La rubéole

Les symptômes et les traitements de la rubéole
0 avis

Maladie bénigne dans la grande majorité des cas, la rubéole s'avère très dangereuse chez les femmes enceintes, puisqu'elle peut entraîner de graves complications chez leur futur bébé. Le meilleur moyen de s'en protéger : la vaccination.

AU SOMMAIRE DE CET ARTICLE
A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Élise Dubuisson
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 24/02/2014

Qu'est-ce que la rubéole ?

La rubéole est une infection virale particulièrement contagieuse qui peut toucher tout un chacun, quel que soit son âge. Particularité de cette maladie : ses symptômes sont peu caractéristiques et elle passe souvent inaperçue. En effet, dans la plupart des cas, la rubéole est modérée et s'accompagne :

  • D'un peu de fièvre (elle ne dépasse généralement pas 38,5 °C)

  • D'une éruption de boutons souvent peu marquée et peu caractéristique

  • Dans de rares cas s'ajoutent à ces symptômes le nez qui coule et une conjonctivite.

 

Elle est donc rarement diagnostiquée. Ce qui n'est pas problématique chez un enfant puisque la rubéole est bénigne et ne requiert donc aucun traitement. Tout au plus, si nécessaire, on peut donner un traitement antipyrétique pour faire tomber la fièvre et une crème qui limite les démangeaisons. Le seul problème dans cette situation est le risque de transmission à une femme enceinte.

 

La transmission de la rubéole

Le virus de la rubéole incube 14 à 21 jours dans l'organisme avant d'induire les premiers symptômes. Pendant cette période, la personne porteuse n'est pas « malade » mais est déjà contagieuse. Elle le sera jusqu'à 4 jours après l'apparition des premiers symptômes.
Le virus se loge d'abord dans les voies respiratoires et se transmet lors d'un contact rapproché : généralement lorsque le malade tousse ou éternue. Il peut donc rapidement se transmettre d'un enfant à un autre dans les collectivités (crèches, école, centre de vacances, etc.). Une fois dans les voies respiratoires, il se multiplie et se propage dans le sang.

 

Rubéole : dangereuse pour la femme enceinte

Si la rubéole est bénigne pour la grande majorité de la population, elle pose problème chez les femmes enceintes. Si elle est contractée au cours du premier trimestre de la grossesse, elle peut se transmettre au fœtus. Une infection qui peut induire une fausse couche ou de graves malformations chez le fœtus. Face à une infection par le virus de la rubéole, une interruption de grossesse est souvent nécessaire.
Si vous êtes enceinte, non vaccinée contre la rubéole et qu'un cas de rubéole est diagnostiqué dans votre entourage, consultez sans attendre votre gynécologue ou votre sage-femme qui décidera des mesures à mettre en place.

 

Prévention de la rubéole

Pour protéger les femmes enceintes, il est essentiel que toute la population soit vaccinée : hommes, femmes et enfants. Ce n'est que lorsque la grande majorité d'une population est vaccinée qu'il est possible d'enrayer la propagation du virus. Et pour cause, la rubéole passant généralement inaperçue, sans vaccination, elle peut se propager sans se faire remarquer.

  • La vaccination contre la rubéole fait partie du vaccin trivalent rougeole–oreillons–rubéole (ROR). Dans le nouveau calendrier vaccinal, il est recommandé d'effectuer la première injection à 1 an et la seconde à 16 mois.

  • Le vaccin ROR ne peut être effectué pendant la grossesse. Mieux vaut donc s'assurer de sa vaccination auprès de son médecin généraliste ou de son gynécologue avant d’envisager une grossesse.

  • Ce vaccin est complètement pris en charge par la sécurité sociale jusqu'à 17 ans. À partir de 18 ans, il est remboursé à hauteur de 65 %.

 

Rubéole : les complications

Mis à part le cas particulier des femmes enceintes, la rubéole s'accompagne rarement de complications. Les complications connues de la rubéole sont :

  • une inflammation de plusieurs articulations qui disparaît spontanément

  • une inflammation des méninges

  • une encéphalite.


À lire aussi
Le calendrier vaccinal 2013 remanié
Vaccins obligatoires et recommandés


Source
Interview du Pr Emmanuel Grimprel, chef du service de Pédiatrie générale de l’hôpital d’enfants Armand-Trousseau de Paris.


Haut de page

A PROPOS DE CET ARTICLE
Rédigé par : Élise Dubuisson
Relu et approuvé par : Comité éditorial Giphar
Mis à jour le : 24/02/2014

Cet article vous a plu ? Faites le savoir :
0 avis

Voir aussi

Maladie éruptive contagieuse, la rubéole reste heureusement relativement rare en France. Et ce, grâc…