Saignement de nez : Epistaxis

Les saignements de nez
63 avis

L'épistaxis, ou saignement de nez, effraye souvent par son caractère soudain et impressionnant mais elle est heureusement bénigne dans la plupart des cas. La priorité est donc de ne pas s'affoler et de stopper l'hémorragie.

AU SOMMAIRE DE CET ARTICLE
A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Jean-Pierre Roy, Pharmacien
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 09/06/2015

Qu'est ce qu'une épistaxis ?

C'est un saignement provenant de la fosse nasale et qu'il ne faut pas confondre avec les hémorragies digestives, pharyngées ou pulmonaires.
En effet dans ces types d'hémorragies, le sang s'évacue plus par la bouche que par le nez.
L'épistaxis bénigne est heureusement la plus fréquente et touche le plus souvent les personnes jeunes. Elle est due à une hémorragie de la tâche vasculaire sur la cloison nasale et reste en général unilatérale. Il existe cependant des épistaxis plus sévères mais les saignements sont alors beaucoup plus abondants et interviennent de manière isolée et sans cause évidente. Dans ce cas, il importe de rester vigilant et de consulter un médecin.

 

Saignements de nez : les causes

Cette hémorragie nasale survient en général subitement à la suite d'un choc, d'un mouchage violent, d'un éternuement, d'une exposition prolongée au soleil, d'un effort sportif... mais peut aussi apparaître spontanément chez les personnes prédisposées. La période prémenstruelle chez les jeunes filles ou la grossesse chez la femme sont également des facteurs qui peuvent favoriser une épistaxis.

Ce saignement de nez est dû à une rupture des capillaires situés dans la cloison nasale et peut être rapidement stoppé si l'on adopte les bons gestes.

 

Les épistaxis plus abondantes et trop fréquentes peuvent être plus graves et dues :

  • à des affections générales connues comme les maladies infectieuses (grippe), hématologiques (hémophilie), vasculaires (hypertension artérielle),

  • à des affections locales de type tumeur ou corps étranger,

  • à la prise de certains médicaments comme l'aspirine, les anticoagulants.

Il ne faut donc pas les négliger et s'orienter vers un médecin si un doute persiste.

 

Comment stopper efficacement une épistaxis ?

La conduite à tenir est simple et permet de stopper l'hémorragie rapidement. En premier lieu il s'agit de rassurer la personne car la vue du sang provoque souvent un sentiment de panique auquel il n'y a aucune raison de céder.

Il est ensuite conseillé de procéder ainsi :

  • S'asseoir la tête légèrement penchée en avant afin de favoriser l'évacuation du sang. Mettre la tête en arrière est un mauvais réflexe car cette position renvoie le sang dans l'œsophage ou les poumons, pouvant ainsi déclencher nausées ou gênes respiratoires, mais surtout masquer l'écoulement non encore réellement stoppé.

  • Appliquer une source de froid (glaçon placé dans un gant par exemple) à proximité de la narine car le froid active la coagulation.

  • Se moucher doucement afin d'évacuer l'ensemble des caillots éventuellement présents dans les fosses nasales et qui pourraient ralentir la coagulation.

  • Une fois le mouchage effectué, comprimer la narine pendant 5 à 10 minutes pour aider à stopper l'hémorragie. Si toutefois cela n'est pas suffisant, on peut placer une compresse stérile imbibée d'eau oxygénée ou une éponge hémostatique dans la narine affectée.


Une fois l'hémorragie maîtrisée, il convient d'apprécier la gravité du symptôme en fonction de l'âge, des antécédents médicaux ainsi que de l'origine, la fréquence et la durée des épistaxis subies afin de s'orienter vers un médecin si les symptômes ne semblent pas épisodiques.
De même si les mesures citées ci-dessus ne suffisent pas à enrayer l'hémorragie, il est plus raisonnable d'aller consulter un spécialiste.

 

Comment limiter ces saignements de nez ?

  • Ne pas se moucher violemment et éviter de se gratter le nez dans les heures ou les jours qui suivent une épistaxis,

  • Éviter la prise de médicaments ayant des propriétés anticoagulantes (type Aspirine),

  • Ne pas rester trop longtemps exposé au soleil,

  • Limiter au maximum les efforts violents,

  • Si ces saignements sont trop fréquents et deviennent gênants, consulter un O.R.L.

 

À lire aussi

Comprendre la cryothérapie
Comment soigner les coups et les blessures avec l’homéopathie ?


Haut de page

A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Jean-Pierre Roy, Pharmacien
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 09/06/2015

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
63 avis

Voir aussi

Comment reconnaitre une hémorragie en cas d'hémophilie ?
Les personnes atteintes d’hémophilie peuvent présenter spontanément ou à la suite d’un traumatisme d…
Comment réagir en cas de saignements chez un hémophile ?
L’hémophilie est une maladie rare de la coagulation qui touche environ 6.000 personnes en France. Co…
L'hémophilie
"Bleus" inexpliqués, saignements démesurés… L'hémophilie est une maladie caractérisée par une prédis…