Le SIDA : Qu'est ce que c'est ?

Le virus du SIDA
0 avis

Le SIDA ou syndrome d'immunodéficience acquise est une maladie du système immunitaire qui se caractérise par un dérèglement des défenses immunitaires affectant l'organisme tout entier.

AU SOMMAIRE DE CET ARTICLE
A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Comité éditorial Giphar
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 19/05/2015

Le responsable de cette maladie est un virus, le VIH (Virus de l'Immunodéficience Humaine) qui a la particularité de s'attaquer uniquement aux lymphocytes T, ces mêmes lymphocytes T étant essentiels à la défense de l'organisme face aux infections.

 

SIDA : quelles sont les voies de contamination ?

Il y a 3 voies de contamination.

  • La plus connue est la voie sexuelle.

Il faut savoir que toutes les pratiques sexuelles (en dehors du simple baiser) comportent des risques. C'est pour cela et on ne le répétera jamais assez que la seule protection garantie est l'utilisation du préservatif.

  • La seconde voie de contamination est la voie sanguine.

Piqure accidentelle avec un objet souillé, échange de matériel d'injection lors de toxicomanie, tatouage avec du matériel non stérile : tous les contacts mettant en jeu du sang sont sujets à risques. La seule conduite à tenir : l'utilisation de matériel à usage unique.
A savoir : Les piqures de moustiques ne transmettent pas le virus du SIDA.

  • La troisième voie est moins connue mais tout aussi redoutable, c'est la transmission mère/enfant.

Les mères séropositives nécessitent un suivi particulier tout au long de leur grossesse pour minimiser le risque de contamination à leur enfant.

 

Comment se déclare la maladie ?

Après la contamination, il y a une première phase que l'on appelle la primo-infection.
Cette phase s'observe dans les 3 à 6 semaines qui suivent la contamination et s'observe chez environ 30 % des personnes contaminées.
La primo-infection au VIH s'accompagne, comme beaucoup d'infections virales, de fièvre, de pharyngite et d'adénopathies disséminées.
Ces symptômes évoquent tout au plus une mononucléose infectieuse ou un syndrome pseudo-grippal et souvent ils passent inaperçus.
La phase de latence :
Après la primo-infection, seule persiste la lymphadénopathie (inflammation des ganglions).
L'infection au virus VIH sera silencieuse pendant plusieurs années (10 ans en moyenne).
Pendant cette latence le système immunitaire va s'effondrer inéluctablement pour évoluer vers l'apparition de maladies dites opportunistes. Ces maladies opportunistes vont profiter de l'état de faiblesse du système immunitaire du patient pour se développer.

 

Comment évolue la maladie ?

La maladie va au fil du temps finir par se déclarer à mesure que le taux de lymphocytes va décliner.
Cette immunosuppression liée à la baisse sensible des lymphocuytes T4 va permettre l'apparition de maladies dites "opportunistes".

La liste des maladies opportunistes est longue avec pour origine des infections virales, bactériennes, parasitaires.

Il y aura des symptômes :

  • bronchiques
  • Tuberculose (Bactérie)
  • Mycose bronchique (Pneumocystose (très courant); Aspergillose ; Cryptococcose...)
  • Pneumopathie virale (CMV)
  • dermatologiques
  • Zona (le virus de la varicelle se réveille sous la forme d'un zona) qui est un précurseur de l'évolution de la maladie vers le stade suivant.
  • Herpès
  • Sarcome de Kaposi (souvent en stade avancé de la maladie)
  • Gale
  • oculaires
  • Zona
  • rétinite à cytomégalovirus qui peut entraîner la cécité
  • rétinite à toxoplasmose
  • digestifs
  • mycoses buccales (candidose)
  • diarrhées
  • neurologiques
  • méningites graves
  • toxoplasmose cérébrale
     

Sans traitement la maladie est fatale très rapidement.

 

Prévention du SIDA

La prévention permet d'éviter tout risque de contamination.
Le seul rempart, le préservatif
Pour la contamination par voie sexuelle, l'unique solution est le préservatif qui permet d'éviter tous les risques.
Pour tout rapport à risque (une nouvelle rencontre) et pour toutes les pratiques sexuelles, un seul mot d'ordre : le préservatif.
Vigilance pour la contamination par voie sanguine

Pour les 2 autres voies de contamination, il faut respecter une hygiène rigoureuse (matériel stérile à usage unique) de manière à éviter les risques.

Si vous souhaitez faire un tatouage, vérifiez l'innocuité (usage unique) du matériel utilisé.

A savoir : Les transfusions sanguines en France ne présentent aucun risque.

 

Dépistage du VIH

Il n'y a pas de dépistage obligatoire en France, sauf en cas de don de sang, d'organe ou de mariage.
Le test : C'est important de savoir.
Les tests de dépistage sont devenus très fiable et en cas de doute, il est absurde de faire la politique de l'autruche.


Le dépistage se fait par un test sanguin de type ELISA pour soit :

  • détecter la présence virale (recherche d'antigènes)
  • détecter les anticorps générés par l'infection au VIH

 

Fin juin 2015, un autotest sera disponible en pharmacie.

 

À lire aussi

Les traitements

Que doit-on faire en cas de rapport non protégé

Le préservatif


Haut de page

A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Comité éditorial Giphar
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 19/05/2015

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
0 avis

Voir aussi

Comment servir de l'autotest de dépistage du SIDA
Chaque semaine, près de 2.000 autotests de dépistage du virus du sida sont vendus en pharmacie. Comm…
Les préjugés sur les personnes séropositives
Si la médecine a fait de gros progrès dans la lutte contre le virus du sida, on ne peut pas en dire …
Autotest du VIH en pharmacie
Depuis la rentrée, des autotests de dépistage du VIH sont disponibles chez votre pharmacien Giphar. …