Couperose : comment se débarrasser de ces rougeurs aux joues ?

Comment se débarrasser de ces rougeurs aux joues ?
1 avis

Marre de ces rougeurs qui apparaissent sur vos joues à la moindre occasion ? La couperose peut être pénible au quotidien ! Heureusement, il y a des solutions pour les atténuer.

AU SOMMAIRE DE CET ARTICLE
A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Barbara Delbrouck
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 16/01/2015

La couperose et ses symptômes

La couperose est une affection cutanée qui se caractérise par des rougeurs qui peuvent apparaître sur les joues, le nez, le front ou le menton.

Elles surviennent lors de bouffées de chaleur, qui dilatent les vaisseaux sanguins du visage. Ces bouffées « vasomotrices » sont favorisées par :

  • de grands changements brutaux de température (chaleur, réaction au froid),

  • la prise d’alcool,

  • la consommation d’aliments ou de boissons très chaudes,

  • la consommation de plats épicés,

  • l’émotion,

  • le stress,

  • les poussées d’hypertension.

A terme, les rougeurs peuvent devenir permanentes et les vaisseaux sanguins apparents, sous la forme de fines lignes rouges ou violacées.

 

Elles sont accompagnées d’une sensibilité exacerbée de la peau, qui s’irrite facilement. A la clé, douleurs et picotements.

 

Causes de la couperose : aucun lien avec l’alcool !

Les causes de la couperose sont encore mal connues, mais elle serait liée à une anomalie de fonctionnement des vaisseaux sanguins du visage.

Ces rougeurs sont souvent attribuées – à tort ! - aux effets de l’alcoolisme. Un fréquent amalgame difficile à vivre pour les personnes souffrant de couperose.

 

Couperose : bons réflexes au quotidien

Il est primordial de réduire au maximum les bouffées vasomotrices, car elles aggravent le phénomène. En effet, les vaisseaux sanguins possèdent un petit muscle qui leur permet de s’ouvrir et se fermer lors des bouffées vasomotrices. 

Mais à force, le muscle s’épuise et le vaisseau sanguin finit par rester ouvert (dilaté). Résultat : les rougeurs deviennent permanentes et les vaisseaux sanguins apparents. 

Veillez donc bien à :

  • limiter autant que possible les aliments très chauds et épicés, ainsi que l’alcool,

  • éviter l’activité physique intense,

  • éviter les saunas et bains chauds prolongés, ainsi que l’eau chaude sur le visage,

  • vous protéger du soleil, qui fait également rougir,

  • stopper rapidement les bouffées vasomotrices en suçant un glaçon.

 

Des crèmes adaptées pour masquer les rougeurs

Le maquillage peut être d’une grande aide pour masquer les rougeurs.

Optez pour des gammes de fonds de teint dermatologiques prévues spécifiquement pour les peaux souffrant de couperose. Elles couvrent sans obturer les pores et hydratent en même temps la peau, qui en a besoin.

Certains produits contiennent en outre des flavonoïdes, qui favorisent la tonicité veineuse et contribuent ainsi à renforcer la résistance de ces fameux petits muscles, qui travaillent trop. Demandez conseil à votre pharmacien.

 

Traitement de la couperose

Un traitement par laser (vasculaire) permet d’atténuer les rougeurs visibles de la couperose et souvent de réduire les récidives de la maladie par la suite.

Le laser va brûler spécifiquement tous les petits vaisseaux dilatés, mais pas la peau autour. 

En général, 2 à 3 séances sont nécessaires, en dehors des périodes ensoleillées.
Un œdème et des traces rouges ou violacées peuvent apparaître après le traitement, mais pas de panique, elles disparaissent après 8 à 10 jours.

 

À lire aussi

Eczéma : 3 règles d’or pour prendre soin de sa peau

Conseils pour une peau belle et bien hydratée

 

Source

Merci au Dr Françoise Poot, dermatologue


Haut de page

A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Barbara Delbrouck
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 16/01/2015

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
1 avis

Voir aussi

Les symptômes et les traitements de la rosacée oculaire
La rosacée (couperose) est parfois associée à des symptômes oculaires. Ceux-ci doivent faire l’objet…