviennent pas dans le bureau de l’orthophoniste sur la base d’une image », explique le Dr Jonveaux. « Ici, il est possible de toucher la plante, de respirer son parfum, de la regarder sous tous les angles… C’est infiniment plus riche. »

 

Jardin thérapeutique : un outil pour les soignants

Le jardin se transforme donc tout naturellement en outil pour les différents spécialistes. L’orthophoniste peut l’utiliser comme support pour des exercices de langage, l’ergothérapeute peut y réaliser des ateliers de jardinage accompagné, les aides-soignantes peuvent proposer une promenade aux patients agités… « La neuropsychologue peut également y réaliser des ateliers, au cours desquels elle travaille la mémoire relative au monde végétal mais également à notre région », ajoute le Dr Jonveaux. « Nous avons en effet introduit dans notre jardin des références culturelles propres à la Lorraine, à travers des œuvres d’art notamment. »

 

Le jardin thérapeutique : un lieu de vie

Le jardin thérapeutique peut également accueillir des événements, et devenir un lieu de vie à part entière où organiser une chasse aux œufs à Pâques pour les petits-enfants, où les familles peuvent se rencontrer et échanger leur expérience… Une manière aussi de lutter contre l’isolement et la stigmatisation liés la maladie d’Alzheimer… Et peut-être de voir fleurir à l’ombre des saules de nouveaux souvenirs…

 

La maladie d’Alzheimer en bref

  • La maladie d’Alzheimer touche plus de 850.000 personnes en France.

  • Elle occasionne des troubles de la mémoire mais également des troubles de l’attention, du langage, de l’orientation dans l’espace et dans le temps, du comportement...

  • L’âge est le principal facteur de risque : elle est rare avant 65 ans mais touche 15 % des plus de 80 ans.

 

Le conseil de votre pharmacien Giphar

Petits oublis : dois-je m’inquiéter ?
Oublier où vous avez laissé vos clés ou entrer dans une pièce sans parvenir à vous rappeler ce que vous veniez y faire, ça arrive à tout le monde, même avant 75 ans ! Par contre, si les oublis interfèrent avec le quotidien et vous empêchent de « fonctionner » normalement, il est conseillé de consulter un médecin. C’est le cas par exemple si vous ne parvenez plus à payer vos factures et à gérer vos rendez-vous alors que cela ne vous posait auparavant aucun problème.  

 

À lire aussi

Comment réagir face à la maladie d’Alzheimer ?

Les maladies de la mémoire, bientôt guéries ?

Le potager communautaire, idéal pour garder la forme


Source

Merci au Dr Thérèse Jonveaux, neurologue, chef du service Soins de suite Réadaptation Gériatrique, de l’Unité Cognitivo-Comportementale, et responsable du Centre Mémoire de Ressources et de Recherche au CHRU de Nancy, initiatrice avec le Dr Reinhard Fescharek du projet de jardin thérapeutique « art, mémoire et vie » au  CHRU de Nancy.


1Apathie : état de fatigue et de mollesse, accompagné d'une indifférence ou d'une absence d'émotions et de désirs.


Haut de page

A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Thomas Coucq
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 15/03/2016

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
0 avis

Voir aussi

Les robots humanoïdes pour aider des patients
Les robots humanoïdes intéressent de près le monde médical, notamment pour leur rôle de médiateurs d…
Comment déceler les premiers signes d'Alzheimer ?
Comment distinguer un simple oubli de véritables troubles de la mémoire liés à la maladie d’Alzheime…
La maladie d'Alzheimer
La maladie d’Alzheimer est une maladie dégénérative qui touche le système nerveux central avec à ter…